Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 Jan

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Isère, #Drôme, #Ardèche, #Chambarans, #Dodecaudax

201km en 8h18 (+20min de pauses), D+ 2110m, coef 1.05

Météo: froid, grisaille et rares éclaircies

Une sortie au goût de reprise...

Après avoir principalement tourné en rond dans le garage sur le HT au mois de janvier, enfin se présente l'occasion d'une sortie en extérieur. Rien de tel pour tenter de poursuivre le défi dodecaudax. Alors ça sera au départ de chez les parents à Rives, en Isère. Et n'ayant pas la grande forme après ces nombreuses semaines sans sorties longues, ça sera principalement plat et roulant

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

Le parcours dessiné sur la carte m'emmène plein ouest, via St Marcellin, traverse les Chambarans, point haut de la journée, descend sur Roybon et traverse la quasi totalité de la vallée de la Galaure, où j'entrerais en Drôme. Puis après une courte bosse, je traverserais le Rhône pour entrer en Ardèche, où m'attendra une belle longue montée, puis une redescente par le parc animalier de Peaugres et Feline. Puis s'amorçera le long retour vers l'Isère par Péage de Roussillon, Beaurepaire et Beaucroissant.

8h30, départ. La descente de Renage à Tullins est verglacée, je la fais au ralenti, en arrondissant les angles. Prudence maximale. Puis c'est la longue route de Tullins à l'Albenc, par Malatras, que je connais par coeur. Ensuite, Vinay et St Marcellin.

Ces longues lignes droites ont eu l'intérêt d'être sur des routes parfaitement propres et sèches, et ça avançait particulièrement bien, et sans effort intense. Parfait pour enquiller des kilomètres comme des perles, sachant que la fin de journée me verra forcément fatigué.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

A St Veran, aux portes de St Marcellin, je fais un droite-gauche. Immédiatement, ça grimpe fort, dans les 9%, sur les premières sections de cette ascension du col de la Feta des Chambarans. Compter 10km de grimpée pour 380m de dénivelé, mais avec une ou deux courtes redescentes et plusieurs replats. Finalement, c'est le début qui m'aura été le plus difficile. Ayant pris le parti de ne pas enlever de couche à St Véran, je suis en nage au sommet. Du coup, forcément, je prendrais un peu froid dans la descente de Roybon, après être passé à Murinais, au col de la Feta, et devant l'ancienne 'ZAD' qui avait pour but d'empêcher la construction d'un village-vacances (et qui semble avoir réussi son objectif, d'ailleurs).

Roybon, à partir d'ici et jusqu'à Hauterives, il est possible que je croise Brigitte, avec qui on s'est donné RDV. La descente de la vallée de la Galaure, ça me rappelle surtout le BRM 300 de 2013, où il avait des -8°, de mémoire, à cet endroit précis. Bon, j'ai du y repasser depuis quand même. J'avais oublié à quel point c'est roulant... de longs faux-plats descendants qui s'enchainent pendant de longs kilomètres, à rouler à 36-38km/h sans effort. Le pied.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour
29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

C'est à la sortie de St Clair de Galaure que je retrouve Brigitte ! Courte pause pour se dire bonjour, et on reprend le cours de nos discussion vélocipédiques, mises entre parenthèses depuis l'Ardéchoise de l'été dernier, où nous nous étions vus la dernière fois.

Quel pied de faire un bout de route si bien accompagné. J'adore les sorties longues 'interrompues' par une présence familière. Ca brise la monotonie, et ça donne l'impression de recommencer la sortie 'à zéro', aussi bien en rencontrant l'ami(e) en question qu'au moment de lui dire au revoir.

Hauterives, pas besoin de pause finalement. Mes bidons sont encore bien pleins.

Châteauneuf de Galaure, St Bonnet de Galaure, Mureils, la Motte de Galaure. C'est ici que la 'renarde' va me quitter pour retomber plein sud chez elle. Moi, je continue mon chemin, en réalisant très rapidement sur le GPS qu'à force de discuter, j'ai dévié très largement de mon parcours planifié. Oups.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

Du coup, je fais la pause immédiatement. En mangeant un gateau tiré du sac, et en buvant à grandes goulées en me disant que j'ai déjà trop peu bu à ce stade de la journée, je cherche sur la carte un itinéraire 'bis' pour retomber sur ma trace GPS.

A St Uze, je prends à droite. Montée très sympa direction Beausemblant. Et... ça fait pas semblant justement. Ca grimpe assez sérieusement sur plusieurs kilomètres. Mais sur une route campagnarde ultra-calme, ultra-sympa. A ce stade de la journée, les jambes tournent bien, et je prends mon pied.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

Descente sur Beausemblant. Quelques traces de verglas, alors prudence. Puis 'à la carte', je chercher à retomber sur ma trace GPS initiale. J'embranche sur la N7 sur 2km, berk. Trop de trafic. Je dévie ensuite à gauche sur Andancette, et Andance, où je traverse le Rhône et entre en Ardèche par la même occasion. Super !

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

Encore un bout de grosse route, plein nord, et je bifurque à gauche sur Saint Désirat, où je m'enfonce doucement entre deux montagnes de part et d'autre du village.

Je le sais, le début de la montée sera coriace... c'est ce que Brigitte m'a indiqué. Et ça se révèle vrai... à la sortie du village ça pique un peu. Mais je prends ensuite un rythme de croisière calme, et ça grimpe 'presque' tout seul. Pause au sommet devant le panneau d'un col de l'Ardéchoise - à savoir, un col non répertorié sur les cartes, mais implanté ici pour ceux qui aiment découvrir l'Ardèche à vélo et ses nombreuses ascensions.

J'en profite pour enlever une de mes 4 couches en haut, ainsi que le buff que j'avais autour du cou. Je remplace aussi les gants épais par des gants fins.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour
29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

Puis c'est reparti, toujours en montée, mais par à-coups. Après Colombier le Cardinal, je bifurque à droite puis à gauche, en longeant le parc animalier de Peaugres, non sans retracer mentalement des souvenirs d'y avoir emmené ma nièce il y a quelques années. Encore un dernier bon gros raidard m'emmène à Savas. Une montée à flanc de colline couronne le tout, et me fait arriver au col du Fayet.

115km à ce stade. Me voici sur les lieux du 'crime'. Car oui, mon parcours a été entièrement dessiné dans le but de venir franchir ce col, inédit pour moi, en Ardèche. Sauf que... une fois sur les lieux... je crois bien reconnaitre les lieux, et suis quasi sur d'y être déja passé ! Ahah.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

La descente sur Vinzieux me confirme ces impressions... je reconnais les lieux... et en effet, après vérification, j'étais déjà passé ici en 2013. Pas grave, ça me fait sourire alors que je refranchis le Rhône à Sablons, après avoir parcouru quelques collines du côté de Félines.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

Je suis à sec, plus une goutte d'eau dans les bidons. Et ça fait un moment que je cherche, mais je suis tombé sur deux fontaines dont le maigre filet d'eau me semblait douteux, et rien d'autre pour le moment... toujours aussi dur de se ravitailler correctement l'hiver.

Après avoir franchi le Rhône, encore un peu d'orientation sur des routes au gros trafic automobile, dans le but de suivre ma trace GPS qui justement m'emmènera sur des routes moins fréquentées ensuite.

Ravitaillement en eau à Anjou. Les WC 'hors gel' (grosse pancarte sur la porte) qui me promettaient un robinet et de l'eau potable, sont fermés à clé. Très malin, ça. Heureusement, il y a une fontaine à proximité, dont la couleur et le goût de l'eau me paraissent correct. Ca fait du bien de me désaltérer (même si l'eau est glaciale), après avoir trop peu bu jusqu'à présent. Clairement, je suis déshydraté.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour

Allez, encore de longues sections de ligne droite en faux-plats très légèrement montants.

Pact, Beaurepaire. Je suis complètement cuit, et j'avance à 20km/h sur le plat. Voilà quoi, plus d'jus du tout, je suis dead. Quelques changements de direction autour de Beaurepaire me font réaliser que le vent m'a aussi un peu gêné sur la dernière heure. Et puis ça fait du bien de casser les lignes droites de temps en temps... elles sont barbantes, seul et fatigué. Quelques remontées à la sortie de Beaurepaire puis à Marcollin.

A partir d'ici, je file vers l'est en longeant les collines des Chambarans, mais sans y monter. Ceci dit, les faux-plats sont plus souvent montants que descendants ! Je me trouve à portée de tir d'un VTTiste, au loin, que je ne reprends pas vraiment... ça en dit long sur mon état de fatigue.

Mais peu à peu, après avoir mieux mangé et bu depuis une heure, je commence à le reprendre, et le double ensuite allègrement. Impression de second souffle. Mais ça ne durera qu'une demi heure, peut être 40 minutes. Je n'ai plus trop de jus, et ce malgré les nombreuses barres avec lesquelles je m'empiffre depuis un moment.

Viriville, St Siméon de Bressieux. Il commence à doucement faire sombre, et je sais que je n'ai que lumière arrière et gilet réfléchissant, pas de lumière avant... bref, je me magne pour rentrer avant la nuit.

St Etienne de St Geoires, pas le courage de monter le col de Toutes Aures ; désormais, je fais au plus court, et au plus facile. Lignes droites, encore des lignes droites: Sillans, Izeaux, où je bifurque sur la petite route des étangs jusqu'à Beaucroissant. Et enfin: RIVES ! Terminus.

29 janvier 2017 - Isère, Drôme, Ardèche, et retour
Commenter cet article

Patricia 04/02/2017 10:28

La descente sur Vinzieux est très belle, ce passage de ta vidéo donne envie de prendre le vélo de suite ! C’est amusant de réaliser in situ qu’en fait tu étais déjà passé au sommet du col ou sur le chemin repérés sur la carte comme inconnus, et là - c’est toujours un moment où les frontières de nos certitudes s’estompent. La déshydratation semble accompagner toutes les sorties par températures négatives, difficile de faire autrement…et difficile de prévenir en buvant beaucoup avant…:-)…(surtout pour les féminines !). Belle première sortie outdoors pour 2017 !

cestdurlevelo 04/02/2017 19:00

Oui c'était assez cocasse de me retrouver là-haut au col et de me dire... m'enfin, mais je connais ! Ahah. Surtout que ce lieu était THE reason pour laquelle j'avais tracé ce parcours étendu d'est en ouest. Oui, difficile de bien s'alimenter et boire en hiver. Bon là en plus j'ai réellement eu du mal à trouver de l'eau, chose assez rare pour être mentionnée. Une sortie terminée réellement éreinté, voilà qui appelle d'autres longues balade dès que le vent et la pluie nous laisseront tranquilles !

Didier 31/01/2017 10:27

Franchement, te taper un 200 kils comme ça paf paf direct après une grosse coupure, c'est gonflé... Tu m'étonnes que tu es rentré carbonisé ! Faudrait être un peu plus progressif dans ta reprise :)
Après, c'est clair qu'un tel redoux après un mois de froid glacial, il fallait absolument en profiter un max et tu as bien fait. Surtout que samedi, du côté de l'Isère, il faisait bien doux en effet: 11° à La Tour-du-Pin vers 15h quand j'ai décollé à vélo aussi. Ca change du froid lémanique ! J'ai aussi fait 200 pitons ce we d'ailleurs... mais en deux fois :)

cestdurlevelo 31/01/2017 11:48

Ahah ouais, pas très progressif, c'est vrai. Mais bon, je suis content d'avoir fait ce que j'ai fait... et si je peux enchainer, alors ça paiera :)
Ouaip, la t° a oscillé entre -2° et 9° max... mais de longs passages entre 5-8°, je suis d'accord avec toi.. à ce stade, ça fait presque printanier !

jean-pierre BEYLIER 30/01/2017 20:11

sacré Baptiste , tu commences la saison par un 200, quel courage, chapeau ,

cestdurlevelo 30/01/2017 20:20

Bah, dans la théorie, un 200 comme ça avec du plat entrecoupé de deux parties de collines/basses montagnes, c'est pas sorcier. Faut prendre son temps et ça roule tout seul. Dans la pratique, il faut simplement ne pas oublier de s'alimenter en dur et en liquide, erreur n°1 pour moi. Et savoir rouler en dedans, faire des pauses, pour pas trop d'abimer le mental. Erreur n°2 peut être... mais j'aime pas les pauses :(

franco 30/01/2017 19:59

he he pas facile de passer du léman aux terres iséroise drômoise et ardéchoise ,mais tu l'a bien fait ,et pour ça bravo,pas facile de se remettre en selle dehors ,après une bonne période de disette je pense que l'on aurait été 2 a rentrer cramé sur ce coup là !!!

cestdurlevelo 30/01/2017 20:03

Ouais Franco, j'avais besoin d'un bon coup de pied au cul, et voilà le résultat: une sortie super chouette, mais où j'en ai bavé à partir du km 140 environ !!! Aie aie aie. Si t'avais été là, non seulement on aurait pu prendre des tours devant ce qui peut être bien utile et casser la monotonie, mais... je crois que toi tu serais rentré tout frais ! Car ouais.... bien peu de côtes sur cette sortie à part les Chambarans à l'aller et l'Ardèche à la moitié. Toi t'as super bien grimpé récemment dans le sud, si je comprends bien ;)

Brigitte 30/01/2017 19:36

J'ai grand plaisir à retrouver sur le film mes routes familières ! A St Vérand, tu es sûr que tu n'as pas tourné à gauche :-) ?
Super contente d'avoir fait un bout de 200 avec toi ! Je n'avais pas réalisé non plus que tu déviais de ton itinéraire ... quant au col, je n'avais pas compris non plus que c'était celui du fayet :-) Bref, j'ai rien compris, mais je suis contente !

cestdurlevelo 30/01/2017 19:43

Moi aussi, super content de t'avoir revue. C'aurait pas été la même balade, même si on ne s'est vus qu'une demi heure ! Alors: MERCI. Pour le col du Fayet moi non plus j'avais pas réalisé que c'était celui là... persuadé que j'étais d'avoir repéré sur la carte un col que je n'avais jamais grimpé. Enfin, là je l'ai pris sur un versant différent, c'était chouette quand même. Il y a bcp de routes qui s'y rejoignent, à propos !

Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse