Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 May

19 mai 2012 - Triplé au Mont Noir

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Vercors, #Gorges du Nan, #Col du Mont Noir, #Royans, #Presles

136.95kms en 8h03, 3666m de D+, coef 2.67

Météo: pluie puis soleil et chaleur.

 

Triplé Mont Noir

Un parcours à bosses aujourd'hui ! Je vais me rendre trois fois au col du Mont Noir (Vercors) par trois versants différents... sur les 5 existants.

 

Présent pour le week end en Isère, je vais pouvoir grimper les pentes de mon 'col préféré', le Mont Noir, pour la première fois en 2012. Rendez vous est pris avec Brigitte ce matin, pour 6h30 à Cognin les Gorges, au pied de cette belle ascension. La météo est incertaine et j'avoue avoir eu du mal à anticiper... résultat je pars surhabillé et surchargé d'affaires... en cuissard long, et en haut, un maillot long respirant, maillot long et veste de vélo.

 

P1040276 revue

Départ alors que le jour se lève... tout juste !

 

Je pars de l'Albenc à 5h45 ! C'est de loin mon départ le plus tôt de l'année... il fait encore un peu nuit. Mais j'ai l'éclairage qu'il faut, ainsi que le gilet jaune de sécurité. Je suis plutôt en avance donc je fais un petit détour via Bouchetière et Vinay, un mini bout de route que j'avais découverte lors du BRM 200kms en mars. Puis arrivé à Vinay au niveau du rond point de l'autoroute, je descends, traverse l'Isère, et emprunte un bout de D1532 jusqu'à Cognin.

 

J'y retrouve Brigitte - après avoir papoté un peu, nous prenons la route et commençons immédiatement l'ascension vers Malleval via les gorges du Nan.

 

Mont Noir par Cognin

 

Ce versant n'est peut être pas le côté le plus difficile pour se rendre au Mont Noir, mais dès la première rampe, il faut se frotter à du 9%. Nous adoptons donc un rythme raisonnable qui nous permet de discuter en roulant... ce qui devrait aider à surmonter l'effort. Alors que la météo se doit d'être assez mauvaise selon les prévisions, il fait pour le moment bon (10°) et le ciel n'est pas trop menaçant.

 

Nous continuons d'avancer aux alentours des 9-10kmh et bientôt, nous voila dans les gorges du Nan et sa route suspendue, creusée à même la roche. Chaque passage ici est un vrai régal !

 

IMGP1545.JPG

(photo prise par Brigitte)

 

Après environ 50min de montée, les choses changent ! Le ciel se couvre, devient très sombre... et rapidement il commence à pleuvoir. Nous avons la chance d'être partiellement abrités par les arbres qui bordent la route pendant un moment, mais vers Malleval, la pluie commence à se faire plus importante. Petit arrêt rapide pour mettre les kways, puis nous repartons. Finalement, la pluie ne durera pas plus de 15-20 minutes... et nous pourrons terminer sous un ciel plus clément.

 

Les rampes qui mènent au Pas du Pré Coquet, je les redoute souvent. C'est assez 'loin' dans la montée pour y arriver avec les jambes entamées, les pentes y sont parmi les plus difficiles de ce versant du col du Mont Noir, et en plus il n'y a que peu d'ombre (pour les jours de grosse chaleur... ce qui n'est pas le cas aujourd'hui). Mais aujourd'hui ça semble bien se passer. Peut être que notre rythme adopté, relativement raisonnable, aide !

 

Après une mini pause au Pas du Pré Coquet pour ouvrir/enlever les vestes, je sais que nous sommes presque arrivés. Il nous reste environ 200m de D+ à gravir et nous serons au Mont Noir... une première pour tous les deux en 2012.

 

Passage au carrefour de la Patente, puis au carrefour de la 'pate d'oie'. Après ce petit replat, il y a une dernière petite rampe à gravir... et nous y voila !

 

P1040291 revue

 

Nous allons maintenant descendre par le col de Romeyere. Brigitte va devoir rentrer chez elle pour raisons familiales, mais moi j'ai encore du temps devant moi. Et comme le temps s'est dégagé (premiers rayons de soleils francs observés au niveau du col du Mont Noir), je viens de décider de tenter une seconde montée au Mont Noir par un autre itinéraire.

 

P1040292 revue

 

P1040294 revue

 

Il fait très frais dans la descente ! J'ai les pieds mouillés, et les gants longs et le bonnet en sous casque ne sont pas de trop ! Passage sans s'arrêter au col de Romeyere, puis nous nous engageons vers les gorges de la Bourne. Passage par Rencurel, la Balme de Rencurel, où nous tournons à droite. Prudence dans la descente des gorges car la route est encore très humide. Quelques bons kilomètres de descente plus loin, nous nous arrêtons une minute à Choranche.

 

P1040295 revue

 

Nous allons décider de monter directement à droite direction Presles par la route 'poids lourds' plutôt que de continuer la descente direction Pont en Royans pour que je débute ma montée via la D292. Je ne suis jamais passé par cette portion... qui rattrape la D292 peut être un ou deux kilomètres plus loin. C'est ici que nous prenons une route différente et que je laisse donc Brigitte rentrer chez elle. Elle descendra à Pont en Royans alors que moi je continue à monter vers Presles, par la jolie route empruntée récemment avec Rodolphe.

 

Mont Noir par Fontaine de Pétouze

 

Cette seconde ascension du jour est en principe plus facile. J'ai décidé de passer par Fontaine de Pétouze, c'est à dire en quittant la D292 juste avant le village de Presles. Ceci me permet de souffler sur des pentes beaucoup plus faciles pendant quelques kilomètres (voir entre km 8-10 ci-dessus). Ensuite, la route forestière est assez régulière (mais, je le sais, le revêtement de la chaussée y est très mauvais !) et ce jusqu'au carrefour de la Patte d'Oie, où je rejoins la route deja empruntée sur le dernier kilomètre avant le Mont Noir.

 

P1040300 revue

Passage sans m'arrêter au niveau du col de la Croix de Toutes Aures

 

P1040305 revue

P1040306 revue

P1040307 revue


Visiblement, le bout de parapet qui avait été emporté par un éboulement au niveau du 'goulet' qui mène au plateau de Presles a été réparé, et la roche sécurisée. On voit ceci-dit, sur la photo ci-dessous, le bout de falaise qui est tombé il y a un mois et quelque...

 

P1040308 revue

P1040310 revue

 

Une fois sur le plateau de Presles, je tourne à droite. Route très solitaire, je n'y ai croisé que deux voitures, et plus loin, deux campeurs !

 

P1040313 revue

P1040317 revue

 

Petit arrêt à la Fontaine de Pétouze, où je peux remplir mes bidons. C'est également l'occasion de souffler 3-4 minutes... c'est ici que je sens pour la première fois de la journée que le rythme faiblit un peu... les jambes commencent à tirer.

 

P1040318 revue

P1040319 revue

 

Cette petite route forestière, je ne l'avais empruntée qu'une fois, et en descente. C'était au cours d'une de mes grosses sorties en 2011... c'était à cette occasion que j'étais allé au col de Pra l'Etang, qui se situe à quelques hectomètres d'ici seulement...

 

P1040320 revue

P1040321 revue

 

Après un moment d'effort assez soutenu, j'arrive à la Patte d'Oie, où je tourne à droite. Un petit bout de plat et un dernier 'coup de cul' plus loin, et je suis au col du Mont Noir. Record égalisé avec ma sortie d'octobre 2011, à savoir, deux Mont Noir dans la journée, par deux routes différentes.

 

P1040322 revue

 

La météo est au beau fixe désormais. Les jambes sont certes entamées, mais elles tournent encore assez bien (la pause à la Fontaine de Pétouze a fait le plus grand bien). Je vais donc tenter une troisième ascension. Je décide de faire demi tour au niveau du col, et de retomber par la route empruntée en montée ce matin avec Brigitte, via Malleval et les gorges du Nan.

 

P1040324 revue

P1040325 revue

Petit coup d'oeil en arrière: l'arrivée au pas du Pré Coquet... une rampe pas facile !

 

Descente rapide mais prudente. Me voila bientôt à Malleval.

 

Entrée, et traversée des gorges... c'est toujours aussi magique ici... et en plus le ciel s'est dégagé et maintenant on peut profiter de la vue !

 

P1040327 revue

P1040328 revue

 

Peu après, me voila deja de retour sur le plancher des vaches à Cognin. Je tourne à droite direction Grenoble via la D1532, et descend jusqu'à St Gervais, où je fais une courte pause pour enlever la veste coupe vent et les gants longs, m'alimenter un coup... pour être prêt pour cette troisième ascension du jour !

 

Mont Noir par St Gervais

 

Cette troisième ascension commence par le col de Romeyère, qui se trouve à peu près aux deux tiers de la montée. J'ai effectué cette première partie de grimpée récemment - j'avais rencontré JP Battu par coincidence au niveau du col justement !

 

P1040330 revue

 

Cette montée entre St Gervais et Romeyere est assez exigeante. Elle est très régulière, constamment au-dessus de 7% de pente, jusqu'à peu avant le tunnel des Ecouges, où la pente peut prendre jusqu'à 3-4 degrés de plus que ça ! Puis ensuite, il restera la dernière mais horriblement longue ligne droite jusqu'au col de Romeyere.

 

Autant la fin du col du Mont Noir sur ma deuxième ascension s'était bien passée, autant je sens après 3-4kms sur cette troisième montée que les jambes ne répondent plus. Je tourne à environ 7-8km/h (ce qui pour mois est toujours un indicateur de fatigue avancée), et il fait chaud. Je bois, je mange en roulant... mais ça n'aide pas. Je tente alors quelques passages en danseuse... ce qui soulage les cuisses mais je n'arrive pas à tenir la position pendant très longtemps sans que cela me cuise les jambes. De retour en position assise... je suis un peu à la dérive. Arrive alors le passage avant le tunnel des Ecouges... je suis maintenant à 6,5km/h et monte à la hargne et dans la tête... mais les jambes ne répondent définitivement plus !

 

P1040331 revue

 

Passage lent à travers le tunnel des Ecouges, avec l'éclairage vélo nécessaire. Le tunnel ne m'a vraiment jamais paru aussi long ! C'est une très lente progression dans un noir partiel... puis je ressors du tunnel, traverse le canyon des Ecouges, et me voila sur la partie indiquée en vert sur le profil ci-dessus... 2.5 longs kilomètres tout droit ! J'ai trop chaud et suis cuit. L'arrivée au niveau du col de Romeyere est une récompense... je m'accorde une pause. Où je mange de nouveau quelques abricots, une banane, et boit le reste de mes bidons d'eau. Après quelques étirements, je reprends la route.

 

P1040335 revue

 

De retour en selle, les pourcentages sont plus difficiles. Je crois pouvoir dire en toute honnêteté que je n'ai jamais réussi à 'bien' grimper ces quelques kilomètres entre Romeyere et le Mont Noir de toutes façons. Mais là... je fais un peu l'escargot ! A mi montée, soit à quelques 3 kilomètres du Mont Noir, je suis de nouveau forcé à m'arrêter. Je doit en plus m'être alimenté trop tard et les forces me manquent un peu. J'enlève encore une couche de vêtements, ce qui va beaucoup aider; je devais être en surchauffe... en plus d'être cramé bien sur !

 

P1040336 revue

 

La fin de cette montée sera une lente progression autour de 7km/h... l'arrivée au col du Mont Noir est un soulagement... et une belle victoire également ! Voila un objectif d'atteint... que la météo m'avait empêché de réaliser en 2011.

 

P1040337 revue

P1040339 revue

 

Après une courte pause là haut, je décide de redescendre une nouvelle fois par les gorges du Nan. Cette fois ci c'est pour une raison logistique: je suis trop cramé pour redscendre par St Pierre de Chérenne ou les gorges du Nan qui me 'déposeraient' trop loin de mon point d'arrivée (l'Albenc), et passer par Malleval me permettra de remplir les bidons... il fait chaud et je suis à sec.

 

Troisième passage par le Pré Coquet de la journée (seconde fois en descente), puis arrêt à Malleval pour boire un coup. Il ne me reste plus qu'à retomber sur Cognin via les gorges. Je tourne ensuite de nouveau à droite, descend par la D1532 et tourne à gauche pour passer à Vinay. Dernier petit bout de montée de la journée pour arriver au rond point de l'autoroute. Juste après ce rond point, je suis le nez dans le guidon et quelqu'un crie mon nom...

 

Demi tour pour retrouver Franco ! Je l'avais rencontré au cours du BRM 200kms et nous avions bien sympathisé... voila une belle rencontre, à nouveau par coincidence ! Un petit quart d'heure de papotage plus loin (qui me permet d'apprendre que Franco a pris BEAUCOUP plus de pluie que nous ce matin !) et nous reprenons notre route respective... à bientôt j'espère :)

 

P1040340 revue

 

Le retour à l'Albenc n'est qu'une formalité, surtout que la pause avec Franco m'a permis de souffler. Passage via Vinay et l'Allègrerie, et retour à la maison.

 

Conclusions:

 

  • 3666m de dénivelé positif sur la journée... c'est le maximum que j'aie jamais grimpé !
  • Intéressant de voir les comparaisons sur le site www.salite.ch qui recense et compare de nombreuses montées en Europe... Selon, eux, ma première montée comporte 1151m de D+ et a un indice de difficulté de 112.73. La seconde (calculs faits moi même car montée non recensée sur ce site) comporte 1137m de D+, et me semble plus facile en raison d'un certain replat avant et après Fontaine de Pétouze, et la troisième comporte 1239m de D+ et a un indice de difficulté de 121.55. Je peux donc dire que j'ai terminé par la plus dure de ces trois montées !
  • Malgré ce petit 'calcul' de pente et de difficulté, il faut noter que j'ai évité le versant qui me parait le plus difficile pour se rendre au Mont Noir, à savoir la montée par St Pierre de Chérenne et le Faz (que 'salite' recense à 123.74 de difficulté). Je l'avais fait à plusieurs reprises (notamment ici et ) l'année dernière ceci dit.
  • Une autre version de cette sortie sur le blog de Brigitte: ici.
  • J'ai beaucoup discuté fréquence cardiaque avec Brigitte... visiblement ma fréquence max, que j'ai évaluée à 186BPM, est assez basse. Mais comme je l'expliquais, au cours d'une pause de 3-4min à vélo, je redescend à 'seulement' 120-125BPM. Je ne connais pas mon rythme au repos, mais sur une longue descente, je bat à 115BPM. Autrement dit, je semble avoir une plage cardiaque qui reste relativement haute au repos, mais qui monte rapidement à l'effort.
  • Le graphique ci-dessous montre ma fréquence sur ces 8h de vélo. On voit clairement que sur la première montée je suis assez 'tranquille'. Sur la seconde ça monte beaucoup plus haut. Et dans la troisième... les jambes étant cuites, je n'arrive pas à pédaler à un rythme assez modeste pour faire monter le coeur !

 

Triplé au Mont Noir fréquence cardiaque

Commenter cet article

Jean-Christophe 27/05/2012 20:10

3 fois le col du Mont Noir !!, et dire que celui là je ne l'ai encore jamais fait ;-)
Bravo pour avoir battu ton record de D+, 3600m c'est du lourd !!
Belles photos, ça donne envie d'aller faire le col mais je préferais un jour de grand soleil tant qu'à faire.
A++
JC

cestdurlevelo 27/05/2012 20:15



Ca oui c'est un col qui vaut le détour ! Et il n'est facile par aucun versant... bien que globalement plus facile via Pont en Royans et les gorges de la Bourne.


He oui, 3600m de D+... record à battre :)


Bonne continuation à toi !


Baptiste



Renarde 26/05/2012 18:13

Tu as vu c'est marrant sur le profil de la montée par malleval, la première rampe à 9% n'apparaît pas - et ça m'a toujours choquée ;-)
Je pense qu'ils font une sorte de moyenne avec le bout de replat qui se situe avant cette rampe !
Pour l'alimentation j'ai remarqué qu'à partir d'un certain stade je commence à manger beaucoup plus (disons à partir de 200 bornes et/ou 3000 m D+) Le phénomène est accentué s'il fait froid,
atténué par la chaleur. Et il ne se produit pas tout le temps mais quand il se produit ... c'est effarant ce que je mange :-))
Parfois aussi c'est le lendemain que j'ai une dalle d'enfer ! Bon je te laisse j'ai faim LOL

cestdurlevelo 27/05/2012 07:58



oui pour la rampe à 9% il doit y avoir une explication... autre choses aussi: je ne sais pas si la première épingle est prise en compte mais peut être qu'elle "aplatit" la représentation de la
première rampe puisque ça fait un replat? Et le début de la seconde rampe est moins pentu non?


Pour la bouffe... c'est sur qu'on en brule des calories... alors il faut bien les remplacer :)


A demain!



pascal 24/05/2012 13:40

Avec une trilogie pareil, tu vas
pouvoir t'attaquer maintenant aux félés du grand colombier qui n'est pas loin de chez toi et en plus cette année,
Les 2 routes d’accès du versant est (Anglefort et Culoz) seront réservées au vélo un jour par mois de 8h à 16 h (en 2012 : samedi 30 juin – samedi 21 juillet – dimanche 12 août – samedi 15
septembre )
Si tu as de la chance, tu seras peut-etre le 1000eme félé...

cestdurlevelo 24/05/2012 13:54



Le Grand Colombier.... tout une histoire ça !


C'est vrai que désormais, je n'en habite plus loin du tout ! Seulement, avant d'aller le grimper deux ou trois fois dans la journée, il va falloir que j'aille m'y frotter deja une fois. Je sais à
quel point il est difficile, beaucoup plus que le Mont Noir... c'est donc une autre affaire ! Une vitesse en plus (30*28 au lieu de 30*27 comme j'ai aujourd'hui) ne serait pas inutile non plus.


Ceci dit... si la route est fermée au traffic de voitures sur ces journées là... ça fait envie ! Merci pour l'info.. j'irai m'y frotter un jour ou l'autre !



Antoinette 22/05/2012 21:38

Bravo Baptiste, quel bel exploit ! Avec une telle performance, tu es vraiment tout près des 4000 m... Et ce Mont Noir a l'air pas coton du tout... Je comprends que tu trouves le col de Marchairuz
pas dur ! (tu verras, depuis la vallée de Joux, il est un petit peu plus méchant...).

Et tant mieux si les fruits t'ont bien aidé. Mais si jamais, pour la dernière montée, tu peux aussi te réserver un tube de gel. OK, c'est pas vraiment naturel, mais ça a le grand avantage de
t'apporter rapidement du sucre dans les muscles sans forcer ton estomac à travailler... car un aliment solide (fruit sec ou frais), il faut de l'énergie pour le digérer, à la place d'être utilisée
par les muscles... pour pédaler !

Et en plus, les fruits ne vont pas te donner de "coup de fouet", car le sucre qu'ils contiennent ne sera pas disponible tout de suite.

Mais tu as raison de manger régulièrement sur le vélo, avec tout ce que tu dépenses comme énergie, il faut recharger les batteries au fur et à mesure ! (et aussi après).

Encore bravo et bonne route pour un nouveau défi !!

cestdurlevelo 22/05/2012 21:56



Oui, clairement le Marchairuz depuis la vallée de Joux semblait méchant: long, pentu, et irrégulier! A faire une fois... cet été au plus tard.


Ca oui, les fruits ont bien fonctionné et j'y reviendrai. Je te dois donc un merci pour ton article sur ton blog !


En ce qui concerne le gel... c'est un peu bête de ma part mais je suis complètement réfractaire à ces trucs là. Je préfère à la rigueur faire une pause de 20min et me goinfrer, ou en profiter
pour boire un coca dans un bar. Mais les gels non franchement ça ne me dit pas du tout.


Ceci dit, tu as mentionné la 'clé' dans ton message: manger régulièrement, la bonne quantité, et les bons aliments, au bons moments. En ce qui me concerne, il faut que j'apprenne à manger plus
régulièrement sur la fin du tour (souvent, je me dis que comme il ne me reste qu'une heure ou deux à rouler, ça ne vaut pas le coup... mais c'est probablement une erreur !)...


Bonne route à toi aussi...



Olivier Buisson 21/05/2012 16:56

Je suis content de voir que le col du Mont Noir fasse toujours recette ! un an aujourd'hui jour pour jour j'en terminé avec les 5 faces dans la journée et ce juste avant un gros orage ...je vais
m'y atteler dans peu de temps ..peut être juste après les 4 de la " Renarde " ..Le Mont noir va voir du monde ...........

cestdurlevelo 21/05/2012 17:50



Ca oui le Mont Noir voit du monde! Et je suis sur que j'y retournerai sous peu. Il est tellement sympa - et varié en fonction du versant sur lequel tu grimpes !


Bon ceci dit, le grimper 4 fois je crois que c'est trop pour moi, au dela de mes capacités. Alors évidemment... 5 fois c'est exclu !


Si on installe un péage là haut,on est riches !!! :)



Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse