Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
07 Aug

31 juillet 2012 - Raid des vallées: Rhône, Tarentaise, Maurienne

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Chasse aux cols, #Col de Tamié, #Col de Champlaurent, #Col du Grand Cucheron, #Vallée de la Tarentaise, #Vallée de la Maurienne, #Col du Glandon

187.78kms en 9h33, D+ 3102m, coef 1.65

Météo: chaleur, soleil (malgré un départ à la fraiche, de nuit)

 

P1040996 revue

Le lac d'Annecy: il sera aujourd'hui le signal du début des hostilités !

 

4h50 ce mardi matin, me voilà en route pour un nouveau parcours long. J'ai remonté l'éclairage avant sur mon nouveau Scott CR1, mais il ne tient pas super, c'est un peu du bricolage... mais ça ira bien. J'en ai bien besoin car il fait bien entendu nuit noire et pour encore un bon moment d'ailleurs.

 

P1040974 revue

 

Comme la semaine dernière,  je pars en suivant les contreforts du Jura en direction de Bellegarde, par la D89 et D89e. Je passe Saint Jean de Gonville et dépasse la portion de route où j'avais perdu ma carte mini SD de GPS récemment.

 

A la sortie de Collonges, je tourne à gauche pour traverser la D984 de manière perpendiculaire. Après une courte descente, je traverse le Rhône, où je m'arrête prendre une photo du lever du soleil.

 

P1040979 revue

 

Je remonte par la D1206 et entre en Haute Savoie.  Je connais cette route pour l'avoir empruntée par le passé: il s'agit de la départementale qui suit la frontière avec la Suisse sans jamais y rentrer. Je la prenais en voiture avant d'acheter la vignette des autoroutes suisses sur le trajet Isère-Ain, juste après avoir déménagé dans la région...

 

Me voilà donc sortie de cette étroite vallée du Rhône, et je traverse les villages de  Vulbens et Valleiry, où je tourne à droite. Il fait maintenant jour et le soleil brille deja très fort ! La route s'élève, et je constate que les jambes ne tournent pas bien... il faut dire qu'une incompréhension et un mauvais planning ont fait que j'ai roulé hier, donc que mes forces sont amoindries... je ne roule que très rarement deux jours de suite !

 

P1040980 revue

La plaine du Léman, qui s'étend sur ma gauche...

 

P1040984 revue

 

La D23 me fait traverser Bellossy, Maison Neuve, puis Vers. C'est ici que commence réellement la première côte de la journée. Je grignote deja une banane et une barre de céréales, je ne sais que trop bien que sur un long parcours, la fringale est interdite ! Encore un petit effort et me voilà en haut du col de la Croix-Biche (altitude 801m), un col que je n'avais pas spécialement aperçu en préparant mon itinéraire...

 

P1040982 revue

 

Je descends sur Andilly, où je rejoins la très roulante (mais aussi très fréquentée) D1201. Je vois devant moi les collines au premier plan, que je devrai franchir, puis au second plan, les montagnes et vallées qui représentent le plat de résistance du jour.

 

P1040985 revue

Voila de quoi s'occuper un moment !

 

Me voilà maintenant à Cruseilles. La D1201 continue de descendre, puis replate. Je passe de nouveau au-dessus de l'autoroute Genève-Annecy. Je passe par La Caille, et son pont blanc, que l'on aperçoit depuis l'autoroute. Mais comme ça descend, et que je veux progresser sur l'itinéraire, je ne m'arrête pas pour la photo... une fois n'est pas coutume ! les portions de route qui suivent ne sont pas folichonnes... j'approche à grand pas de l'agglomération d'Annecy. A Pringy, feu rouge - me voila officiellement dans sa banlieue. Les kilomètres à venir sont encore pires: je fais de la grosse route en roulant même à un moment sur une deux-voies (sur la voie de secours, qui me servira de piste cyclable). Puis je sors de cette route par la sortie 'vieille ville'.

 

Avenue de Brogny par une piste cyclable, puis avenue de la Plaine. Puis Gambetta... toujours bien équipée de piste cyclable... me voila sur le front de lac. Celà mérite une première 'vraie' pause de 5 bonnes minutes.

 

P1040991 revue

Annecy, son lac, sa plage...

 

 

Après avoir enlevé jambières et échangé mon maillot manches longues contre un maillot manches courtes tiré du sac (une vraie caverne d’Ali Baba), je remonte en selle. Une belle piste cyclable suit le lac sur son côté est. Seul problème, celle-ci est interrompue tous les 50m par un petit portail qui donne la priorité aux piétons. Agaçant. Résultat, je finirai par rouler sur le voie piétonne, qui elle, au moins, reste ininterrompue ! Surtout qu’à cette heure, il n’y a pas grand monde du tout.

 

Via cette piste, qui se transforme rapidement en une belle piste cyclable propre et au bon revêtement (enfin !), je longe la D909. Plus bas, un panneau indique un ‘itinéraire conseillé cycles’ que je vais suivre. De fait, nous quittons la proximité des voitures, mais je m’enfonce dans une série de petites ruelles à travers plusieurs lotissements cossus. Le problème ici c’est que plus aucune indication de direction ne me sera donnée, il faut donc poursuivre plus ou moins au feeling en espérant qu’il ne s’agira pas d’une impasse. 10 minutes plus tard j’évite un sens interdit en tournant à gauche, et retrouve la D909. La route remonte un petit peu au niveau de Menthon St Bernard, puis traverse Talloires en descente. La vue sur le lac est magnifique… je l’ai déjà longé sur plus de sa moitié à ce moment.

 

P1040995 revue

 

La seconde moitié, je la ferai sur la D909a, une route qui pendant longtemps longe le lac au même niveau que l’eau, ce qui permet une réelle proximité et des paysages assez magnifiques. On en prend plein les yeux ici, et en plus, comme il n’y a pas trop de trafic, ça avance bien et dans un calme relatif. Sympa.

 

Plus loin comme prévu, j’arrive au bout du lac. La route s’éloigne du lac pour laisser place à un espace vert protégé entre elle et le lac : le Marais du bout du lac d’Annecy.

 

J’emprunte la D1508 plus loin en tournant à gauche. C’est une route beaucoup plus fréquentée et je me fais doubler notamment par de nombreux mobile-homes qui roulent doucement et crachent noir. Pas vraiment le top, mais il faut bien que j’avance. Je trouverai plus loin une piste cyclable toute droite, qui siège au milieu de cette étroite vallée. Seul souci, une fois que je l’aurai trouvée, j’arrive déjà presque au bout de celle-ci. J’aurai quand même le temps de m’y faire doubler… par un type en roller ! Je ne dois pas rouler bien vite alors…

 

P1040998 revue

 

Arrivé à Faverges, je fais une courte pause pour remplir mes bidons d’eau et m’asperger un peu au niveau d’une station faite pour les caravanes et autres mobile homes. Quelques mots sympas avec un touriste anglophone et je repars. Je me sais maintenant au pied de la première difficulté du jour : le col de Tamié.

 

Profil Tamié

Pas trop méchant celui-là

 

Je garde de bons souvenirs de ce lieu, où j’étais passé en voiture au cours de courtes vacances à (et autour) d’Albertville il y a moins d’un an… cette fois ci c’est par le nord que je m’y oriente, pour retomber ensuite sur Albertville. La D12 monte dès que je l’emprunte, au niveau de Faverges en tournant sur ma droite. La pente n’est pas trop forte heureusement. A coup de 5% la plupart du temps, je progresse doucement, mais surement. Ceci dit, je constate de nouveau que les jambes ne sont pas trop au rendez vous aujourd’hui. Dès que ça monte, je peine un peu plus que d’habitude, et clairement, beaucoup plus que la veille dans le Jura.

 

P1050001 revue

 

Verchères, Frontenex, La Raynoz… je traverse ou passe à proximité d’un tas de petits villages et hameaux aux noms bien savoyards. C’est justement peu avant d’observer l’Abbaye de Tamié, sur ma droite en montant, que je quitte la Haute Savoie et entre dans le ‘73’ via la D201c.

 

Je reviens doucement sur un cyclo à VTT qui roule bien… mais il tournera sur un chemin à droite de la route au moment où je m’apprêtais à le doubler. Ici j’ai la très mauvaise surprise de découvrir que la DDE COUVRE littéralement la route de gravier. Il y en a pour peut être 2cm et ça colle très fort aux pneus. A plusieurs reprises, sur plusieurs kilomètres, je dois poser mon doigt sur la surface de mon pneu avant qui tourne en roulant, pour en décrocher des gravillons collés. Je ne comprends vraiment pas pourquoi ils en mettent tant, ça me parait non seulement dangereux (glissades à vélo assurées, même pas super pour les véhicules !) mais aussi inutile vu la quantité déversée… il doit y avoir une promo sur le gravier, dirai-je à un cyclo qui me double à proximité du sommet de cette première ascension… lequel est encore plus énervé que moi et le fera savoir à l’équipe de la DDE que nous dépasserons en haut !

 

P1050006 revue

L'Abbaye de Tamié

 

C’est donc au bruit agaçant des graviers qui heurtent mon (nouveau !) cadre de vélo que j’arrive au niveau du col de Tamié (altitude 907m). Une ascension pas très difficile qui alterne soleil et ombre, douceur et fraicheur, pentes et replats… mais qui aura été partiellement gâchée par ce gravier collant.

 

P1050009 revue

 

Je me rappelle bien des lieux, et je suis donc sur de mon coup lorsque je tourne à gauche pour poursuivre cette montée via la D104 – celle-ci m’emmène au Collet de Tamié (altitude 955m) auquel j’arrive quelques minutes plus tard, via la route du Fort de Tamié (que je ne verrai pas aujourd’hui).

 

P1050010 revue

 

D’ici, je sais qu’une superbe descente vers la vallée de la Tarentaise et Albertville m’attend. Je m’arrêterai 2 fois pour prendre des photos sur cette belle vallée, aujourd’hui inondée de soleil.

 

P1050011 revu

Dans le creux... Albertville

 

J’ai maintenant dépassé les 100kms sur la journée, et je profite de cette descente. Plus bas, je vais tourner à droite sur la D84a qui me fera traverser en descente les hameaux de Chevron et Mercury. Puis j’enquille sur la D84b qui se transforme plus loin en D201c (via Tournon) et me voilà maintenant à Frontenex, tout en bas au creux de la vallée de la Tarentaise (avec le massif des Bauges sur ma droite). Sur la très rectiligne D201, je tourne à droite et poursuis mon chemin, non sans m’arrêter à une fontaine pour remplir les gourdes – et manger un morceau à l’abri du soleil.


P1050014 revue

 

Après une courte remontée et redescente, je tourne à gauche au niveau de Grésy sur Isère sur la D202. Celle-ci me fera passer de l’autre côté de l’autoroute de la Tarentaise, puis je peux ensuite m’embrancher sur la D925 pour rouler, vent dans le dos, à plus de 30kmh sur quelques kilomètres. Globalement, le trafic automobile est moins omniprésent que je ne le craignais.

 

Je me perd un petit peu après le rond point à Le Publey / Aiton, mais comprenant mon erreur, je fais demi-tour et prend une contre allée à cette grosse route sur laquelle je m’étais dirigé. Je retrouve la D925 que je prends plein ouest sur quelques kilomètres. En tournant à gauche sur la D27, je sais que j’approche de la seconde difficulté du jour ! Je perds un peu patience sur cette D27 qui n’arrête pas de proposer des courtes (mais parfois pentues) montées de 20m alternées avec des redescentes… c’est très irrégulier et casse-pattes… ça prouve surtout que je suis déjà fatigué !

 

P1050015 revue

Je quitte la Tarentaise - sur ma gauche: le massif des Hurtières

 

Je tourne à gauche sur la D25 à Chamoux sur Gelon, au niveau d’une drôle de maison décorée avec un amas d’objets insolites… et passe devant une borne ‘chronométrez votre ascension’ comme j’en avais vu par exemple au pied du Mont du Chat il y a quelques mois

 

P1050016 revue

Profil Champ-Laurent

Les pourcentages sont sérieux ici !

 

Ici commence l’ascension du col de Champ-Laurent, qui commence immédiatement avec une première rampe à plus de 10% sur quelques centaines de mètres. L’effet est immédiat : je dois passer pour la première fois de la journée, il me semble, en 30x28, tout à gauche, et mon rythme ralentis fortement. Je souffle fort et lutte pour garder un rythme raisonnable.

 

P1050018 revueP1050022 revue
 

Après 4 lacets rapprochés, la route devient plus rectiligne, à flanc de montagne. Je fatigue fort, et les pourcentages, qui oscillent entre 8 et 9%, me font mal aux jambes.

 

Les kilomètres à venir seront un vrai enfer pour moi. Une série de 12 lacets sur des pentes qui ne redescendent JAMAIS en dessous de 8%, et qui sont la plupart du temps au-delà de 9%. Clairement, je suis cuit. Je n’avance plus. Je fais une très courte pause photo en mettant le pied au sol quelques secondes, ce qui me permet aussi vaguement de reprendre mon souffle. Mais la fatigue est omniprésente, et je sais qu’elle ne me quittera plus de la journée.

 

Je ne croise que deux cyclos (qui descendent et m’encouragent gentiment) sur cette route, et très peu de voitures. Globalement, cette ascension se fait à l’ombre. Je transpire beaucoup, mes mains glissent sur la guidoline (je ne porte pas mes gants à ce moment). Je bois, je mange… je souffre. La délivrance, enfin, un peu plus haut lorsqu’un virage à gauche me fait entrer dans un champ au soleil sur une courte portion presque plate. Devant moi, le village de Champ-Laurent. Alors qu’il ne me reste plus qu’un kilomètre d’ascension, je m’arrête au cœur du village à la fontaine qui se situe à l’intérieur d’un lacet pour ‘prendre une douche’ à coups de bidons d’eau versés sur la tête. Je bois beaucoup, m’asperge encore un peu, remplis les bidon, et termine ma montée. Me voila enfin au col de Champ-Laurent (altitude 1113m).

 

P1050026 revue

P1050027 revue

 

Je fais une pause de plus de 5 minutes là-haut pour m’alimenter. En face de moi, là où la route redescend, se trouve un très étroit vallon suivi d’une belle grosse colline où l’on distingue un creux. Instinctivement, je sais qu’il s’agit de ma prochaine montée : les derniers kilomètres du versant sud du col du Grand Cucheron !

 

Et effectivement, après 2-3 kilomètres de descente, je tourne à gauche sur la D207, et ici commence immédiatement une montée qui me sera une nouvelle fois très difficile, vers ce 5è col de la journée.

 

P1050029 revue

 

La montée est heureusement à l’ombre. Et les pourcentages ne sont pas aussi méchants que ceux que je viens de bouffer sous Champ-Laurent. Mais, quand même, au-delà de 7%, ça fait mal. Je me traine un peu, et le virage final à 10% à quelque 500m du col fait mal ! J’essaie de me concentrer sur autre chose que l’effort… comme par exemple les odeurs de forêt de conifères que j’adore. Et enfin me voilà au col du Grand Cucheron (altitude 1188m). De nouveau je fais une pause, cette fois-ci pour m’étirer un peu. Les températures sont chaudes aujourd’hui… j’en souffre beaucoup également, donc j’essaie de boire au maximum.

 

P1050030 revue

Enfin en haut de cette méchante ascension !

 

Je m’élance maintenant dans la descente. Je me trouve dans le massif des Hurtières (où j’avais visité une mine de fer, visite culturelle et ludique que je conseille vivement à ceux qui liront cet article !) et constate que des écritures à la peinture recouvrent la route… n’est-ce pas le Tour de France qui est passé ici cette année ? Mais alors, dans le sens contraire de mon itinéraire comme en atteste le sens de ces écritures…

 

P1050031 revue

Les pros l'ont grimpé... moi je le descend !

 

Cette descente est à l’ombre… et très rapide sur quelques portions (au-delà des 70kmh pour moi). Plus loin je sors de la forêt. Me voila dans la vallée de la Maurienne, la troisième de mon ‘raid des vallées’ du jour !

 

Après ‘Les Champs’ je passe par St Alban des Hurtières. Il fait très chaud, et je dois de nouveau faire une pause pour remplir mes bidons d’eau. Cette descente se termine au niveau de Saint Pierre de Belleville.

 

P1050032 revue

 

A partir d’ici, je suis au creux de la vallée de la Maurienne et il fait toujours aussi chaud. J’emprunte la D1008, une route toute droite et très (trop) fréquentée par voitures et camions… je savais que cette portion serait barbante… ce que je n’avais pas prévu, c’est l’état de fatigue avancée dans lequel je me trouve ! Heureusement, avec un bon vent  dans le dos, j’avance encore assez bien, au-dessus des 20-25km/h.

 

15kms de plat plus loin, je tourne sur un mini pont bleu et entre dans St Etienne de Cuines. Je me trouve à la base du célébrissime col du Glandon, par son versant réputé difficile. En entrant dans le village, une borne m’indique 20kms de montée. Je fais une pause. Cherche à remplir mon bidon à une borne fontaine qui fait limite du goutte à goutte… et l’eau y est presque chaude, beurk.

 

Je suis cramé. Arriverai-je à grimper le Glandon ? J’en doute de plus en plus. Dommage car derrière le Glandon se trouve la Croix de Fer, et derrière la Croix de Fer, en descente, se trouve St Sorlin d’Arves, mon lieu d’arrivée où m’attendent douches et repos !

 

J’ai rarement été si cuit. Je dois me résoudre à appeler Amandine qui vient en voiture et doit se trouver pas trop loin d’ici. Je lui demande de monter à St Sorlin non pas via St Jean de Maurienne comme prévu, mais plutôt via la route du Glandon où elle me trouvera.

 

Je commence à grimper le col quand même. Mais je n’avance plus. Sur des premières portions de route à 6-7%, je roule à 7-8kmh. Même en danseuse, mon poids ne semble plus peser suffisamment sur les pédales du Scott. C’est au niveau de la borne ‘Glandon à 16km’ que se termine mon aventure. Je mets le pied au sol, pose le vélo, m’assied par terre, et attend Amandine avec qui je terminerai le parcours en voiture, avec vélo dans le coffre.

 

P1050034 revue

Cette borne signe la fin de mon tour aujourd'hui... quand ça veut pas, ça veut pas !

 

Carte (parcours openrunner 1842170):

 

St-Genis-Glandon-carte.jpg

 

Profil  altmétrique:

 

St-Genis-Glandon.jpg


Conclusions :

 

  • Un peu à l’image du col du Coq l’année dernière, le Glandon m’aura vaincu, et je n’ai plus les forces pour le combattre aujourd’hui. Même si ce ‘raid des vallées’ se termine sur un gout d’inachevé et dans une très forte chaleur et fatigue, cela reste une superbe sortie qui m’aura fait traverser un tas de coins que je ne connaissais pas, ou peu. Et puis avec pas loin de 190kms et plus de 3100m de D+, ça reste du costaud !
  • 5 nouveaux cols franchis aujourd’hui, dont un premier en Haute Savoie, où – même si j’y avais déjà roulé – je n’avais pas encore franchi le moindre col.
  • Parmi ceux-ci, je retiens le col de Champ-Laurent qui aura été mon ‘Grand Colombier’ du jour… j’y aurai laissé un paquet de forces.
  • Premier long parcours sur le Scott… premières sensations confirmées. Un vélo très stable, sur lequel je me sens bien. Depuis les premières photos, j’ai baissé la tige de selle de 3cm environ, et relevé le bec de selle. Seul bémol à ce jour, j’ai encore du mal à me faire à la selle et le confort n’a pas été au rendez vous en fin de journée notamment.
  • Deux petits commentaires pour finir : (1) j’aurai eu de grosses courbatures jusqu’à deux jours après cette sortie, preuve que j’ai réellement du taper dans mes réserves ce jour là. (2) Ayant passé 4 jours à St Sorlin, j’aurai heureusement eu le temps d’aller me ‘venger’ sur les pentes du Glandon… article à suivre !
Commenter cet article

bosses21 21/08/2012 19:33

Resalut Baptiste, 5/6 heures de vélo, c'est déjà beaucoup ! As-tu essayé de régler en avançant ou en reculant la selle si c'est possible (on peut parfois le faire sur 2/3 cm). Peut-être que tu es
trop en avant ou en arrière... à bientôt.

cestdurlevelo 21/08/2012 20:45



Re!


A priori non, tout est en ordre et en place. Je devrai peut être faire des 'tests'. Mais c'est vrai que comme ma position a beaucoup changé entre mon MBK et le Scott... il faut être patient et
chercher comment optimiser tout ça !


A+


Sportivement,



bosses21 21/08/2012 16:07

Salut Baptiste, je suis assidument ton blog depuis le début de l'année même si je ne laisse pas de commentaires ! Juste un petit conseil : j'ai lu que tu avais relevé le bec de selle... il faut
qu'elle soit en fait à l'horizontal (prendre un niveau), cela risque de te poser des pbs de santé plus tard. A bientôt, je rattrape la lecture de tes compte-rendus suite à mon retour de
vacances.
PS : le Glandon sans forces, cela aurait été impossible, son final est un des trucs les plus durs que j'ai grimpé !

cestdurlevelo 21/08/2012 16:24



Salut 'Bosses21'... un grand merci pour ton message... c'est toujours très sympa d'avoir un contact avec quelqu'un qui lit mes pérégrinations :)


En réaction à ton commentaire très utile: j'ai relevé le bec de selle car il penchait vers le bas. Il est maintenant horizontal (voir même, encore très légèrement incliné vers le bas), mais c'est
vrai que je n'ai pas utilisé de niveau pour le régler. A noter que j'ai encore des douleurs au derrière en roulant au-delà des 5-6h... je ne sais pas si c'est parce que la selle est mal réglée
(elle me semble identique en angle à celle de mon ancien MBK jaune) ou si simplement j'ai besoin de temps pour roder la nouvelle selle!?


Quant au Glandon... oui clairement, je n'aurai pas pu le passer ce jour là.. malheureusement. En fait comme tu l'aura compris, j'avais largement sous estimé le col du Champ Laurent, qui m'a
complètement flingué. A la rigueur, qui sait (on peut toujours mettre des "si") j'aurait peut être passé le Glandon si j'avais escamoté le Champ Laurent... mais ça, on ne le saura jamais !


Encore merci et à +



l'Ange Blanc 16/08/2012 21:54

slt Baptiste, je vois que tu pars toujours sur des parcours de folie !!! tu t'en ai mis pleins les jambes mais aussi plein les yeux, tu reviendras plus tard pour le Glandon qui est un monument.
Bravo.

cestdurlevelo 19/08/2012 19:02



oui, c'est ça: plein les jambes, et plein les yeux. Les jambes s'en rappellent encore, et malgré ce beau, long, et difficile parcours, je regrette de ne pas avoir pu me trainer jusqu'en haut.
Heureusement.... il y a eu une vengeance rapide :)



aboju 15/08/2012 17:21

Tu m'étonnes que tu en as bavé ! Le Champ-Laurent et le Glandon enchainé après déjà tant de kilomètres...mais t'es suicidaire ! lol ! Rien que de penser au Champ-Laurent, je transpire déjà !

cestdurlevelo 15/08/2012 17:30



Ah, tu peux pas savoir comme ton commentaire me fait plaisir !!!


Champ Laurent... je le retiens lui! Quelle cochonnerie ! J'en ai bavé comme rarement. Surtout que, comme tu l'aura compris, c'est lui qui m'a "privé" du Glandon le soir même... pour ce qui aurait
été un final fantastique. J'ai du coup du remettre ça au surlendemain... mais ça n'avait pas le même gout !


Très franchement, je ne le connaissais même pas de nom, le col du Champ Laurent ! Mais je vois désormais que j'étais le seul à ne pas connaitre son nom... qui fait froid dans le dos :)


A+



Franco 08/08/2012 11:42

c'est sur que le champ laurent tu y laisse des plumes,pour ma part je l'ai grimpé l'année derniere ,et enchainé le grand cucheron,et la madeleine,bon il y a des jours avec et des jours sans.tu n'a
pas a rougir pour le final de ta sortie qui entre parenthese est deja une belle sortie ,elle va te laisser comme un petit gout amer, et tu reviendra plus fort pour le vaincre cette fois si le
glandon j'en suis sur!!!!!!!!!!!!!!!

cestdurlevelo 08/08/2012 12:01



Ah ça oui, le Champ Laurent m'a FLINGUE les jambes ! Très franchement, l'idée d'y retourner ne m'attire pas plus que ça pour le moment :) Peut être en 2013 qui sait?


Comme tu dis je n'ai pas à rougir de ma fin de parcours en voiture... mais quand même ça reste une grosse déception pour moi. Heureusement, des parcours d'un point A à B (donc pas une boucle,
comme on fait souvent) j'en ai un de prévu la semaine prochaine qui me fera passer par de TRES GROS cols donc j'aurai là une occasion de me rattraper. Et crois moi, je ne lacherai pas l'affaire
facilement même si le parcours est exigeant !


Quant au Glandon... heureusement j'ai pu le faire plus tard dans la semaine, la semaine passée. C'est donc un regret en moins, je peux maintenant dire que je l'ai monté par ses deux versants !


A samedi !



Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse