Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 Aug

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Hautes Alpes, #Chasse aux cols, #Col +2000m, #Col de l'Eychauda, #Col de la Cucumelle, #Col du Grand Pré, #Monétier les Bains

Vu depuis en bas, ça en impose !

Vu depuis en bas, ça en impose !

Chose inédite depuis plus de 15 ans, j’enfourche un VTT ! Je ne suis plus remonté sur un VTT depuis le lycée… mais l’idée d’aller grimper en très haute altitude, au-delà de la barre des 2500m me taraude. Ca sera l’occasion pour la première fois d’aller chasser des cols en VTT, et au-delà de cette altitude, ça promet de sacrés paysages.

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier 16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier

Départ après 10h, le temps de se lever tranquillement et d’aller louer un VTT au magasin du coin. N’ayant pas de carte IGN ni de carte topographique précise hors routes bitumées sur mon GPS, j’ai fait le choix de partir pédaler sur le domaine de ski alpin de Monétier les Bains, un domaine où je skie depuis que je suis petit, et que je connais donc comme ma poche. J’y ai déjà aussi fait quelques randonnées à pied l’été, même si la dernière date déjà d’il y a plus de 7 ans.

Je pars pour rallier le bachas, dont l’emplacement se situe au niveau de l’arrivée d’un télésiège, à environ 2170m d’altitude. Ce qui me fait déjà 700m de dénivelé positif dans la vue, à grimper en moins de 6km… faites le calcul vous-même. Ca tape droit dans la pente, sans le moindre replat pour souffler. La piste de terre que l’on m’a conseillé au début est superbe et roulante, ce qui me permet de prendre doucement le contrôle de mon deux-roues inédit. Mais elle se transforme très rapidement en piste caillouteuse, aussi large que raide, et difficile tellement les pierres gênent la progression. Je suis bientôt tout à gauche à donner 100% de ce dont je suis capable simplement pour rester en selle et grimper raidard après raidard. J’avais oublié à quel point le VTT, surtout en ‘enduro’ comme ici, est hardcore au niveau cardio. Pas vu un seul VTTiste ici, ni en haut… ici c’est le royaume des randonneurs, mais pas des vélos semble-t-il. Pourtant, le télésiège tourne, pour déposer ceux qui veulent faire du VTT de descente au sommet.

Bouffé par cette pente diableresse, je finis par mettre pied à terre. Je mesure aussi mes évidentes lacunes techniques ; j’ai du mal à garder ma route et trouver un chemin qui serpente entre les pierres, tellement la pente est rude. La piste bleue s’est transformée en piste rouge depuis belle lurette ; j’arrive en bas du téléski « l’Etoile », et à la faveur d’un petit lacet à droite, je peux remettre 2-3 vitesses et doubler une famille en balade.

Pas pour longtemps ! Dès la sortie de la zone d’arrivée à ce téléski, le ‘mur’ qui suit me fait mettre pied au sol. Le père de la famille en rando me rattrape, et nous ferons 15 minutes côte à côte, lui à pied, moi à pousser le vélo. Un bout de discutaille à propos de vélo (il est lui aussi cyclo) qui me fait oublier une partie de l’effort… c’est que ce vélo est lourd en plus ! Puis je finis par remonter en selle et reprendre les devants.

Pas pour bien longtemps ! L’arrivée au Bachas est tellement pentue que je devrais pousser le vélo encore 10 minutes, à serpenter entre les lacets de rocailles et les bêtes en alpages.

Le Bachat ! Ca, au moins, c’est fait, et on ne pourra pas me le reprendre. Je bois et mange un coup, et repars de plus belle. C’est la piste noire enduro balisée 35 « La Intense » dont je suis le bornage pour le moment. Elle me fait remonter la piste bleue de l’Eychauda, sur une large piste d’abord en terre, puis très rapidement de cailloux. L’effort est terrible, je suis cuit déjà. Je pousse le vélo, remonte en selle sur quelques centaines de mètres, pour de nouveau ripper de la roue arrière et repartir à pied. Baaaaah mais ça n’en finira pas !

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier

Ben si, justement. L’arrivée au col de l’Eychauda (altitude 2425m) est la première belle récompense du jour. Surtout qu’elle se fait sur un terrain déjà plus praticable à VTT, et donc, en selle comme il se doit, en laissant la retenue d’eau sur ma droite, faite pour la neige artificielle l’hiver.

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier 16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier

Courte pause au niveau du col, et je repars sur la piste menant au col de la Cucumelle (altitude 2501m)… ici, tout se fait à vélo, no problemo. Je fais un court détour à l’écart du long lacet formé par la piste de ski alpin, pour être sur de passer au niveau exact du col.

Puis, un dernier repère pris auprès d’un couple qui pique nique et me montrera rapidement leur carte IGN, je grimpe au-dessus du télésiège de Cucumelle, direction le Rocher du Grand Pré. Désormais, c’est du singletrack, comme on dit dans le jargon : du simple sentier de randonnée, pas large pour un sou. Un court instant celui-ci longe une petite crête ; je suis obligé de pousser le vélo, il y a simplement trop de pente.

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier

Puis le tracé enduro n°36 ‘La Tripe Chaude’ fait son apparition. C’est celui que j’étais venu chercher, puisque, partant sur la droite, et évitant le sommet qui me faisait face, il va m’emmener tout droit au col du Grand Pré. Ce singletrack est réellement étroit et technique. Il traverse un ou deux courts pierriers, mais surtout, le sentier s’enfonce de part le passage des randonneurs à travers les années, et il est donc impossible par moment de pédaler : les pédales toucheraient les bords de cette petite piste de bobsleigh… Puis finalement je prends doucement le pli, et c’est en faux plat que j’atteins le rebord de la montagne, puis en descente que j’arrive au sommet du grand pré en question… le col du Grand Pré, juché à 2544m d’altitude, m’accueille à bras ouverts ! Cris de marmotte, vue de malade sur la vallée en contrebas et des montagnes avoisinantes… je suis littéralement sur le toit du monde !

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier 16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier

« Descente très difficile : sentier étroit avec des passages avec de l’engagement »… je sais désormais ce qu’est une descente sur piste noire en VTT enduro ! J’avais hésité à faire demi-tour au sommet pour redescendre par la piste rouge grimpée à l’aller, mais j’avoue qu’un descriptif sur internet de ce parcours ‘noir’ n°36, mentionnant plus de 40 lacets, m’avait donné envie de tenter. Au pire, porter le VTT, je me rappelle l’avoir déjà fait quand j’étais lycéen ! Je ne prendrais pas de risque, j’irais simplement doucement.

Bah, je vais être servi !

Les premières 15 minutes de descente sont techniques, mais abordables. Peu de changements de direction, la difficulté c’est surtout d’éviter les petits rochers sur le sentier, et de bien gérer la vitesse (je parle de vitesse, mais je devrais plutôt parler d’absence de vitesse… honnêtement, je dois rouler à 4-5km/h !). Mais après un premier décrochement de pente, et un large virage à droite, j’aborde la partie inférieure du grand pré, beaucoup plus pentue. Quelques racines rendent le terrain terriblement technique, avec cette pente incroyable. Je baisse la selle une seconde fois, pour ne pas passer par-dessus le guidon. Je franchis de très nombreuses zones avec les pieds au sol. Merci les freins à disque… c’est la première fois que j’en essayais et j’avoue que c’est le top… pour être clair : j’ai du mal à croire qu’on puisse passer ici avec des freins à patins. Tout simplement.

Plus bas, le singletrack atteint un petit bois. Les arbres sont épars, la pente hallucinante. J’ai du mal à ne pas déraper même en portant le vélo. Parait que les championnats de France de VTT ont eu lieu ici récemment ? Tu m’étonnes… y’a de quoi faire une sacrée sélection, là.

Puis les lacets s’enchainent. Je passe à vitesse d’escargot, mais j’arrive par moment à enchainer 2-3 lacets avant de devoir remettre le pied au sol. Je croise un couple de randonneurs, un troupeau de bêtes dont les cloches donnent un son purement alpin qui sied parfaitement à cette sortie ‘paumée’. Puis je fais enfin la jonction avec le parcours rouge n°37 ‘Endur’Hope’. Je me dis que le plus dur est fait. Si seulement…

… ici les lacets sont extrêmement resserrés, et la pente toujours aussi difficile. Sans parler qu’on est dans la forêt, et qu’il faut donc gérer ce qu’il y a au sol (cassures de terrain formées par des racines) mais aussi ce qu’il y a en l’air (ne quand même pas se prendre une branche en pleine tête).

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier 16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier

Ai-je pris trop d’assurance ? Honnêtement, je ne pense pas à en juger par le nombre de lacets que je passe à pied. N’empêche que rapidement, je vais faire un joli ‘soleil’, et une belle chute au ralenti, emporté par la pente et mon frein avant plus que par mon élan, quasi inexistant. Les bobos sont très limités, je remonte en selle. Deux lacets plus loin, c’est autre chose… second soleil, mais cette fois ci dans un arbre, et je fais deux roulades sur le côté avant de pouvoir m’arrêter dans la pente en contrebas. Je remonte, le vélo avec.

Petit topo rapide…celle-ci, c'était une sacrée chute.

J’ai le visage un peu en sang, principalement la lèvre et la joue droite. Le bras gauche et le genou droit dont tailladés. Ça saigne, mais rien n’est profond. Ce n’est pas le genre de chute où on peut se casser quelque chose, c’est principalement de l’épiderme. Mais ce qui est très largement entamé désormais, c’est ma confiance en selle, et donc ma capacité à manœuvrer dans ces conditions toutes nouvelles pour moi. Preuve en est, je referais 2 chutes dans les 10 minutes qui suivront. La première aurait encore pu être du même acabit que celle décrite précédemment. La suivante, toute petite, mais je mettrais deux bonnes minutes à dégager ma jambe coincés entre la fourche et la roue, puis à retirer le vélo, coincé dans une branche d’arbre. Punaise, quel débutant.

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier 16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier

Je pousse (ou plutôt, ‘retiens’) le vélo plus que je le chevauche désormais. Voilà ce qui arrive lorsqu’on met un VTT entre les jambes d’un routier !

Je franchis plus loin un petit torrent, qui me permettra de faire une pause, nettoyer mes plaies, et faire un petit ‘point’ de situation. Il ne me reste plus grand-chose à descendre, et finalement, ce n’est pas le bout du monde. A la croisée des chemins, je retombe sur une bifurcation entre une piste VTT rouge et une bleue. Je n’hésite pas une seconde et prends la plus facile des deux ! Le retour se fait par les Guibertes au fond de la vallée.

Trois nouveaux cols, quatre chutes à vélo, une sortie aussi courte que difficile, et qui laissera des traces 4-5 jours après, le coude et la cuisse gauche sont encore tout bleu/jaune !

La prochaine fois, je redescendrais sur une piste plus à ma portée, c’est promis ! N’empêche que… j’ai pris mon pied.

16 aout 2016 - VTT : haute altitude sur le domaine de Serre Chevalier
Commenter cet article

FONTAINE Hélène 11/01/2017 22:32

Je lis cet article un peu tardivement...je suis heureuse de revoir ces coins que l'on connait très bien : on a fait 2 fois cette rando depuis Monétier, dans un sens et dans l'autre ( 7 heures de marche en montant par les Guibertes ) ; les Roches Corneille, que l'on voit si hautes depuis l'appartement semblent presque petites vues depuis le col du Grand Pré ! Heureusement que je ne sais qu'après que tu es passé par là, surtout la descente !!!!! T'aurais pu t'amocher plus...Superbes photos et beau film, bravo . Maman

cestdurlevelo 12/01/2017 07:26

Ce sont de super coins que je ne connaissais pas, à vrai dire... puisque c'est légèrement éloigné du domaine skiable. Le Grand Pré est magnifique, en arrivant au col par-dessus, en faible descente, la vue était saisissante. La descente... elle était bien trop technique et difficile pour moi, la prochaine fois je chercherais un parcours plus simple !

lariegeoise 26/08/2016 17:12

Le VTT nous ouvre vraiment de nouveaux horizons et j'avoue que je suis preneur car on peut découvrir de magnifiques autres paysages que des classiques!

cestdurlevelo 26/08/2016 17:41

Tout pareil :)

Brigitte 24/08/2016 20:34

Petit inconscient ;-)
Mais t'as bien raison !!!

cestdurlevelo 25/08/2016 07:03

ahah il faut savoir se lancer parfois ! Se lancer dans le ravin quoi ;)

Patricia 22/08/2016 23:27

Certes de belles gamelles, mais aussi de bien belles photos !! M'enfin, tu dois aimer ça tomber, car 4 dans la même sortie, faut le faire quand même....remarque t'as pas eu froid aux yeux, pour sûr. T'as pensé qu'aux cols que tu allais t'aligner, comme un bon vieux routier....mais en haute-montagne, y'a plus consommateur d'énergie que la montée !! yessss, c'est la descente, toujours technique, très souvent dangereuse, et quand on est solo, ben faut plaisanter de trop quand même....Mon conseil : effectuer un stage de pilotage au plus vite, parce que je sens bien que le Vélo de Montagne ça te gagne !!!

cestdurlevelo 23/08/2016 08:15

He oui, j'ai fait l'erreur de débutant de croire que la descente, bien que tout doucement,, ça allait passer. Résultat plus que mitigé ;) Mais bon, je me suis fait plaisir c'est ce qui compte !

C'est vrai que depuis j'ai bien envie d'aller explorer le Jura derrière chez moi, sur VTT. Pour ça, il me faudrait un VTT, pour commencer. Qui sait, on emménage dans notre maison (avec garage.. chose que l'on a pas aujourd'hui en appartement) dans quelques mois, en 2017 il y aura peut être une nouvelle addition à ma 'flotte' de vélo ;)

Tom 22/08/2016 11:09

Mouhahaha, trop bon. Saches qu'on a pas fait une sortie VTT si on est pas tombé au moins une fois, sinon T'as juste aere le vélo.
Alors en plus tu as payé le tribu du sang, donc je valide complètement la sortie :)
C'est bon hein. Quand tu veux je t'emmène sur le Jura.

cestdurlevelo 22/08/2016 11:32

Je ne dis plus que je ne me remettrais pas au VTT comme je le disais jusqu'à la semaine dernière ;) surtout qu'une fois qu'on aura emménagé à Collonges, je serais comme toi avec la montagne sur le pas de le porte de la maison. Litérallement. Ahah MDR pour le 'tribu du sang'. Euh, je veux bien venir avec toi, mais il me faudra une monture avant. Et je compte pas me planter à chaque fois !

Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse