Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Jul

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Agnel, #Izoard, #Guillestre, #Briançon, #Mont Dauphin, #Queyras, #Chateau Queyras, #Casse Déserte, #Chasse aux cols, #Col +2000m

171kms en 8h08, D+ 3484m, coef 2

Météo: amplitude thermique importante (de 13° à 38°), soleil et averses

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

"C'est dur le vélo".

Si vous êtes déjà venus ici sur ce blog, vous êtes d'accord.

Ou alors, déguerpissez ;)

J'en rajoute une nouvelle couche; non seulement c'est méga dur le vélo, mais en plus, tout se joue dans la tête, ou presque. Le vélo c'est vraiment un sport de tarés. Tant que la tête ne lâche pas, on peut continuer. A faible rythme. Mètre par mètre, montée par montée, coup de pédale par coup de pédale, inspiration après expiration.

C'est une lapalissade, mais elle s'est révélée tellement vraie pour moi aujourd'hui sur un parcours haut en altitude, en couleurs, et en souffrance, que je ne peux m'empêcher de la répéter.

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Aujourd'hui je vais aller en haute altitude, pour la seconde fois de ma vie au-delà des 2700m d'altitude. Mais commençons par le commencement: départ de Monétier les Bains (Hautes Alpes) juste avant 9h, sous un beau soleil mais une fraicheur relative... normal en montagne.

Je descends toute la vallée jusqu'à Briançon. D'ici, je poursuis sur la grosse N5 en direction de Gap/Embrun. Je pensais être énormément gêné par le trafic automobile sur cet axe, mais en réalité, une bande cyclable rend ce passage aisé. Même plus loin, lorsque cette bande disparaît, je suis en sécurité et le trafic n'est pas si méchant.

Je vais descendre un bon moment la vallée de la Durance (dont la source se situe sur les alpages des Gondrans, où j'étais hier !). Je ne peux résister à l'envie d'insérer une photo prise l'avant-veille en ballade à pied, qui montre cette belle vallée depuis St Hippolyte, un peu en altitude...

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard
11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Après pas mal de plat et deux belles petites remontées sur cette N5, je retombe sur l'Argentière la Bessée. J'ai un peu de vent dans le dos, il fait bon, il fait beau. Je sais que je n'ai plus la forme d'il y a quelques semaines et que je traîne encore mon rhume, mais je profite ! Bientôt, me voilà à proximité de Mont Dauphin, et de ses ouvrages ici aussi signés Vauban. J'essaie de garder un petit rythme mais surtout, je fais très attention d'en garder sous la pédale et de ne jamais donner au-delà de 70% de mes forces. Patience... il y a encore de la distance à couvrir.

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Je suit maintenant la direction de Guillestre, et tourne bientôt à gauche. Rapidement, la route va prendre 1 ou 2%. Rien de méchant, mais comme ça va durer pas loin de 40 bornes, je considère que j'amorce ici la loooooongue montée vers le fameux col Agnel.

Les jolies gorges du Guil au-dessus de Guillestre

Les jolies gorges du Guil au-dessus de Guillestre

Au niveau du Pont de Pierre (ou Maison du Roi)

Au niveau du Pont de Pierre (ou Maison du Roi)

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard
11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

De fait, la pente n'est pas trop méchante. En plus, il y a simplement ce qu'il faut de vent et d'air pour tiédir le fond d'air qui commence à se réchauffer. Je mouline bien, à hauteur de 90 tours minute ce qui est 'très souple' pour moi... Les sensations reviendraient elles ???

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Je m'enfonce doucement mais surement dans la Combe du Queyras. Sur ma droite, le torrent du Guil que je remonte doucement. Sur ma gauche les falaises. Tout autour: un panorama de carte postale.

A l'approche du premier col du jour...

A l'approche du premier col du jour...

Un petit coup de montée plus pentue plus loin, suite à deux petits lacets, et je franchis le col de l'Ange Gardien (altitude 1347m). 'Plus que 1400m de dénivelé' et je serai au sommet ! J'ai eu le malheur de bien regarder le topo de cette étape, et je ne sais que trop bien ce qu'il me reste à parcourir... aie aie aie. Heureusement, à ce stade des événements, les jambes répondent présent.

Vue sur le superbe Chateau Queyras, lôvé en coeur de vallée

Vue sur le superbe Chateau Queyras, lôvé en coeur de vallée

Me voilà devant Château Queyras, et je franchis par la même occasion le Collet (altitude 1390m). J'ai laissé sur ma gauche la route du col d'Izoard, qui m'attend et qui patientera jusqu'à ce que je vienne me cogner les dents dessus. Pour le moment, une chose en son temps: le col Agnel.

Il reste une bonne et longue section de faux plat montant jusqu'à Ville Vieille. Beaucoup considéreraient que c'est ici que la vraie montée commence, et effectivement les pourcentages deviennent d'un seul coup beaucoup plus exigeants après avoir bifurqué en direction de l'Italie. Seulement, je n'oublie pas que les nombreux (21 !) kilomètres de montée derrière moi m'ont déjà bien usé - voir sur le profil ci-dessous.

21kms effectués... encore 22 ! Et pas des plus faciles...21kms effectués... encore 22 ! Et pas des plus faciles...

21kms effectués... encore 22 ! Et pas des plus faciles...

Les premières rampes me font mal. Il fait très chaud. J'ai bien fait de faire une toute première pause pour remplir les bidons d'eau fraîche à Ville Vieille.

5kms plus haut, traversée de Molines en Queyras

5kms plus haut, traversée de Molines en Queyras

La traversée du village de Molines en Queyras fait mal - il faut quitter la route de St Véran en prenant à gauche en plein village... ce qui fait affronter un bon mur à 11%. On les sent passer ces pourcents, surtout que derrière la pente reste corsée. Et vraiment, il fait chaud.

Au-delà du hameau de Pierre Grosse, puis Fontgillarde, il n'y a plus un chat... ambiance d'alpages...Au-delà du hameau de Pierre Grosse, puis Fontgillarde, il n'y a plus un chat... ambiance d'alpages...

Au-delà du hameau de Pierre Grosse, puis Fontgillarde, il n'y a plus un chat... ambiance d'alpages...

A 9kms du sommet (photo ci-dessus), je fais une pause pour me restaurer. C'est aussi l'occasion de respirer un coup... je commence à sentir les effets de l'altitude. Et les jambes sont lourdes. En deux mots: je RAME !

Un groupe de 3 cyclos tous de rouge vêtus me passe à un rythme qui me semble décidément très soutenu. Puis un autre, solo, habillé 'Movistar' me double en tirant la langue. Lui, je le reverrai jusqu'au sommet.

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Les 9kms qui restent seront une vraie souffrance. Une belle souffrance car les paysages sont à couper le souffle. Mais... l'altitude aussi, me coupe le souffle ! C'est la toute première fois que je suis réellement gêné par l'altitude et le manque d'oxygène (peut être que mon rhume y joue quelque chose), mais alors... quelle plaie. J'ai vraiment l'impression de pédaler au ralenti, dans du coton. En fait non, ce n'est pas une impression, je SUIS au ralenti... sur des portions rarement en dessous de 8-9%, j'ère à 7km/h. En plus ce col présente des pourcentages très irréguliers... quelques mètres à 7% puis quelques dizaines à 10%... et ça n'en finit plus.

Et, ce qui m'achève, c'est de voir le col tout là haut, encore vraiment loin, et les portions de route qui 'rentrent et ressortent' à flanc de montagne, qui donnent l'impression que le prochain virage est encore plus pentu que le précédent... et ainsi de suite. J'ai rattrapé le 'Movistar' qui à son tour m'encourage en anglais (je comprendrais au sommet qu'il est allemand), lui fait la pause. Puis plus loin c'est mon tour... je suis à court de souffle et le mental a du mal à imposer le pédalage, complètement sapé par ce col Agnel qui me broie à petit feu. Pied à terre à 4kms du sommet.

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Le Movistar m'a doublé mais je le reprendrai dans le dernier kilomètre. Les 3 dernières bornes me paraissent moins exigeantes. Déjà, je me sais presque arrivé. Et surtout, il y a plus de virages, on se 'sent' avancer, contrairement aux longs kilomètres rectilignes en aval. De nouveau, la tête semble décidée à me faire avancer... alors j'avance.

A quelques encablures du sommet - mission accomplie !A quelques encablures du sommet - mission accomplie !

A quelques encablures du sommet - mission accomplie !

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Me voilà au sommet, sur le toit du monde, ou presque, au col Agnel (altitude 2744m). Le Movistar me rattrape une minute après, et après avoir respiré et toussé tout ce que je peux, on discute 5 minutes en mangeant un sandwich. Et il m'apporte une bonne nouvelle, à savoir que le col d'Izoard, qui m'attend maintenant, n'est "qu'à 2300m et des poussières"... c'est moins que ce que je craignais pensais.

Car ça y est, je peux maintenant faire demi tour et revenir sur mes pas pour aller affronter cet autre col mythique. Je suis donc à 100% focalisé là-dessus... de toutes façons je n'ai pas le choix, c'est le chemin le plus court pour rentrer à bon port.

Le col Agnel, côté italien à gauche, côté français à droite...Le col Agnel, côté italien à gauche, côté français à droite...

Le col Agnel, côté italien à gauche, côté français à droite...

Deux k-ways enfilés les uns sur les autres pour plus de confort pour la descente, et je m'élance prudemment. J'ai entendu dire qu'il y avait des accidents chaque année de cyclos qui tombent à cause des marmottes qui traversent la route, et ce n'est pas les 4 marmottes que j'ai vu traverser, lorsque je montais, qui me feront penser le contraire. Prudence, donc.

La descente est agréable et ça fait du bien de respirer à fond sans avoir "le coeur qui bat dans les tempes" !

Remplissage des bidons à Fontgillarde, à la descente

Remplissage des bidons à Fontgillarde, à la descente

A noter sur le profil du col d'Izoard: je débute l'ascension au km 2,5A noter sur le profil du col d'Izoard: je débute l'ascension au km 2,5
A noter sur le profil du col d'Izoard: je débute l'ascension au km 2,5

A noter sur le profil du col d'Izoard: je débute l'ascension au km 2,5

Après avoir rempli mes bidons une fois à Fontgillarde, puis ensuite à Ville-Vieille (surtout, éviter la déshydratation, il fait très chaud) je laisse Château-Queyras derrière moi et plus loin amorce ma montée sur la terrible D902 que j'avais laissée de côté plus tôt dans la journée. Cette fois-ci je ne peux plus m'en détourner, il faut l'affronter. 14,4kms d'ascension indiqués depuis l'intersection avec la D947... ça va chauffer... ça va faire mal.

Je n'hésite pas à me mettre sur le 30*28 très rapidement. De toutes façons, les jambes ne peuvent pas emmener plus gros. Je suis en mode 'VTT', je mouline et je prends mon mal en patience. C'est douloureux, c'est long, mais c'est aussi superbe ici alors je détourne mon attention de l'effort comme je peux.

A proximité d'Arvieux... le dernier village avant la longue et terrible série de lacets qui me mènera au sommet de l'Izoard

A proximité d'Arvieux... le dernier village avant la longue et terrible série de lacets qui me mènera au sommet de l'Izoard

A Arvieux, le compteur indique 40,6° ! Alors bon, ok, un compteur vélo n'est peut être pas le thermomètre le plus fiable... mais quand même ! J'estime qu'il fait au moins 37-38°. Pause forcée sous un abri, à l'ombre, sur la place du village à Arvieux. Je me vide quelques bidons d'eau fraîche de la fontaine sur la tête. Mange un sandwich. Bois tout ce que je peux. Et repars. Non sans avoir discuté deux minutes avec trois VTTistes... qui me disent que 'je fais un énorme parcours quand même'...

... ça fait du bien d'entendre ça, de le réaliser tout doucement. OK, je suis salement amoché et cramé depuis un bon moment, mais aller au bout du bout pour vaincre ces deux géants des Alpes, c'est quand même quelque chose.

Une seconde petite averse aujourd'hui permet de perdre quelques degrés, c'est déjà ça de pris.

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard
11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard
11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Après Arvieux, ça continue à grimper, via La Chalp, Brunissard, puis La Draye, où commence la longue série de lacets où les pourcentages ne relâchent jamais la pression...

Le ciel se couvre méchamment... le tonnerre tonne, je vois un éclair au loin. Puis c'est la saucée. Ca ne durera que 20 minutes mais ça mouillera bien comme il faut. J'en profite pour m'arrêter à 8kms du sommet, pour mettre un coupe vent sans manches. Je venais de doubler un cyclo britannique, il me reprend... on joue au chat et à la souris, chacun double l'autre à l'occasion de courtes pauses. J'en ferai 4 en tout sur l'ascension de l'Izoard; 1 à Arvieux pour me rafraichir, deux pour respirer (ou juste survivre !?...), et une à la Casse Déserte pour faire quelques photos.

Les lacets s'enchainent... le pourcentage toujours entre 8 et 9% à chaque kilomètre...
Les lacets s'enchainent... le pourcentage toujours entre 8 et 9% à chaque kilomètre...

Les lacets s'enchainent... le pourcentage toujours entre 8 et 9% à chaque kilomètre...

Je sais que la Casse Déserte se situe à 2 bornes du sommet... et que j'y ferai probablement une courte pause pour prendre des photos... sur les kms 5, 4 et 3, c'est cette pensée qui me permet de m'accrocher.

Je me suis bien alimenté et hydraté, j'ai juste les jambes (et les lombaires) cuites. Donc je ne me sens pas du tout en 'danger' de ne pas pouvoir finir... mais ça commence à faire long ! La route grimpe jusqu'au niveau du col de la Platrière (altitude 2220m) - et quand j'arrive à la courte redescente de la Casse Déserte, j'ai de nouveau le sourire. Peut être le visage tordu de fatigue, mais dans la tête, c'est fait. Je laisse le britannique derrière moi, c'est bien le seul que j'ai doublé aujourd'hui, avec l'allemand sur Agnel... sinon tout le monde roulait plus vite que moi aujourd'hui !

Passage à la mythique Casse Déserte... sa rocaille, son mémorial aux illustres cyclistes du Tour de France... et son cyclo 'TMV' carbo
Passage à la mythique Casse Déserte... sa rocaille, son mémorial aux illustres cyclistes du Tour de France... et son cyclo 'TMV' carbo
Passage à la mythique Casse Déserte... sa rocaille, son mémorial aux illustres cyclistes du Tour de France... et son cyclo 'TMV' carbo
Passage à la mythique Casse Déserte... sa rocaille, son mémorial aux illustres cyclistes du Tour de France... et son cyclo 'TMV' carbo
Passage à la mythique Casse Déserte... sa rocaille, son mémorial aux illustres cyclistes du Tour de France... et son cyclo 'TMV' carbo

Passage à la mythique Casse Déserte... sa rocaille, son mémorial aux illustres cyclistes du Tour de France... et son cyclo 'TMV' carbo

Pour 'sortir' de la Casse Déserte, il y a un court passage à 10-11% qui fait bien mal... mais après, ça se calme et je profite de la sérénité des lieux pour finir cette seconde grosse ascension. En plus, le soleil daigne ressortir de derrière les nuages.

Cette fin de montée est magique - tu m'étonnes, c'est le col d'Izoard (altitude 2360m), quand même !

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Puis au bout du bout de l'effort, me voilà dans le dernier virage. C'est fait ! Pause photo obligée :)

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard
11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Il ne me reste plus qu'à glisser sur la longue descente d'Izoard jusqu'à Briançon. Arrivé là bas, je remonte via le 'mur' du centre-ville (voir l'article d'hier) puis repasse par la rue de l'hôpital. Une fois ressorti des hauteurs de Briançon, je pédale en souplesse (c'est plus facile quand la pente est à 1% plutôt que 10% !) via St Chaffrey jusqu'à Monétier les Bains. Terminus.

11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard
11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard
11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard
11 juillet 2013 - Cols Agnel & d'Izoard

Conclusions:

  • Cette sortie ressemble assez à mon triplé Madeleine/Télégraphe/Galibier l'été dernier. Mais j'ai eu bien plus de mal à boucler celle-ci, cette année. Est-ce du à ma pause de 2 semaines ? A mon rhume ? A l'altitude, peut être globalement plus haute? Ou simplement à un jour "sans" ??? Aucune idée.
  • Trois nouveaux cols à +2000m d'altitude, et deux autres cols, total = 5 nouveaux franchissements. Encore 2 cols +2000m et je 'valide' mes 300 cols et des poussières auprès du CCC !
  • Le BRA a lieu dans une semaine. Dans mon état actuel, je serai incapable de le terminer. Mais je me suis inscrit depuis des mois. Donc... j'y vais et on verra bien. Mais ça va être dur, quand je pense qu'il y a encore pas loin de 1300m de D+, et pas moins de 50 bornes (!!!) à ajouter à mon parcours d'aujourd'hui pour boucler ce super BRA !
Commenter cet article

BEYLIER 25/12/2015 13:17

bonjour a toi, cestdurlevelo, j'ai fait l'ascension du col d'IZOARD, en septembre dernier ,au départ de la maison du roy je n' aurais pas fait une seconde montée d'un col ensuite, je dit bravo ,pour ton courage ,j' ai 58ans , et en juin ou septembre prochain , ce sera le col d 'AGNIEL,avec lequel je ferais connaissance , je te donnerais mes commentaires et mes sensations , bonne fin d 'année a toi.Ami du vélo.

cestdurlevelo 29/12/2015 07:55

Salut,
Bravo pour l'Izoard, un col deja bien difficile... j'y suis retourné cet été 2015 en A/R depuis la vallée de Serre Chevalier avec beaucoup de plaisir. Quant à Agnel... c'est vraiment un gros morceau... OK OK j'étais mal remis d'un gros gros rhume lorsque je suis allé m'y frotter... n'empêche que j'en garde un souvenir vraiment difficile... pentes terribles et haute altitude. Mais... c'est beau ! Tu te feras plaisir ! Bonne chance!

Jacky 27/04/2015 14:04

Bravo pour cette belle performance, je ne suis pas cyclo, je suis plutôt 2 roues avec un bon moteur. J'envisage de passer le col d'Agnel pour mon retour d'Italie en Septembre et sûr que j'aurai un pensée pour toi et tous tes collègues qui vont ainsi au bout du bout de l'effort.
Encore bravo,
Jacky

cestdurlevelo 30/12/2015 11:29

Merci ! Toi aussi.

BEYLIER 29/12/2015 10:41

merci de ton commentaire , passe une bonne fin d 'année 2015, et je te souhaite une année 2016 pleine de bonne sortie ami du vélo, .

cestdurlevelo 27/04/2015 17:59

Salut Jacky,
Merci pour ton message sympa. Ah on est tous fous de cette belle montagne, quelle que soit notre pratique ! Et tu illustres bien l'amitié et le partage qu'on peut avoir entre cyclistes et motards... respect pas toujours partagé, d'un côté comme de l'autre malheureusement...
A+ et profites bien d'Agnel !

stratus 04/08/2014 12:33

Bravo pour ton parcours en plus tous seul c'est pas évident mais comme tu le souligne le moral est important dans ce genre d'effort.Je me prépare a monter le col Agnel et l'Izoard mais surement pas dans la même journée en fait on verra comment se déroulera cette première ascension week-end du 8 août 2014.A bon entendeur!!

cestdurlevelo 04/08/2014 13:20

Salut Stratus,
Ah ça oui, l'enchainement Agnel+Izoard en demande, du mental :)
Bonne chance pour ton / tes ascension(s) à venir! Enjoy.... c'est vraiment beau là haut!!! Le toit du monde...

aboju 17/08/2013 11:41

Bravo Baptiste !
Superbe circuit et quel courage il faut pour s'attaquer à une telle affaire !
Décidément tu aimes te mettre des défis, parfois 'boarder line' mais tu as sans doute raison, c'est comme ça qu'on progresse.
Je connais l'Izoard de chaque face mais pas encore Agnel. Tes photos donnent envie de remédier à ça !
a +

cestdurlevelo 25/10/2013 22:13

Merci Zammit,
Comme tu dis, récit en longueur = j'en avais bavé un max ! Mais les panoramas étaient incroyables... ça vaut vraiment le coup là bas !
Pas besoin d'enchainer les deux, tu peux très bien faire ça en deux fois !
En tout cas si tu te décides à faire l'Izoard, je te le conseilles fortement par ce versant (et la Casse Déserte) qui est, je trouve, bien plus intéressant que le versant côté Briançon...
A+ et merci de ton passage !

ZAMMIT 25/10/2013 21:32

Bravo Baptiste ! Je suis tombé sur ce superbe article qu’aujourd’hui ! un chef d'oeuvre de plus de ta part mais pour pondre un article autant romanesque il faut en avoir bavé sur le vélo!Tu m'a donné envie de faire le col d'Agnel, mais j'ai ni le mental ni le physique pour enchaîner Agnel et Izoard ! bravo
Eric

cestdurlevelo 01/10/2013 22:56

Salut salut!! j'avais raté ton commentaire, oups :(
Qques mois après avoir digéré ça, c'est clair que je m'en rappelle comme d'un jour vraiment éreintant. Quand je vois ce que j'ai fait depuis, je me dis à la fois que toutes mes grosses sorties de la saison, je les ai terminées amoché (ça, puis le BRA, mais aussi le BRM400). Mais bon, je suis allé au bout. Ai-je progressé là dessus... je ne pense pas honnêtement. Mais j'en ai pris plein les yeux ! Et j'ai envie d'y revenir, pour passer ça mieux !
Agnel c'est top, mais vraiment super exigeant. Je te le conseille, mais vas-y bien préparé !

franco 18/07/2013 19:44

je comprend plus voila 2 com que je fais et les 2 ne sont pas paru??????

cestdurlevelo 18/07/2013 20:33

bizarre... overblog doit déconner? Car ça se fait de manière automatique (= je n'ai pas spécialement à 'valider' un comm pour qu'il apparaisse, ça se fait tout seul...). Zut de zut :(

Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse