Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
02 Jun

2 juin 2012 - Grand Colombier et col de la Biche

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Rumilly, #Col de la Chambotte, #Col de Cessens, #col du Sapenay, #Culoz, #Col du grand Colombier, #Col de la selle, #Golet de la Biche

129,3kms en 7h10, D+ 3215m, coef 2,48

Météo: soleil, grosse chaleur

 

Lever à 5h ce samedi 2 juin pour partir en voiture à 6h. Vers 7h j'arrive et me gare à Rumilly (Haute Savoie). J'ai deux heures pour rallier Culoz (Ain, juste de l'autre côté du Rhone), ce pour quoi il va me falloir franchir une petite colline. A 9h, je dois rejoindre Christophe & Franco à Culloz, pour grimper ensemble un col qui me tient à coeur depuis longtemps: le Grand Colombier.

 

Profil Grand Colombier depuis Rumilly

Voila de quoi s'occuper pour quelques heures ! Indiqués en rouge: les 6 cols du jour (tous nouveaux pour moi)

 

J'ai acheté une nouvelle roue Aksium hier soir juste avant la fermeture du vélociste... sinon j'aurai du annuler cette sortie d'aujourd'hui. Seul souci, le type a monté la cassette sur la roue, mais pas ajusté les réglages au niveau du dérailleur... résultat la chaine 'frotte' partout et j'ai beaucoup de mal à passer certaines vitesses.

 

Après avoir tourné un peu dans Rumily, j'en sors par la D910 direction plein sud. C'est une route qui alterne plat et faux plat descendant, et elle est très rectiligne. Voila bien le genre de route gonflantes quand on est cuit et qu'il fait chaud.. mais en début de journée, elle n'est même pas trop fréquentée donc c'est très bien pour tourner les jambes. J'entre rapidement en Savoie.

 

Après être passé par Albens, je me trouve à La Biolle, où je tourne à droite direction St Germain la Chambotte sur la D991b. La route grimpe un peu, et je contemple face à moi la première légère difficulté du jour. Il va falloir passer de l'autre côté avant de retomber au bout du lac du Bourget direction Culloz et l'Ain.

 

P1040385 revue

 

A St Germain la Chambotte, je tourne à gauche. Ici commence la dernière portion de montée vers le premier col du jour, le col de la Chambotte. Au kilomètre 20, j'approche du but. Je ne croise pas la moindre voiture, et pour cause... la route est barrée plus loin, du côté où elle redescend sur le lac du Bourget.

 

P1040386 revue

 

Mais ce n'est pas un souci pour moi, qui vais chercher ce col en aller-retour. La route continue à grimper à travers champs, puis en bordure de forêt.

 

P1040388 revue

Le col se situe peu après la maison que l'on aperçoit dans la moitié gauche de la photo...

 

Après un virage à 180° sur la gauche, j'entre dans un petit hameau: la Chambotte. Encore 2-3 coups de pédales, et me voila au niveau du col de la Chambotte (altitude 650m).

 

P1040393 revue

Photo prise à la redescente. Voila pour le col numéro 1 (voir profil ci-dessus)

 

Juste au-dessus, derrière la maison que l'on voit sur la photo ci-dessus, commence la montée vers le belvédère de la Chambotte. N'ayant absolument aucune vue sur le lac du Bourget depuis le col même, comme je pensais que ce serait le cas, je me dis que depuis le belvédère on devrait y voir quelque chose ! C'est parti - je continue sur cette montée...

... qui propose des pourcentages souvent aux alentours de 9-10% avec des pointes à 11% dans les virages ! J'y vais doucement mais je ne peux pas m'empêcher de me demander si ces forces dépensées ne vont pas me manquer sur les pentes du col du Grand Colombier plus tard dans la journée ! Un kilomètre plus loin, me voila arrivé... mais la route est une impasse, fermée au bout par le grand portail d'un restaurant ! Résultat - je ne peux pas accéder au moindre panorama. Il va me falloir laisser le vélo ici et marche 2-3 minutes à pied sur un sentier à travers bois, assez escarpé, pour pouvoir enfin admirer le lac. En face de moi... l'Abbaye de Hautecombe, que j'avais admirée depuis très exactement l'autre côté du lac, il y a 6 jours.

 

P1040390 revue

 

Je peux maintenant faire demi-tour. Je réalise à ce moment que j'ai pris du retard à tricoter au-dessus du col, et que cela me met probablement en retard pour mon RDV de 9h à Culoz. Aie - j'arrête maintenant de trainer !

 

P1040392 revue

Photo prise dans la descente entre le belvédère et le col de la Chambotte. En face... le Grand Colombier. Donnez moi encore une heure... j'y reviendrai !

 

Passage par le col de la Chambotte en descente, puis je poursuis jusqu'à St Germain la Chambotte, où cette fois ci je prends à gauche, en direction de Cessens via la D58. La route remonte légèrement, traverse un champs à plat, puis recommence à grimper. Rien de méchant cependant... aux alentours de 4% ça passe bien.

 

P1040394 revue

 

Plus loin j'embranche à gauche sur la D54 pour poursuivre vers Cessens toujours. Le col du Sapenay est indiqué ouvert... bien évidemment.

 

P1040395 revue

P1040396 revue

Grand soleil et ciel bleu au programme aujourd'hui... mais ça va se transformer également en grosse chaleur sur l'après midi

 

A Cessens, je tourne à droite sur une route qui monte fort... avec des pourcentages au delà de 9% ça grimpe bien. Un message de Christophe sur le portable me fait réaliser que lui et Franco sont deja à pied d'oeuvre. En roulant, je leur répond par SMS de commencer sans moi, et que je les rejoindrai plus haut. Après échange d'autres SMS, je comprends que comme je l'avais prévu, ils souhaitent monter au col de la Biche après le Grand Colombier. En fonction de notre rythme respectif, je leur dit qu'on se retrouvera soit au sommet du Grand Colombier soit sur le col de la Biche à la faveur d'une pause.

 

Je double un cyclo un peu lent, et essaie d'accélérer un peu... je suis décu de comprendre que je risque de faire une bonne partie du Grand Colombier seul. Mais c'est moi qui suis en retard, je ne peux donc en vouloir qu'à moi même.

 

Passage au col de Cessens (altitude 797m) sans m'arrêter... pas vu de panneau indicateur de toutes façons !

 

P1040399 revue

 

La route est plus plate maintenant. Incident du jour un peu après: il y a un rallye automobile et la route semble être fermée au traffic. Mais le type de la sécurité me laisse passer, donc je me dis qu'il doit encore rester du temps avant que le rallye à proprement parler ne débute.

 

La route remonte de plus belle. Je passe devant 3-4 point 'radio/sécurité' du rallye mais personne ne me fait signe... de toutes façons maintenant, comme il n'y a aucune autre route où je puisse m'orienter, il faut bien que je traverse la portion de cette 'spéciale' avant que la course ne commence. Sans oublier de m'alimenter, je garde un bon rythme. Arrivée au col du Sapenay (altitude 897m). Il s'agit de mon 200è col franchi !

 

P1040400 revue

 

Peu après, un mec d'un point sécurité du rallye m'arrête - l'air de dire 'mais qu'est-ce que vous foutez là?'... je lui explique que ses collègues m'ont laissé passer... il m'indique de poursuivre ma descente mais avec prudence car les voitures des commissaires ne vont pas tarder à passer (dans le sens contraire de la direction que j'emprunte) ! AIE AIE AIE. Je continue ma descente avec prudence, et je croise effectivement plus loin deux motards avec girophares. Puis une voiture de commissaires qui me confirme que j'ai le temps de passer avant que cela ne commence. OUF.

 

Lorsque j'arrive au début de la spéciale, un type dans la voiture ouvreuse, pas encore partie me dit d'un ton qui me déplait tout particulièrement que "si j'étais passé dans deux minutes il me bloquait ici". Et depuis quand on laisse des gens s'engager sur le parcours sans leur dire quoi que ce soit, et ensuite on les bloque au milieu.???? Quelle organisation pourrie !

 

Bref. Me voila de l'autre côté, et en sécurité. La descente se poursuit avec une vue imprenable sur le lac du Bourget.

 

P1040401 revue

Au milieu de la photo, sur la droite du lac: le petit 'massif' où se trouvent le col du Chat et le Mont du Chat

 

Quant à lui... il continue à me fixer, à me toiser de toute sa hauteur. Je sais que d'ici un quart d'heure, les jambes vont chauffer !

 

P1040403 revue

Indiqué en rouge... le col vers lequel il va bientôt falloir grimper. Tout en bas à gauche, le village de Culoz d'où commencera l'ascension

 

Arrivé en bas à Lachat, je tourne à droite et quitte la D54 pour la D58. Un bout de descente plus loin et je retombe sur la D991 que je remonte un moment vers le nord. Me voila sur une portion plate et ça fait du bien de tourner les jambes sans difficulté ! Je tourne à gauche sur la D904. Je traverse le fleuve Rhône et quitte la Savoie par le même occasion. En entrant dans Culoz, je suis dans l'Ain.

 

Au coeur du village, je tourne à droite: voila enfin la D120 qui grimpe vers ce col réputé si difficile ! Une première pour moi. Voila ce qui m'attend... un col au profil altimétrique effrayant... auquel se frotteront également les coureurs du Critérium du Dauphiné et du Tour de France en juin et juillet, par ce même versant.

 

Profil col Grand Colombier

 

Deja au coeur du village sur la première rampe, la route monte à 9%. Plus loin... ça va se corser très rapidement ! Sur une épingle qui tourne à droite un peu plus haut, le compteur indique deja 12% alors que je ne suis pas à l'intérieur du virage !

 

 P1040406 revue

P1040407 revue

Panorama grandiose depuis les pentes du Grand Colombier... une autre des raisons pour lesquelles ce col est si connu! Vue sur l'Ain, la Savoie, la Haute Savoie, le lac du Bourget et le fleuve Rhône. Pas mal non?

 

P1040408 revue

P1040410 revue

 

Vers le kilomètre 5 de l'ascension, me voila dans la portion qui m'aura parue la plus difficile. Au coeur d'une série de tous petits lacets, la route est très pentue, le pourcentage oscille entre 10 et 12%. Il fait très chaud. L'effort est difficile et les jambes chauffent. Je suis au dela de 180BPM, soit quasi à 98% de ma fréquence maxi.

 

P1040412 revue

 

Ci-dessus - une photo qui vaut son pesant d'or. Je l'ai prise au coeur de ce passage que j'ai trouvé ci-difficile. Ca n'a pas l'air pentu ???... je vous invite à aller vous frotter à cette cochonnerie.

Plus haut heureusement, je sais qu'un vrai gros replat m'attend. Et il va faire du bien. D'un seul coup tout va redevenir possible, tout va rentrer dans l'ordre. A l'occasion de ce replat, je me trouve à l'ombre enfin. Le rythme cardiaque peut retomber un peu et je reste à mouliner à faible vitesse pour récupérer.

 

J'en profite aussi pour m'alimenter... la montée va être encore longue et il faut pouvoir faire durer l'effort. Je reviens sur deux cyclistes arrêtés peu après avoir passé l'embranchement avec la route d'Anglefort. Ils redémarrent à mon niveau et on commence à discuter un peu. L'un d'eux est de Romans sur Isère. L'autre... est torse nu, en petit short, et... pieds nus sur pédales plates ! Et il est très très à l'aise... il accélère devant, revient sur nous en descente 2-3 fois... il tient la forme le monsieur. L'autre semble plus de mon niveau et monte assez doucement.

 

P1040414 revue

 

Après avoir discuté un moment côte à côte, ce second décroche et prend du retard. Pourtant je suis à rythme constant autour de 7km/h. Dommage, j'appréciait la compagnie et ils étaient bien sympas... Après peut être 3kms accompagné, je suis de nouveau seul.

 

Au carrefour de la Sapette, la route remonte sec sur 200m, puis replate. Après un petit bout de faux plat descendant, elle remonte tout doucement. Ca fait du bien de pouvoir mouliner de nouveau... toujours en 30*27 est il besoin de préciser ?! Un échange de SMS avec Christophe me laisse savoir que lui est sur le point d'arriver, mais que Franco redescend pour finir la montée avec moi... une seule montée ne lui suffit pas, voyez vous !

 

P1040415 revue

 

Effectivement peu après, l'ami Franco est garé sur le côté de la route à m'attendre. Je ne m'arrête pas, mais il me rejoint illico. Me voila en très bonne compagnie pour en finir de ce Grand Colombier.

 

P1040417 revue

 

Presque naturellement, je viens de ré-accélérer aux alentours de 10km/h. La présence de Franco et la petite discussion que cela permet m'aident à détourner mon attention de l'effort. Nous sortons de la forêt et nous trouvons dans un paysage beaucoup plus 'montagnard'. Après avoir traversé un champ, la route tourne à droite. A la faveur d'un replat, j'ai l'occasion d'admirer les massifs montagneux sur ma droite.

 

P1040422 revue

P1040421 revue

P1040418 revue

Franco, toujours aussi à l'aise en montée !

 

Franco m'indique qu'on approche du sommet... Encore 400m à 10% et ce sera la délivrance. Une délivrance filmée par Christophe qui nous attendait au sommet.

 

 

(vidéo prise par Christophe)

 

... enfin, nous voila en haut ! Col du Grand Colombier (altitude 1500m). Une montée difficile... l'un des cols les plus durs que j'aie jamais franchi. Si ce n'est LE plus dur.

Le dernier virage et l'arrivée:

 

025

Photo prise par Christophe

 

En haut, un club cyclo est présent. Une fois que j'ai repris mon souffle et mangé un morceau, je les vois arriver un à un... l'un d'eux arrive complètement cramé en haut, à bout de forces. Il s'écroule sur son vélo pour reprendre son souffle... il faut dire que le pauvre est monté avec un pédalier compact...

 

P1040423 revue

Le Grand Colombier, mon 201è col... pas mal pour commencer ma troisième centaine !

 

P1040426 revue

 

Après un bon bout de discussion, nous pouvons amorcer notre descente sur l'autre versant. La descente sera prudente car la pente est forte, et la route comporte de petits trous par moments.

 

P1040427 revue

 

Plus bas, nous nous arrêtons à l'embranchement de la D120 avec la D120c. Ici se trouve le col 'La Selle' (altitude 1175m), que nous passons donc en descente. Nous poursuivons la descente à droite. Nous sommes sur une route ombragée et on peut entendre un ruisseau qui coule en contrebas. Il fait frais et c'est agréable !

 

P1040428 revue

Au niveau de La Selle - la route sur la gauche (que nous n'avons PAS empruntée) indique des pourcentages de 19% ! Ca doit être quelque chose en montée...

 

Nous poursuivons en direction de Virieu le Petit, mais vers Rabatel, nous tenons la droite sur la D120. Nous sommes au coeur du Bois du Forestel. La route remonte presque immédiatement. Après une petite hésitation d'itinéraire (malgré le GPS de Cricri et le mien!), nous prenons à droite. Sur une route qui monte fort. Petit arrêt à un lavoir pour remplir les bidons et nous reprenons notre route. La pente est de plus de 11% et les jambes chauffent à nouveau.

 

P1040432 revue

536108 468744293140399 1678298479 n

On voit qui est 'facile' et qui ne l'est pas ! (photo prise par Christophe)

 

Juste après, nous nous trouvons sur un mur de 15%. Franco part devant, et au moment où je me met en danseuse pour essayer de grimper jusqu'au virage 50m plus haut où la route semble moins forte, je vois Christophe qui ralentit derrière... comme nous venions d'en convenir, chacun va gentiment monter à son rythme en gérant son effort physique.

 

035

Le (méchant) mur en question (photo Christophe)

 

Rapidement, je les perd tous les deux de vue, et me retrouve seul. L'effort est soutenu car la pente est forte. Je déteste ce genre de longues lignes droites, à gros pourcentages (11% ici). J'ai très chaud et je lutte pour ne pas m'arrêter. Je roule par moments en dessous de 6km/h... mais à la faveur d'un lacet sur la droite, la pente va devenir moins forte et je reprend doucement mon souffle en roulant tranquillement.

 

P1040433 revue

 

Une fois de plus, je vois Franco revenir vers moi. Il me croise alors qu'il me reste un petit kilomètre. Il va rejoindre Christophe... moi je termine seul. La fin est plus facile, moins pentue. Le coeur est monté moins haut qu'au début (mur à 15%) et que sur le Grand Colombier (voir fréquence cardiaque, image ci-dessous). Me voila arrivé au dernier col du jour, le col de la Biche (ou Golet de la Biche), altitude 1310m.

 

P1040434 revue

Grd Colombier fréquence cardiaque

P1040435 revue

 

Je suis content de pouvoir respirer en haut ! J'en profite pour m'étirer un peu, manger un morceau. Quelques minutes plus tard, voila Franco qui arrive - comme il l'indique, il est monté DEUX FOIS :) Christophe le suit une minute derrière.

 

P1040436 revue

 

Après avoir discuté un moment tous les trois, on part dans la descente... sauf que mauvaise nouvelle, après un kilomètre de descente, la route traverse un étroit vallon... et remonte à 11% sur peut être 400m de l'autre côté ! Les jambes chauffent.

 

P1040437 revue

On s'est fait avoir... ça remonte juste en face ! 'la surprise du chef' comme dit Franco. Moi PLUS FAIM !

 

Arrivés sur le plateau d'en haut, nous avons droit à un court kilomètre plat puis la vraie descente commence.

 

P1040441 revue

P1040442 revue

Le Mont Blanc juste en face. Au niveau de la croix, au milieu de la photo: le début de la VRAIE descente (cette fois)

 

La descente est assez forte, et la route est mauvaise. Il fait de plus en plus chaud au fur et à mesure de notre descente. En retombant dans la plaine en bas, il fera étouffant.

 

Arrivés en bas, nous allons nous arrêter pour boire un coup et discuter un dernier moment. C'est ici que je laisse mes deux compagnons pour poursuivre ma route seul direction Rumilly. Eux sont garés plus au sud... Je tourne donc à gauche et retombe sur Seyssel... un bout de descente que j'avais deja fait il y a quelques temps (lire ici).

 

A Seyssel, je traverse le fleuve et entre de nouveau en Haute Savoie.

 

P1040445 revue

 

Je savais qu'il me restait une 'bosse' à grimper avant de retomber en descente sur Rumilly. Mais je ne m'attendais pas à une telle bosse! Environ encore 400m de dénivelé positif à grimper sur environ 10kms, ça s'est révélé plus difficile que prévu !

 

P1040451 revue

P1040452 revue

 

Le compteur indique autour de 30°, la transpiration me pique les yeux... je suis bien claqué ! Cette montée me parait interminable. Pourtant, les pourcentages, souvent autour de 4-6% sont tout à fait abordables. D'ailleurs, pendant la première moitié de cette longue montée de 10kms, je roule autour de 12km/h, bref je suis encore bien. Mais les efforts, ça se paie... et vers la fin ça devient difficile ! Puis à hauteur de Clermont, la route redescend enfin... délivrance.

 

P1040453 revue

 

La route redescend par à-coup mais je sais qu'il ne me reste plus beaucoup de distance. La D910 me ramènera à bon port via la Côte et Vallières.

 

Carte (parcours openrunner 1700699):

 

Carte Grand Colombier

 

Conclusions:

  • Un beau parcours jalonné de deux grosses difficultés aujourd'hui. Le col de la Biche est à prendre au sérieux !
  • La barre des 200 cols franchis est passée... j'en suis maintenant à 203. Mais selon les règles du Club des Cents Cols, il me faut encore 5 cols au-dessus de 2000m d'altitude pour valider les 200.
  • Plus de 3000m de dénivelé positif sur la journée... je suis rentré assez cuit.
  • Et surtout je retiens l'accompagnement... un beau groupe très sympa, même si malheureusement mon retard a fait que j'ai fait la majorité du Grand Colombier seul. J'espère que nous pourrons rouler ensemble à nouveau prochainement !
Commenter cet article

Jean-Christophe 10/06/2012 11:58

Après la chaloperie, maintenant la cochonnerie du Grand Colombier côté Culoz ! Bravo pour cette belle sortie bien accompagné, sauf au début ;-(.
Je t'invite à tester le Grand Colombier par Virieu le petit, là il faudra trouver un autre adjectif car c'est vraiment très très très dûr !!! J'étais à 6 km/h en 2009 dans la rampe de 1,5 kms à
19%...
JC

cestdurlevelo 10/06/2012 15:44



Côté Virieu on m'en a parlé... et j'ai vu, en dessous de La Selle (col non situé par un panneau) dans la descente, le panneau 'attention 19%'! Rouler sur ça à 6km/h c'est pas mal du tout je vais
te dire... moi sur le côté Culoz à 12% j'étais à cette vitesse, alors j'imagine à peine ma vitesse théorique sur les pentes à 19%! Ca fait envie ceci dit!



cyclotourisme-kesako 08/06/2012 08:18

après recherche le col de la Biche: en fait il s'appelle Golet de la Biche sur le chauvot répertorié FR-01-1310, c'est vieux mais j'y suis passé lors d'un BCMF Cyclo-Montagnard en 1989 mais j'ai
plus souvenir, il faut que j'y retourne alain késako

cestdurlevelo 08/06/2012 08:25



Effectivement, le CCC nomme ce col le 'golet' de la Biche. Je l'ai nommé 'col' sur le blog car toutes mes autres sources d'info, à part le Chauvot, l'appellaient comme tel.


Il vaut le coup... tiens moi au courant quand tu aura été rouler là bas :)



cyclotourisme-kesako 07/06/2012 18:33

bien belle sortie qui me donne des idées, il faut que je vérifie ma liste mais le col de la biche ne me dis rien.
Bravo pour le gros dénivelé, avec de gros pourcentage et la chaleur ce n'est pas facile. bonne continuation alain késako

cestdurlevelo 07/06/2012 19:32



Attention au col de la Biche... il est difficile! Et pris par son versant est, il est en plus assez long. Sans compter que lorsque moi je l'ai pris en descente, le revêtement m'est apparu assez
mauvais par moments.


Toi tout roule à nouveau? La forme revient doucement? Et les douleurs... pas trop méchantes j'espère?



KIKI-129 06/06/2012 10:06

j'ai 30x26 (26-24-22-20-18-17-15-15-14-13 avec 30x42x52, mais je vais prendre maintenant 50x40x30 car je roule souvent avec 2 sacoches pour ces randos)mes arrêts sont de plus en plus longs car je
suis de moins en moins entrainé et gros soucis articulaires, je dois arrêter de rouler de nuit, donc fini les grands défis.

cestdurlevelo 06/06/2012 10:09



ouah, faire plusieurs GC en 30*26... RES-PECT! Moi un seul en 30*27 c'était dur! Surtout si tu pars (ou partais) avec des grosses sacoches et donc du poids en plus.



KIKI-129 06/06/2012 09:37

au fait pour la fréquence cardiaque et la chaleur, le truc c'est de s'arroser régulièrement, et là bas lors des mes montées je m'arrêtais souvent aux fontaines et lavoirs, et j'ai toujours un bidon
uniquement avec de l'eau,
lors de mon 2è Défi Bugiste, j'ai attendu lors de la dernière montée qu'il fasse plus frais

cestdurlevelo 06/06/2012 09:42



s'arroser régulièrement oui, mais pour cela il faut avoir suffisamment d'eau (si je suis un peu short, je préfère la boire que de me la verser sur la tête!) ce qui sous entend de se
réapprovisionner souvent, ce qui sous entend à son tour de CONNAITRE où on va pouvoir en trouver à l'avance. Or, cette montée étant nouvelle pour moi c'était hors de question. Ceci dit oui je me
suis aspergé juste au début de la montée du col de la Biche, quand on s'est arrêtés à un lavoir. Souvent je trempe le casque sous l'eau pour l'humidifier / le débarasser de la transpiration qui
engorge les petits 'coussins' qui protègent la tête des frottements du casque.


Tu roules en quel développement lorsque tu pars sur plusieurs montées du GC / défi bugiste, par curiosité??



Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse