Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 Jul

29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Grand Colombier, #Col du Grand Colombier, #Haute Savoie, #Savoie, #Col de la Lèbe, #Col de la Berche, #Nantua, #Bellegarde sur Valserine, #Hauteville Lompnes, #Valfromey, #Dodecaudax

225km en 9h16, D+ 3488m, coef 1.52

Météo: fraicheur le matin, chaud en début d'aprem

Franchissement de la ligne de Karman à l'occase de cette sortie

Une bonne journée de pédalage m'attend. Un gros défi aussi. Ni plus, ni moins que le plus gros dénivelé à la journée que j'ai jamais fait à vélo. Ca reste bien loin de ce dont sont capables certains copains cyclos, qui bouffent du 8000 ou 10 000 à la journée... mais pour moi, et surtout au vu de mon manque d'entrainement longue distance cette année en particulier, où je privilégie les sorties nombreuses mais courtes, c'est pas gagné.

Mais voilà, j'ai envie de sortir des chemins balisés, et de pousser plus loin pour voir ce que je suis capable de faire. L'intérêt de ce parcours, c'est que je l'ai arrangé pour partir depuis la maison. Le parcours officiel de cette randonnée permanente des 5 Monts Savoyards est un gros défi !

Sur le papier, le tracé propose 292km pour 6700m de dénivelé. C'est costaud. Limite indigeste. Comme la météo annonce 30° l'après-midi, j'ai tout intérêt à avoir mis au moins deux de ces grimpées, toutes exigeantes, derrière moi avant que les chaleurs ne commencent. Ca sera donc un départ aux loupiottes, de nuit. Le réveil est mis pour 3h ce samedi matin. Dans la tête avant de partir, le seul truc qui me fait croire que je puisse aller au bout, c'est d'envisager que j'ai vraiment toute la journée devant moi, et que je peux très bien arriver à 21h ou 23h... je peux prendre mon temps et même faire les pauses nécessaires (sans en abuser); l'objectif est d'aller au bout.

Départ à 4h. Mais rapidement, tout va aller de travers: après avoir franchi les gorges de l'Ecluse, la descente sur Bellegarde sur Valserine, la remontée sur Billiat, j'entends un gros CRAC dans le levier de vitesse droit. Celui qui permet de changer les vitesses à l'arrière ; merde, il est coincé, et je ne peux plus passer les deux pignons de gauche.

A Anglefort, je me rends rapidement de la difficulté que ça engendre: même en croisant un peu la chaine, petit plateau (à gauche devant), le développement est trop difficile à emmener sur les pentes terribles du Grand Colombier. Du coup, je grimpe quasi tout le long en danseuse, très exactement le contraire de mon style habituel. Sur une grimpée de 15.7km à 8% de moyenne, ça pardonne pas, et bientôt je suis à l'agonie. Argh, c'est frustrant.

Bon, je profite quand même de l'ascension... j'essaie toujours de grimper au Grand Colombier une fois par an, c'est magique là haut. J'apprécie particulièrement de découvrir ce versant par Anglefort, le seul que je n'avais encore jamais découvert en montée.

Une fois la jonction faite avec la route de Culoz, actuellement fermée, je connais l'itinéraire. La partie rectiligne est un peu un supplice, mais les premiers rayons du jour qui percent à travers les arbres sur ma gauche me donnent la patate. Puis enfin, le carrefour de la Sapette, ça replate un peu. La fin de cet itinéraire me fait sortir de la forêt... vue magique sur le Mont Blanc et les autres montagnes entre lui et moi, prises dans une légère brume... vraiment trop beau. VOILA pourquoi j'aime le vélo !

Grimpée au Grand ColombierGrimpée au Grand Colombier
Grimpée au Grand Colombier
Grimpée au Grand ColombierGrimpée au Grand ColombierGrimpée au Grand Colombier

Grimpée au Grand Colombier

Photo au sommet, je remets manchettes et coupe vent sans manches avant de m'embarquer dans la descente sur Artemare. Non sans observer les peintures fraiches sur la route, du tout récent Tour de France.

Graffitis !
Graffitis !
Graffitis !
Graffitis !
Graffitis !

Graffitis !

Une fois en bas, je fais le crochet par Virieu le Petit, pour voir le pied de la bosse 'directissime' sur le Grand Colombier, le versant le plus pentu, celui que les pros ont pris en juillet. Puis je retombe sur Chavornay, et remonte sur Ceyzerieu par un bout de route que je ne connaissais pas encore. Pourtant, Ceyzerieu est un lieu de passage classique pour moi, depuis que JP Battu m'y a fait découvrir une fontaine d'eau potable sur un BRM 300. J'y bifurque à gauche pour, là encore, découvrir une portion nouvelle.

Le soleil est désormais bien sorti, je peux retirer les manchettes.

29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye
29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye

Cette section me fait retomber sur la très roulante D992, je pédale à haute fréquence, et le rythme est très correct. Je continue à gamberger: ces deux petits pignons qui ne passent pas vont-ils m'empêcher de grimper le très pentu (et long !) Mont du Chat ?!

A Massignieu de Rives, je découvre encore un nouveau bout. Un mec me double à fond et plafonne 150m devant. Je m'amuse à le voir se retourner sans arrêt pour évaluer si oui ou non, je reviens sur lui. La réponse est non, car il va bifurquer sur la route des vignobles, alors que moi je préfère rester sur mon itinéraire, direction Yenne.

A la sortie de Yenne, c'est le tournant du jour: re CRAC dans la poignée. Cette fois ci, c'est la déconfiture: la chaine est coincée sur le pignon de 11 dents, tout à droite. Même en croisant la chaine totalement, en 30*11, j'ai du mal à passer la bosse où l'incident s'est produit.

Autant dire, les 5 Monts c'est fini. Je vais tenter de me rentrer tant bien que mal à la maison.

Je boucle autour de Yenne, passe les gorges, et enquille sur Belley. Chaque montée est attaquée en force en 40*11... et dès que les jambes flanchent trop, ou le cardio (ou les deux), je retombe en 30*11, ce qui reste DIFFICILE. Par exemple, simplement le pont qui enjambe le Rhône à l'entrée de Belley me sera difficile. Bah c'est pas gagné pour se rentrer !

29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye

Alors je décide de poursuivre sur la grosse route, la même que celle empruntée lors d'une sortie en février. Rester sur un itinéraire principal, c'est la certitude d'éviter les grosses bosses. Mais c'est aussi moins sympa. Mais bon, je ne vais pas me plaindre, donnez moi une route plate, c'est tout ce que je demande. Ceci dit, plus loin, je m'arrête: grosse décision à prendre. Soit je rentre par Culoz et la très longue grimpée peu pentue mais irrégulière sur Bellegarde, soit via le Valromey et Hauteville Lompnes. Ce qui me fait m'orienter sur cette seconde piste, c'est principalement le fait que je ne la connais que très peu. Alors que Culoz-Anglefort-Bellegarde, c'est du vu et revu, et je sais que je vais en baver sur mon 30*11.

Croisons simplement les doigts pour que l'itinéraire d'Hauteville Lompnes ne soit pas trop grimpant !

La réponse est SI, il l'est. Seulement au début, et heureusement. La route m'emmène sur le col de la Lèbe: 12.5km et 620m de D+ à grimper. Enfin ça, je ne le savais pas. Sinon, JAMAIS je me serais embarqué dans une telle galère.

 

29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye
29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye

Ca grimpe, ça n'arrête pas de grimper. Le cardio prend cher, les jambes sont mortes. Je tourne les pattes à la moitié de ma fréquence habituelle, c'est de la pure boucherie. Je suis 100% en force, ça me crame illico. En quelques bornes, je vais me bousiller les jambons. Ca sent le jambon fumé, le jambon cramé. Je dandine de la tête, à droite, à gauche. Je tire sur le guidon. Je tire et pousse au mieux sur le cycle de pédalage, mais alors, quelle galère ! Plus grosse galère de l'année, c'est clair.

Je finirais par arriver au col de la Lèbe, mais alors à l'arrache totale ! La bonne nouvelle c'est qu'après, ça va devenir vachement plus roulant, m'ont dit un couple de deux potes à vélo que j'ai doublés dans la montée. Oui oui, doublés. Ils ne roulaient VRAIMENT pas très vite ahah :)

29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye

Bon évidemment, maintenant que la moindre bosse me parait insurmontable, je passe en mode 'au mental'. Je n'ai plus la force d'attaquer au pied des montées sur le plateau de 40, alors je fais quasi chaque bosse en 30*11. Après Hauteville Lompnes, c'est la bosse facile du col de la Berche. Comme m'en avaient informés les cyclos, c'est pas trop dur. Et après, en effet, c'est beaucoup plus roulant jusqu'au lac de Nantua, attaqué par son sud-ouest. Je fais la pause à l'ombre au bord du lac et m'enfile deux sandwiches coup sur coup. Il fait chaud, et je n'ai plus d'eau. Mais je ne trouverais plus de source d'eau 'propre' avant Bellegarde. Attention à la déshydratation, c'est assez dur comme ça en fixie.

29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye
29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye
29 juillet 2017 - La mécanique s'enraye

Nantua, les Neyrolles. Là encore, quelques traces du Tour de France récent. La bosse avant les glacières de Sylans sera un supplice. Là encore, je me dandine, je fais ce que je peux, mais je me bats à armes inégales contre la (faible !) pente.

Puis je retrouve enfin la bosse de Chatillon en Michaille. Je retombe sur Bellegarde, m'arrête à la borne à eau et bois tout ce que je peux.

La dernière bosse, la 'route de Genève', prise en sens inverse ce matin dans le noir et le frais, sera encore bien difficile, quasiment totalement faite en danseuse.

Terminus. Put... il fait chaud en plus.

Bon ben... déceptions !!! Déception sur mon matos, Le Scott me claque dans les doigts trop souvent, j'en ai ras le bol de ce vélo. Déception de ne pas avoir pu boucler un superbe parcours initialement prévu. Bon, après, j'ai quand même fait une belle boucle.

Y'a des jours comme ça...

Commenter cet article

Didier 02/08/2017 11:19

T'es quand même un grand malade de quand même oser aller affronter le GC par Anglefort alors que tu as perdu des pignons... Quelque part, tu as presque eu de la chance que ça lache complètement avant le Mont du Chat, j'imagine la galère là-dedans sans le 23 et le 25...

Ce qui est rigolo, c'est que j'ai eu la même mésaventure la veille: entre Padern et Tuchan, CRAC dans la manette droite, et bloqué sur le pignon de 12. C'est le câble qui a cassé (c'est ma faute, il était trop vieux et je le savais, mais pas eu le temps de le changer avant de partir en vacances... heureusement que j'ai été prévoyant et que j'avais amené toutes les pièces et le matos pour réparer ça sur le champ une fois rentré...).
Je venais juste de me faire doubler par un gars d'un club de Mauléon-Barousse qui ne m'a même pas salué, je suis sûr que c'est lui qui m'a jeté un sort ! :)
Du coup j'ai fini ma sortie comme Uran, et comme toi donc :) Heureusement, il ne me restait plus que 35 km et 100m de D+ à faire (le mini col d'Extrême depuis Tuchan, y a pire comme montée heureusement...). Je ne me serais pas amusé à monter le col de la Lèbe comme ça, par contre. Remarque, ça t'a fait une séance de musculation gratuite :) :P

J'espère pour toi que 1. c'est le câble qui a pété et pas toute la manette, et que 2. la tête de câble n'est pas allée se coincer dans le mécanisme... Sinon tu es bon pour changer la manette, merci Shimano :(

Le GC depuis Culoz est rouvert depuis fin juin. Et j'ai monté la Directissime le jour de l'étape, que j'ai pu regarder en intégralité devant l'écran géant à 1 km du sommet :) Fabuleux !

cestdurlevelo 03/08/2017 17:09

Ouaip je confirme, c'est un enchainement terrrrrrrible ! Le GC j'étais frais, mais faut deja arriver en haut. Le MDC par Yenne c'est forcément terrible, perso c'est la montée qui me faisait le plus peur, mais venant en second c'est probablement celle que j'ai le mieux passée. Ensuite le Revard, pour moi la plus facile des montées sur le papier. Que nenni, c'est tellement long ! Et un peu plus pentu que dans mes souvenirs, qui dataient un peu trop visiblement.... et surtout par 30° à l'ombre. J'ai coulé une bielle totale. Et ensuite le Semnoz, où je n'avais juste plus de jus. Mais je suis arrivé en haut !


Pour la réparation oui il faudrait que je m'y mette... mais je n'ai ni le temps, ni l'envie. Car ça boufferait dans mon budget 'temps vélo', et ça, pas touche ! Quant à un nouveau vélo... ça on verra en 2018 a priori. Oui bien sur, faire plus d'entretien, mieux l'entretien, et réparations, moi même ça couterait moins cher qu'un nouveau vélo. Mais avec un groupe clairement défectueux, et un cadre qui a montré une zone de faiblesses, le souci c'est que le faire réparer ça va me couter un bras. Car pour ce qui est deja du groupe, pour moi c'est à changer. Bim 600-700 le groupe si je veux passer de 105 vers Ultegra. Sans parler de la pose, même si je savais tout faire moi même. Et je n'oublie pas que mon vélo je l'avais acheté 1300-1400€ neuf. Mon mulet, 700€ d'occaze. Mes vélos je les ai tous eus à des prix relativement raisonnables. Et je commence à me dire que plutôt que de racheter un truc ici, faire réparer un truc là, si je repars sur de la bonne came, ça pourrait valoir le coup MEME financièrement sur le moyen terme. Tout en me faisant plaisir, BIEN SUR.

Didier 03/08/2017 12:50

Les "5 Monts", c'est vraiment une boucle à faire au moins une fois !
En 2013, lors de ma dernière semaine itinérante, je l'avais incluse dans notre parcours en deux étapes (Salève par Collonges, Semnoz par Quintal et Revard par Lescheraines le 1er jour, Chat par le Bourget et GC par Culoz le 2ème). Je peux te dire que même coupée en deux, c'était du costaud (surtout par 37° au-dessus de Culoz...) et certains ont vraiment eu du mal à arriver à la croix du GC.

Donc même rabotée à "4 Monts" comme tu l'as fait le 1er août, ça reste un gros gros morceau. Pas à aborder avec un câble pété :P

Je pense, comme d'autres te l'ont dit ici ou sur Strava, que tu aurais meilleurs temps d'acquérir des connaissances suffisantes en mécanique pour être capable de réparer, voire de prévenir, ce genre de souci qui peut toujours arriver quel que soit le vélo hein :), tout seul.
C'est d'autant plus indispensable quand tu fais beaucoup de km, pour ne pas que ton vélo soit constamment en réparation chez le bouclard (tiens, d'ailleurs il doit bien t'aimer, lui :P ). Et ça te coûtera bien moins cher que d'acheter un nouveau bike (sauf si tu meurs d'envie d'acheter un nouveau vélo bien sûr...)

Quand ça m'est arrivé la veille de toi, en 45' c'était réparé. Et encore, j'ai perdu la majorité de ce temps à me battre pour arriver à retirer la tête de câble cassée qui était coincée dans la manette ce qui m'a forcé à tout démonter et tout remonter, guidoline comprise, et à changer aussi le câble de frein AR au passage. Sinon et ceci fait, en 10-15' réglage du dérailleur inclus, c'était torché !

Sinon dans ta remontée après ton second crac, tu es passé à Belley juste devant la porte de Cap'Cool Cycles, qui a déménagé dans la zone de Coron, et qui est un très bon vélociste (c'est pas pour lui faire de la pub, c'est juste vrai...). C'est dommage que tu n'ais pas pensé à t'arrêter, si c'était un câble à changer il t'aurait certainement dépanné et tu aurais pu reprendre le fil de tes 5 monts avec un câble tout neuf !

cestdurlevelo 02/08/2017 14:16

Alors là ouais, pour le coup, voir les TDF passer au GC, lors de ce qui aura été pour moi la plus belle étape du tour, et en plus voir l'écran géant et donc pouvoir suivre le reste.... TOP !

Ouaip, ça soule pour le Scott. Je le dépose pour réparation samedi ou dimanche. Après... on verra. A force d'enchainer les soucis sur ce vélo (groupe, mais cadre aussi), j'avoue que j'ai envie de songer à le changer. On verra. Peut etre pour 2018.

Pas de bol pour toi que ça ait cassé pendant tes vacances. Mais cool si tu as pu profiter quand même.

Ouais, cette fin de sortie, 110km, tout ça sur les grosses vitesses, j'en ai bavé. Mais j'avais pas dit mon dernier mot ! Alors hier, 1er aout, j'ai pris le mulet pour faire GC, Mont du Chat, Revard et Semnoz. J'en ai bavé comme rarement... mais ouahou, quelle ballade ! Chaque sommet vaut le détour. Article à venir en fin de semaine...

Idris 01/08/2017 22:51

Salut Baptiste,

C'est fou, tu as souvent des soucis avec ton vélo...
A l'inverse moi j'ai un vélo tout bête acheté à Décathlon y a 7 ans et je n'ai quasi jamais de problème, comme quoi.

Enfin sacrée belle sortie quand même que tu as faite !! :) Bravo !!

Le Grand Colombier je l'ai grimpé le 27 juillet pour ma part (par la directissime) et la descente sur Culoz était ouverte à ce moment, ils ont dû la fermer juste pour la journée du samedi peut être.

A bientôt, bon courage !! ;)

cestdurlevelo 02/08/2017 08:18

Salut Idris. Oui, j'ai souvent des soucis sur ce vélo, c'est rageant. Sympa le GC par la directissime, hein !!! Mais.. dur ;) T'as raison en fait j'ai compris depuis que la face du GC par Culoz a ouvert. A+

Alex 01/08/2017 18:43

Bravo, belle sortie quand même !
Dommage pour la mécanique, mais ça arrive :(
Pour le GC, la face Culoz est réouverte il me semble ?
Pour la face Anglefort, je suis pas loin de l'overdose : 3 fois en un peu plus de 2 mois.
Pour le col de la Lèbe, l'avantage c'est qu'il est régulier mais sur une fin de sortie, il peut être dur.
Pour l'eau à Nantua, tu n'as pas essayé le cimetière ? (je n'ai pas souvenir de fontaines entre Hauteville et Nantua, d'ailleurs, je n'en ai pas encore trouvé à Hauteville)

cestdurlevelo 02/08/2017 08:17

Salut Alex. Pour la mécanique, oui ça arrive. Mais si loin de la maison, devoir se rentrer avec des rapports limités, et difficiles, c'était chaud ! Ah ben oui je comprends en fait que la face Culoz du GC a réouvert. Je ne savais pas. Mais peu importe, de toutes façons je voulais découvrir ce côté par Anglefort. Je l'apprécie bien, c'est calme. J'y suis d'ailleurs retourné hier ;)
Pour le col de la Lèbe il ne m'a pas paru bien difficile... ne serait-ce sans ces put... de vitesses qui ne passaient pas ! Faudra que j'y retourne pour claquer un temps une fois le dérailleur remis en place :)

Nicolas 30/07/2017 20:22

Bordel à cul !! Je pense que j'aurais rebroussé chemin, surtout avec le Grand Colombier en vue.

Tu dis sur Strava que tu es une brel en mécanique, je te propose donc de t'y mettre, il y a TOUT sur internet pour entretenir et réparer son road bike !
j'embarque toujours un multitool btwin (https://www.btwin.com/blog/fr/blog-et-actualite/route/multitool-loutil-multi-fonctions-indispensable/), une chambre à air, deux démonte-pneus, une mini-pompe et même un petit dérive-chaine si la chaîne casse ! (Très rare c'est vrai)
Je n'oublie pas la paire de gant en latex ultra fin pour ne pas dégueulasser la guidoline après la réparation, le tout entre parfaitement dans ma sacoche de cadre Zefal (la même que la tienne je pense).
Bon, avec tout ça et quelques notions de réparation, je pense que tu peux palier à toute traîtrise mécanique courante.

cestdurlevelo 02/08/2017 16:55

Ouais, il faudrait que je prenne le temps de me renseigner et d'essayer. Mais au dela de la peur de mal faire et d'aggraver des petits soucis en essayant de les récupérer, le 'temps' est justement ce qui me manque le plus. J'avoue avoir de gros soucis à me donner du temps à faire ce genre de choses là, quand il y a tellement d'autres choses à faire ! Et même pas que du vélo :)

Nicolas 02/08/2017 16:48

Vu comme ça, je comprends...

Au sujet de l'entretien, il est communément admis qu'il faut retendre le câble du dérailleur quand la chaîne commence à brouter en montant les pignons, je ne pense pas que cela soit une bonne idée car ça montre qu'il fatigue et qu'il risque donc de lâcher sauvagement à cause de sa distension progressive et de la force appliquée pour le retendre à nouveau, mieux vaut prévenir, il faut donc le remplacer.

Instruis-toi sur l'entretien et lance-toi, ça réduira le risque de casse.
Personnellement, j'ai tout appris sur le tas et je me débrouille bien, ce n'est pas bien compliqué, tu verras !

cestdurlevelo 30/07/2017 21:49

Salut ! Non, pas de demi tour pour moi ! J'avais préparé cette journée pédalage de longue date, et je n'allais pas faire demi tour dès Anglefort. j'aurais été rentré à peine à 8h30, en tout début de journée... j'aurais passé ma journée à ressasser tout ça. Pas de regret j'ai quand même fait une belle boucle. Pour ce qui est des outils, il faut que je rachète un multi outil, le mien est cassé. Pour les crevaisons j'ai ce qu'il faut. Mais après c'est surtout pour les connaissances que je m'y connais rien. Je ne sais que changer ch à air, patins de pneus, cassette. Mais bidouiller les dérailleurs, j'y connais que dalle. Bon et puis là avec la manette ou le cable cassé j'étais cuit !

Jean-Pierre 30/07/2017 18:58

Hormis l'incident mécanique, c'est quand même un beau dodecaudax. C'est le groupe qui est en cause pas le Scott. Mais je comprends, quand on en a marre d'un vélo, il prend cher. Moi j'aime bien Time et Cannondale mais il faut voir ce qui te conviendrait le mieux si tu décides de changer de monture. Bonne continuation et ce n'est que partie remise pour ton projet. À++

cestdurlevelo 30/07/2017 19:19

Oui bien sur, c'est le groupe qui est fautif. Mais comme j'ai eu d'autres soucis sur ce groupe, et aussi sur le cadre (manque de solidité au niveau de l'attache du dérailleur AV, qui a mené à de nombreux soucis), j'avoue que ce Scott me déçoit... j'en arrive à un point où j'ai 'peur' de le prendre. Grrr.

Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse