Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Oct

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Haute Savoie, #Dodecaudax, #Annecy,, #Col de la Forclaz de Montmin,, #Col de la Croix Biche,, #Col de la Fretallaz

211km et 3611m de D+ en 9h11, coef 1.71

Météo: froid, soleil

Après presque deux mois sans parcours de plus de 75km, pour raison d'entrainement sur du court mais 'intense' en vue du CLM de Paladru, me revoilà à la longue distance. Un beau parcours costaud de 211km pour aller chercher le col de la Forclaz de Montmin depuis la maison. Ca fait deux passages par les petites collines de Haute Savoie dans la zone Frangy/Rumilly, à l'aller et retour. Avec au milieu, le très pentu col de la Forclaz, suivi de plus de 20km de plat le long du lac d'Annecy.

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

-1° au mercure à 8h30 au départ. Je ne regrette pas d'avoir mis les jambières (que je garderais toute la journée... j'aurais pu mettre le cuissard long finalement), deux buffs (un autour du cou, un sur la tête) et surtout, 3 couches en haut, et les chaussures d'hiver. Résultat,  je me sens en mode 'bibendum', c'est pas très agréable pour pédaler (du moins, il faut s'y faire), mais au moins je n'ai pas froid !

Départ par Satigny, Aire la Ville, Bernex, où je retrouve la grosse voie cyclable le long de la deux-voies, et oublie par la même occasion de tourner à gauche direction Soral. Ca engendre un petit détour par Sezegnin, où arrive le petit incident du jour... par -1° et avec de l'humidité dans l'air (je viens de ressortir d'une épaisse couche de brouillard), ma roue avant glisse sur la peinture au sol d'un cédez-le-passage. La chute est évitée par chance, la pédale gauche se décroche comme par magie... seulement je reçois un gros choc du genou sur le cadre du vélo. La douleur est réelle... je remonte immédiatement en vélo, et pédale tout doucement pour estomper la douleur... car si ça refroidit, je ne pourrais pas repartir.

Ça me coûtera 20 minutes de douleur mais ça finira par disparaître... j'aurais simplement le droit à un genou enflé et un beau bleu le lendemain.

Après Soral, j'entre en France à Viry. Première longue grimpée sur le col de la Croix Biche. J'aime bien ce col... c'est assez long mais jamais trop pentu. On a le temps de se mettre en pattes pour le reste de la journée, quoi.

Col de la Croix Biche

Col de la Croix Biche

Ce qui me plait sur ce col de la Croix Biche, c'est aussi la descente qui suit... très panoramique, malgré l'altitude peu importante. Chouette vision à 180° sur les collines du sud, qui me tendent les bras.

Cernex, puis Cercier, par la grimpette que je n'avais faite qu'une fois avec Yann il y a bientôt un an. Ca grimpe sec, il faut se mettre debout sur les pédales.

Ensuite ce sont les collines de Choisy qu'il faut franchir. Ca monte, ça descend. Et ça descend plutôt pentu, droit au niveau de l'autoroute, à proximité de l'échangeur de St Martin de Bellevue, au sud d'Allonzier la Caille. Je continue à droite, pour poursuivre mon chemin vers le sud.

22 octobre 2016: Cycle & Destroy
22 octobre 2016: Cycle & Destroy22 octobre 2016: Cycle & Destroy

La grimpée suivant m'emmène au col de la Fretallaz par St Martin de Bellevue, un versant que je ne connaissais pas encore. Puis la descente me fait rallier Mercier.

Encore une bosse ! Ça n'en finit pas... bon OK, c'est un peu ce que je suis venu chercher, ces 'montagnes russes'. Grimpette sur Villaz, où j'étais passé lors de mon dernier dodecaudax en date... tout début septembre. Je tourne à droite, et c'est parti pour une belle partie roulante via Naves Parmelan, qui se termine en descente serrée jusqu'au niveau du Fier, qui n'est pas très gros en eau. La montée suivante est magnifique... le soleil à travers les arbres, couleurs d'automne...

 

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

N'ayant à ce jour pas encore trouvé de bon itinéraire pour arriver à Annecy en évitant la grosse route (quasi une autoroute), sauf en contournant par l'est, et en passant par le domaine universitaire... c'est par là que je passe aujourd'hui encore.

Une déviation de route pour cause de travaux plus loin, me voici sur l'esplanade du lac. Pause photo, j'enlève le coupe-vent sans manches, un buff et les gants. Voilà qui permettra de mieux ventiler, vu le morceau à venir... le col de la Forclaz de Montmin, c'est du très costaud, même si c'est par son versant le moins difficile que je vais m'y frotter.

 

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Court passage par la vieille route des Pensières, puis après Menthon St Bernard, c'est parti pour 10.5km de grimpée. La difficulté de cette ascension réside par son final terrible... de longs passages au-dessus des 10%... perso, le GPS aura annoncé du 14-17% de nombreuses fois. Pas sur que ça soit réel, en tout cas ça vous pose le contexte.

Profil du col de la Forclaz de Montmin (source: Alpes4Ever)

Profil du col de la Forclaz de Montmin (source: Alpes4Ever)

Effort terrible sur le haut, c'est complètement interminable ce truc ! Bon OK, j'y étais déjà grimpé une fois... mais moi qui pensait avoir progressé depuis, c'est rapé. J'ai l'impression de me battre contre une pente infranchissable, la sueur dans les yeux et les jambes aux abonnées absentes.

22 octobre 2016: Cycle & Destroy
22 octobre 2016: Cycle & Destroy22 octobre 2016: Cycle & Destroy22 octobre 2016: Cycle & Destroy
22 octobre 2016: Cycle & Destroy22 octobre 2016: Cycle & Destroy
22 octobre 2016: Cycle & Destroy22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Vous me direz, l'important c'est d'arriver en haut ?! Bah de fil en aiguille, je vais bien réussir à me hisser au sommet, absolument cassé... le cardio et les jambes ont pris cher, et j'ai besoin de m'affaler sur le cintre du vélo 1min pour récupérer, avant d'aller profiter du panorama magique qui fait la réputation de ce col, avec les parapentes au-dessus de la tête. Un beau jour pour pédaler, un beau jour pour s'envoler aussi, c'est sur !

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Il fait frais en haut, malgré le soleil. Je ne traine pas trop pour avaler un sandwich, remettre buff, k-way total, et gants longs. Et je file dans la descente en profitant de ces si belles montagnes qui changent de couleur.

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Ca descend fort, et je suis donc rapidement sur Faverges. Ou plutôt à Vesonne, car je reste aux portes de Faverges sans y entrer. La piste cyclable m'attend ici les bas ouverts, et enfin un peu de plat pour récupérer. Sauf qu'il y a un bon petit vent de face qui m’agace et me ralentis.

Au bout du lac, je retrouve des flopées entières de cyclistes qui font probablement le tour du lac. Je profite du bleu des eaux du lac sur ma droite, pour détourner mon esprit de l'évidence de la situation: j'ai des poignards dans les cuisses, et le cardio refuse de monter dans les tours: seulement 110km et je suis déjà cuit de CUIT. Aie. Encore 100-110km à 'se rentrer' en mode diesel+souffrance, à la louche... c'est pas gagné.

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Besoin d'une courte pause après avoir franchi l'une des barrières pour ralentir le trafic des vélos au franchissement d'une route pour autos. Une compote. De l'eau. Et surtout, j'enlève tout les vêtements que j'avais en trop. Rhaaa j'ai trop chaud aux pieds, la vache, j'aurais peut être du partir avec les chaussures d'été et deux paires de chaussettes plutôt que les chaussures d'hiver ? Bon au moins j'ai pris un maillot manches courtes EN PLUS dans le sac, ce qui me permet de passer avec deux couches en haut seulement, dont une courte. Idéal pour ventiler et permettre un effort optimal. Surtout que le vent se calme en arrivant à Annecy.

C'est reparti pour les 'collines russes' du retour. A commencer par la sortie d'Annecy via Cran-Gevrier. Beaucoup de feux rouges, de trafic... pas le meilleur moment de la journée.

Je retrouve heureusement la campagne à Chavanod. Passage sous le château de Montrottier, magnifique sous le soleil (voir photo ci-dessous qui vaut le coup d'être vue en grand !) et grimpée sur Lovagny en mode escargot. Je me sens réellement vidé.

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

A Nonglard, je reconnais une longue section de route qu'on avait passée avec Yann... finalement, le parcours ressemble pas mal à ce qu'on avait pu faire ensemble en décembre dernier, hors les Bauges.

Montée sur Vaulx, je passe sous l'église entourée d'une petite foule familiale... le samedi c'est jour de mariage. La grimpée se poursuit vers St Eusèbe, et de manière fort pentue. Je souffre, mais souris en doublant ce papi qui pousse son VTT et m'encourage. OK, je suis au bout de mes forces, mais quel panard quand même... un gros soleil comme ça en octobre, faut pas cracher dans la soupe...

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Descente vers Thusy, re-grimpée avant d'atteindre Menthonnex sous Clermont. Les champs de céréales font place aux patures et aux vaches qui me regardent passer... faut dire qu'à cette vitesse, elles ont tout le loisir de me regarder cravacher. Un peu plus et elles se moqueraient presque.... "meeuhhh qu'est-ce-qu'il fout celui là" ???

Mannecy-Frangy, ça descend et ça roule vite ! Encore une pause pour manger un morceau et m'étirer les jambes. Envoyer un SMS et repartir. Désormais, je connais la route sur le bout des doigts, c'est un peu mon itinéraire favori pour me rentrer sur le pays de Gex, car en passant par la montée de Chessenaz, je sais pouvoir faire la pause aux WC publics, TOUJOURS ouverts, et remplir les bidons d'eau. Ce qui a aussi l'avantage de couper cette montée en deux.

La montée de ChessenazLa montée de Chessenaz

La montée de Chessenaz

Après la pause, je poursuis mon ascension, tout doucement, et finis par atteindre Héry, Quincy et Clarafond. Encore un dernier effort et me voici au-dessus d'Arcine. Youpi, y'a plus qu'à retomber dans les gorges du Rhône en roue libre.

22 octobre 2016: Cycle & Destroy
22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Le retour sera ensuite complètement classique. Objectif, franchir le Rhône et remonter sur le petit 'plateau' du pays de Gex en évitant toute grosse montée. Pour ça, je vais aujourd'hui remonter en Suisse à Chancy (douane de la Joux).

22 octobre 2016: Cycle & Destroy

Puis Avusy, Dardagny par la route principale. Je retrouve la piste cyclable qui longe la frontière à quelques mètres près sur plusieurs kilomètres... où je m'étais beaucoup entrainé sur le Cervelo P2 avant le CLM de Paladru, justement.

Thoiry, St Genis Pouilly. J'arrive à la maison avec presque un pincement au coeur... en me disant que c'est peut être déjà la dernière fois que je termine une sortie vélo en arrivant ici à l'appartement... déménagement dans deux semaines !

Commenter cet article

bosses21 24/10/2016 15:29

Salut Baptiste ! Waouh quelle sortie ! Quand je vois que tu as fait 210 km / 3600 m de D+ à 23 de moyenne et que tu dis que tu as été "destroy", ça me fait flipper !!! Rhaaaa la Tournette aux couleurs d'automne dans le Col de la Forclaz, c'est génial ! Le tunnel de Duingt sur la piste cyclable est aussi sympa je pense. Samedi, c'était aussi très beau soleil et j'ai réalisé une belle sortie dans le vignoble beaunois et je peux t'assurer que c'est ce moment précis qui a donné ce beau nom à mon département qu'est la Côte-d'Or ! Bon déménagement, ça va te changer la vie dans les mois à venir ;-) !

cestdurlevelo 24/10/2016 19:14

Tiens, tiens... t'aurais pas reconnu le profil altimétrique emprunté d'un certain Alpes4Ever ?!! ;)
Tu connais bien les lieux, je vais donc pas te refaire l'histoire... mais oui, gros parcours, gros panoramas et supers moments de pédalage... mais grosse fatigue aussi, TRES grosse fatigue !
Objectif déménagement, ne pas trop se prendre la tête, et penser au garaaaaaaage que j'aurais bientôt pour ranger les vélos ! ;)

Gérard (du 95) 23/10/2016 21:24

ah toi, tu as l'art de trouver des titres intrigants... quand je reçois le courriel qui m'indique ton cr et que je vois destroy, allons bon me dis-je... mais non, ouf, ce n'est qu'une destruction normale, surtout en passant de petits parcours à un dodeca, et avec le dénivelé qui convient bien sur.
bravo

cestdurlevelo 23/10/2016 21:51

Rhalala ouais j'ai douillé comme il faut là. Les coups de poignards dans les cuisses comme je ne les avais plus ressentis depuis TRES longtemps. Et cette impression de devoir gérer, coute que coute. J'ai tapé loin dans les réserves ce samedi :)

lariegeoise 23/10/2016 20:44

Tu es vraiment un forçat du vélo car effectivement faire un tel périple à cette époque, c'est prendre beaucoup de risque, surtout quand tous les dernières sorties étaient de 75kms. Un sacré saut mais il n'y a que toi pour faire une chose pareille. D'ailleurs je me pose toujours la question, quel est ton métier? Un hercule ou un forçat du bitume. Bravo encore.

cestdurlevelo 23/10/2016 21:06

Salut l'Ariégeoise, perso j'ai un boulot de bureau, je fais de la recherche de fonds pour une association. Je ne sais pas si on peut vraiment parler de 'risques', de s'élancer comme ça sur 210km, mais disons que oui j'ai quand même tendu le baton pour me faire battre. Je comptais sur mon très bon entrainement en intensité depuis début sept, souvent on dit qu'en roulant 'en dedans' quand on a la forme, on peut rouler vite et long. Ça n'a pas été vrai pour moi sur cette sortie. Il faut aussi dire qu'avec des journées chargées en ce moment, mon 'pic de forme' est désormais loin derrière moi.

franco 23/10/2016 17:40

Brigitte a bien résumé ,puis oui, les mêmes cols grimpé plusieurs fois ,a des saisons et des moments différents ,de la vie non jamais leurs pareil ,en tous cas une sacrée sortie tout de même ,ça équivaut bien a un brevet 200 montagne ça,
pas facile de partir sur un tel parcours avec la tenue idéal,,vive le sac a dos..

cestdurlevelo 23/10/2016 17:43

Vive le sac à dos, oui ! Il m'aurait presque fallu emporter les chaussures d'été dans le sac, ç'aurait été idéal ahahah.
Ouais, pas fastoche cet enchainement de collines. Ca m'a bien flingué. Mais c'est la Forclaz, un peu avant le milieu du parcours, qui m'a vraiment sabordé. Une fois là haut, OK le plus dur était fait, mais il restait probablement 1600-1700m de D+, et j'avais plus une seule once de forces...

Brigitte 23/10/2016 17:18

Tu es dur avec toi-même pour un 200 d'automne ;-) Même si l'humain n'hiberne pas, nous avons de l'ours ou de la marmotte dans nos gènes ...

cestdurlevelo 23/10/2016 17:42

Je ne suis pas dur avec moi même, la pente et la distance sont méchantes avec moi, c'est tout ! Bon, un dimanche très pluvieux, j'ai fait la marmotte toute la journée, c'est bon. L'équilibre des choses est restauré !

Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse