Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Jul

8 juillet 2012 - Doublé dans la Vanoise (Mont Cenis + Iseran)

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Lanslebourg, #Col du Mont Cenis, #col de l'Iseran, #Un jour un col

87,8kms en 4h43, D+ 2171m, coef 2,46

Météo: soleil, fraicheur relative

 

P1040849 revue

Le point culminant de la journée - et col le plus haut que j'aie jamais franchi

 

Une sortie courte en distance aujourd’hui, mais bien grimpante. En termes de parcours c’est très simple : nous allons partir de Lanslebourg et emprunter la D1006 jusqu’au col du Mont Cenis, puis retourner sur nos pas. Et ensuite, toujours depuis Lanslebourg, monter au col de l’Iseran via la D902 et revenir sur nos pas de nouveau. Une sortie qui logistiquement ressemble très fort à ma sortie Petit Saint Bernard + Cormet de Roselend à l’automne dernier.

 

P1040773 revue

Profil Mont Cenis

Voila de quoi ça à l'air sur le papier


 

Nous allons commencer par affronter les pentes du col du Mont Cenis. 10km de montée avec des pourcentages abordables en dehors d’un court passage qui dépasse 10%. Nous partons en discutant, tranquillement. Je ne veux pas partir trop vite car je suis dans le genre ‘diesel’, et partir directement sur une montée sans avoir eu le temps de me chauffer, je trouve ça difficile (comme ça avait été le cas au BRO 2012  il y a deux semaines, d’ailleurs).

 

David a déjà effectué ce parcours, quasiment à l’identique il me semble (il y a quelques années), du coup je peux me fier à lui pour affronter ces pentes, gérer mon effort, etc. Ceci ne nous empêche pas, Franco & moi, de le charrier lorsqu’il me dit qu’il y a des parties ‘plates’ et que les kilomètres qui suivent se révèlent être au-delà de 8% :)

 

Je suis accompagné des deux compères ‘purs grimpeurs’ David & Franco. J'avais deja roulé avec eux relativement récemment: avec David dans le Vercors et avec Franco au Grand Colombier. Nous étant donné rendez vous à Lanslebourg en voiture à 8h30, nous sommes tous là vers 8h10… accueillis par une grosse pluie et un ciel très chargé. Heureusement, les prévisions météo vont se révéler justes puisqu’à 8h20 il arrête de pleuvoir et lorsque nous nous mettons en route à 8h25 des bouts de ciel bleu apparaissent déjà !


P1040775 revue

P1040777 revue

Coup d'oeil en arrière en montant vers le Mont Cenis - la vallée en direction de l'Iseran que nous ferons plus tard

 

P1040779 revue

 

  La route est encore mouillée de la pluie qui vient de s’arrêter, et comme en plus nous sommes dans la forêt, il fait frais. C’est agréable et ça change de la canicule de ma dernière sortie en date. Au bout de 5kms (soit la moitié de cette première ascension) Franco dit qu’on est ‘presque’ arrivés… il est marrant lui. C’est à peu près à ce moment là, ou quelques centaines de mètres après, que le passage à 9, puis 10% fait la différence entre mes compères et moi. Je leur laisse quelques mètres d’avance et continue à mon rythme. Peu à peu ils s’éloignent devant moi jusqu’à avoir probablement 200-300m d’avance. Mais je maintiens mon rythme (cardiaque, notamment, autour de 165BPM, ce qui sur ces pourcentages se traduit par du 9km/h environ). Puis après un dernier lacet suivi d’une longue ligne droite, la route émerge de la forêt. On aperçoit Lanslebourg en contrebas, et je suis impressionné que l’ont ait déjà gravi tout ça !

 

P1040780 revue

P1040782 revue


 

Maintenant nous traversons un alpage, passons à côté d’une petite chapelle, puis d’une ferme qui vend du fromage de chèvre. Une borne kilométrique m’indique que je suis dans le dernier kilomètre. J’ai aperçu mes deux équipiers loin au devant de moi, mais ils disparaissent à la faveur du dernier virage… que je mettrai peut être deux minutes à atteindre. Arrivée au col du Mont Cenis (altitude 2081m). Voila pour moi le 6è franchissement d’un col au-dessus de 2000m d’altitude ! Le dernier en date, c’était le Petit Saint Bernard.


P1040785 revue

P1040786 revue

Le col du Mont Cenis et son auberge...

 

Le temps de manger un morceau et de mettre un coupe vent pour la descente (et d’essuyer les gentilles moqueries de Franco et David sur ma prononciation de ‘Suze’ plutôt que ‘Suza’, la ville italienne de l’autre côté du col où ils avaient songé un instant redescendre… désolé les gars je ne parle pas italien !) et nous pouvons retomber du même côté, direction Lanslebourg.

 

Je fais une descente prudente surtout au début, car la route est mouillée et en plus le revêtement est bosselé par endroits. Puis sur la seconde moitié je me laisse glisser un peu plus rapidement, sur des parties plus rectilignes et donc peu dangereuses.

 

P1040787 revue

De retour à Lanslebourg après une première belle ascension

 

Une fois le regroupement effectué en bas à Lanslebourg, nous quittons les coupe-vent puis reprenons la route. Nous quittons donc la D1006 et empruntons la D902 : 33kms à parcourir, principalement en montée, depuis ici jusqu’au col de l’Iseran, notre ‘plat du jour’.


P1040789 revue

Profil Iseran

Voila la théorie... maintenant, testons la pratique !

 

Dès le début, Franco part 10-15 mètres devant… il doit avoir des fourmis dans les jambes. Moi je sais que cette montée sera difficile, je préfère donc ne pas griller de cartouches sur le plat, et reste donc à mouliner doucement derrière.

 

Nous traversons, de nouveau ensemble, Lanslevillard où nous doublons un groupe de trois cyclos habillés en ‘équipe’, en blanc. Dès les premières pentes, méchantes (10% pendant un bon passage) à la sortie de Lanslevillard, Franco & David me lâchent, et je me fais doubler par cette triplette en blanc, qui s’intercale entre Franco+David et moi.

 

P1040791 revue

 

A ce moment, ma fréquence cardiaque est bien au-delà des 175BPM, je suis donc dans ma tranche ‘d’effort intense’. Il faut que je calme ça et donc je ralentis encore un peu plus le rythme… qui était dejà relativement bas ! Devant moi, les ‘blancs’ ont du doubler Franco & David car je ne les vois plus… et Franco & David ont du également baisser de rythme car ils ne sont pas si loin de moi. Il faut également dire que les pentes sont moins fortes à l’approche du col de la Madeleine, et c’est donc un profil qui m’est plus favorable, moi qui ne suis pas vraiment ‘grimpeur’.

 

Je vois le panneau du col à 300m, me dresse sur les pédales, j’accélère un peu. Mes collègues n’auront pas à m’attendre très longtemps au sommet – je passe sans m’arrêter au niveau de ce second col du jour, le seul qui ne sera pas au-dessus de 2000m (col de la Madeleine, altitude 1752m).

 

P1040792 revue


Maintenant que nous sommes de nouveau réunis, nous roulons rapidement en descente puis sur du faux plat. J’ai l’impression que le panorama change ici… ça fait à nouveau (comme au Mont Cenis) ambiance plus ‘alpine’. Il y a moins de végétation, il y a beaucoup de roches, et bien sur, comme toute vallée alpine qui se respecte, un joli torrent aux eaux turquoises qui coule au fond.

 

P1040793 revue

P1040795 revue

 

Après être passé de l’autre côté de cette petite rivière sur un pont, la route remonte fort (8% ?) pendant 200m. Puis replate – nous avons devant nous un superbe plateau, avec simplement un gite d’étape au milieu (à Bessans), tout ça sur une seule route très rectiligne qui le traverse de part en part. Pas si loin devant nous, le trio en blanc semble avoir levé le pied.

 

Nous nous enfonçons doucement dans ce plateau, et très clairement, on voit au fond à gauche l’endroit où la fin du plateau signifiera pour nous le début de la seconde partie de l’ascension vers le col de l’Iseran. A la faveur de cette longue ligne droite nous revenons sur le trio en blanc, qui ne roule vraiment pas vite sur le plat. Mais nous restons sagement derrière eux, ceci jusqu’à Bonneval sur Arc.

 

P1040800 revue

Bonneval et la première rampe de la suite de la montée, qui part au-dessus en diagonale vers la gauche

 

Nous ferons une courte pause pour y remplir les bidons à côté d’une petite échoppe devant laquelle un four fait rôtir des poulets… les odeurs nous donneraient presque envie d’acheter un poulet rôti et de le mettre dans le sac pour le déguster en haut !

 

P1040801 revue

P1040802 revue

P1040803 revue

 

D’ici nous voyons très clairement les deux premières rampes de cette partie finale de l’ascension du col. Le costaud, ça commence ici ! Bien évidemment, le trio blanc est parti devant sans faire de pause… seuls Franco & David rattraperons l’un d’eux… moi je ne les reverrai plus ! De retour en selle, nous franchissons les barrières mises en travers de la route : aujourd’hui est organisé l’évènement ‘un jour, un col’ : le Conseil Général de la Maurienne ferme la route du col au trafic autre que cycliste et nous serons donc au calme. Nous affrontons donc cette première rampe groupés.

 

P1040807 revueP1040808 revue

P1040810 revue

P1040813 revue

P1040814 revue

Bonne route à vous deux... on se voit en haut !

 

La pente est d’au moins 8% sur les premiers kilomètres. Au niveau du premier lacet qui tourne à droite, je suis déjà 40m derrière Franco & David. Comme prévu, je ferai cette montée à mon rythme, seul. Il faut dire que ces deux là sont de vrais bons grimpeurs.

 

P1040819 revue

Maintenant il va falloir lutter... seul

 

Je les vois s’éloigner devant doucement, tout en profitant du paysage sublime dans lequel on évolue. Je me fais doubler par 4-5 cyclos sur la seconde rampe, dont un qui me double tout doucement. Nos rythmes étant très proches (il est plus rapide que moi quand même), je vais le garder en point de mire presque jusqu’au bout de la montée… même s’il continuera à s’éloigner doucement, mètre par mètre, sur la totalité de l’ascension.


 P1040820 revue

P1040822 revue

 

Après ces trois kilomètres difficiles, vient un ‘replat’ de deux kilomètres à 4-5% de moyenne. Devant moi s’étale le superbe parc régional de la Vanoise, et ses massifs enneigés à leur sommet. Je suis déjà au-dessus des 2000m d’altitude et pourtant il me reste de la route !

 

P1040824 revueP1040825 revue

Une portion quasi plate qui fait du bien aux jambes, au coeur, et au souffle

 

La route serpente en fond de vallée mais rapidement, elle traverse un gros torrent et après un court lacet, remonte fort sur la gauche. J’ai déjà du mal à distinguer Franco & David devant moi. Ils me font un signe, un peu plus haut, alors qu’ils viennent de passer un lacet, et qu’ils se situent du coup juste au dessus de moi.

 

La route est pentue après le prochain lacet à droite. Il y a un faible vent qui permet de garder une température relativement fraiche… car désormais le soleil commence à taper un peu. C’est à ce niveau là que je me ferai doubler une dernière fois dans la montée. Je reprends un par un quelques cyclos et leur lance un petit ‘bonjour’ en passant, mais je ne fais pas le malin : la montée est réellement difficile !

 

P1040833 revue

P1040839 revue

(Très) loin au-dessus de ma tête, je distingue une petite ‘grue’ rouge, et comprends que c’est ici qu’un éboulement a recouvert la route avant-hier. Heureusement, il devait ne s’agir que d’une petite chute de roches car ils ont réussi à tout dégager pour l’organisation de l’évènement aujourd’hui. Mais avant de passer à ce niveau, il va me falloir cravacher encore un moment.

 

P1040841 revue

 

Je franchis enfin le point de l’éboulement, puis un petit tunnel. Ici la route est en parapet, accrochée à la falaise… superbe. En plus, elle monte bien moins fort sur peut être 2kms. Mais à la faveur d’un tournant sur la droite, on entre dans la dernière petite vallée de l’ascension de ce col de l’Iseran.


P1040843 revue

 

Après le pont, la route remonte sur le versant gauche de cette vallée et ici les pourcentages sont terribles. Je me situe déjà au-dessus de 2600m d’altitude (en terme d’oxygénation, il y a plus facile… même si je ne sais pas si j’ai réellement été gêné par ce facteur), mais surtout, la route au-delà des 10% fait très mal. Je suis scotché à la route, jamais au-dessus des 8km/h et très souvent entre 6,5 et 7,5km/h. L’effort est ici violent… je suis à 94% de ma fréquence max sur un court passage à 11%.

 

P1040845 revue

 

Les remontées mécaniques du domaine skiable de Val d’Isère qui sont placées au creux de cette vallée au-dessus de moi se rapprochent doucement. Trop doucement. Puis enfin, le dernier lacet. La pente est toujours au-dessus de 9%, mais je me sais quasiment arrivé. Loin de moi l’idée d’accélérer pour autant, je continue à mon rythme. La route tourne doucement à droite… et ENFIN, devant moi, se terminent ces 33kms difficiles : le panneau ‘col de l’Iseran, altitude 2770m’ se profile à quelques mètres. Me voici au niveau du col routier (=sur route bitumée) le plus haut d'Europe (col de l'Iseran, altitude 2764m selon le Club des Cents Cols) ! Je passe au sommet après 1h20 d’effort depuis Bonneval, soit environ 8 minutes de plus que Franco et David, qui ont tout grimpé ensemble, et qui sont déjà en train de se restaurer au buffet offert par les organisateurs. Mes jambes sont plus « qu’entamées » et nous renonçons d’un commun accord à redescendre sur Val d’Isère pour grimper l’autre versant de l’Iseran, comme c’était initialement prévu.

 

P1040848 revue

Ravito au sommet...

 

Après une bonne pause au sommet, nous nous apprêtons à redescendre. Juste le temps de discuter quelques minutes avec Sophie, avec qui j’étais à la fac il y a 8 ans (!) et qui a grimpé le col par son autre versant, puis avec Cisou et sa femme qui grimpaient du même côté que nous en vélo couché. Puis nous commençons à descendre.

 

P1040850 revue

 

Cette descente est rapide, mais le revêtement pas au top. Du coup il faut être prudent, et je suis beaucoup ‘ballotté’ en selle par les à-coups de la route. Courte pause et regroupement dans le dernier lacet avant Bonneval, là où je m’étais fait ‘larguer’ dans la montée.

 

P1040852 revue

P1040854 revue

P1040855 revue

 

Après Bonneval, nous sommes accueillis par un assez gros vent de face. Franco prend les devants et je dois lutter pour recoller à sa roue. Je profite ensuite un peu de sa roue, puis prend un court relais. C’est ici que nous double un duo de cyclos, ainsi que David qui semble décider à s’accrocher à eux. S’ensuivra une douzaine de kilomètres de plat et faux-plat à prendre des relais contre le vent à 30km/h. Perso, je suis à bloc, comme le prouve le résumé de fréquence cardiaque de ma sortie ci dessous (passage au niveau de la Madeleine: 185BPM, mon max étant à... 186BPM !). Mais c’est un exercice agréable et que j’apprécie.

 

Frequence-cardiaque-Iseran.jpg

 

Le groupe explose un peu dans la courte remontée du col de la Madeleine mais nous terminerons tous plus ou moins ensemble à Lanslebourg. Bien que Franco soit motivé pour remonter au Mont Cenis et Petit Mont Cenis (sur conseil de Cisou, rencontré au sommet), perso les cuisses ont suffisamment chauffé et c’est donc la fin pour moi. Résultat, nous terminerons au bar du coin devant un rafraichissement bien agréable... et mérité !

 

Profil altimétrique :

 

Alti-Iseran.jpg

 

Conclusions :

 

  • Trois nouveaux cols pour moi, dont deux au-dessus de 2000m d’altitude. Me voilà bien avancé dans ma quête des 200 cols selon les règles du CCC (il me manque encore 3 cols de +2000m d’altitude).
  • Un trio gagnant et une super ambiance aujourd’hui… à refaire dès que possible !
  • Lire l'article de David sur son blog...
Commenter cet article

Jean-Christophe 18/07/2012 14:16

Bravo pour cette belle sortie avec des cols mythiques. L'iseran a été pour moi l'un de mes premiers grands cols en 2004, j'en garde un excellent souvenir, long mais pas trop raide.

Le Mont Cenis j'aimerais bien l'avoir en catalogue (+2000m !) mais je n'y ai encore jamais mis les pieds, l'année prochaine peut-être ?

A++
JC

cestdurlevelo 18/07/2012 14:21



Hello JC,


Moi, je l'ai trouvé pentu (en plus d'être long !) l'Iseran !!! Des passages à 9% ou 10% qui m'ont bien cassé les jambes. Notamment ce dernier 'virage' à droite pour s'enfoncer dans la vallée qui
mène au col, en passant le petit pont.


Le Mont Cenis, il est beaucoup plus facile: court, pas méchant, en partie à l'ombre (si gros soleil, ce qui n'était pas le cas quand on y était)... mais il parait qu'il est à faire du côté
italien, bien plus joli!


A+



Brigitte 13/07/2012 18:12

Bravo Baptiste, belle sortie, tu n'arrêtes pas de progresser !!! Si tu as aimé un col où on monte pendant 30 km, les cols de l'Ubaye ne sont pas mal non plus dans ce genre ;-)
Pas de chance pour ce WE :-(

cestdurlevelo 13/07/2012 19:11



Merci! Ah je vois que c'est l'Espagne cette année... pas la Normandie !?


Oui c'était top cette sortie... mais courte ! Même pas 100kms, j'ai eu du mal à calmer les ardeurs de Franco qui voulait repartir sur le Mont Cenis et le petit Mont Cenis à notre retour. Moi...
ça aurait été trop dur, pas envie de me faire trop mal. L'Iseran m'a suffit !



VercorsChambaranSport 12/07/2012 22:00

Merci pour la sympathique lecture ! vivement le prochain article :-)

cestdurlevelo 13/07/2012 07:35



Merci de ta lecture. Et oui, vivement la prochaine sortie....


... sauf que la météo annoncée ce week end n'est pas bonne, j'ai donc annulé la venue de mon petit frère pour le raid que nous avions prévu.... décu !



cyclotourisme-kesako 11/07/2012 13:53

sublime sortie qui est programmé à l'identique par mon club le 1er septembre prochain. Que de souvenirs me reviennent en lisant vos récits, il y a plus de trente ans en 1978 je crois nous sommes
partis du Montgenèvre pour faire le Mt-Cenis dans les deux sens et l'Iseran pour finir par Montgenèvre.
Je peux aussi vous conseiller le col du Granon, pas mal.
Bravo et bonne continuation et félicitations pour les photos. Celle ou tu vois tes compagnons s'éloigner est parfaite, on se retrouve dans ton regard. alain késako

cestdurlevelo 11/07/2012 14:28



Ah ça oui le Granon il parait que c'est quelque chose. De mémoire, si je ne me trompe pas, Franco m'a dit que c'était son col franchi le plus difficile.


C'est beau en tout cas l'Iseran... ça vallait le coup de se lever tôt et de faire de la voiture. Mais il est difficile aussi... c'est usant, c'est long... et encore, on a eu une météo idéale !



aboju 10/07/2012 21:16

Salut Baptiste...

Bravo pour cette sortie (hors du commun). Ce genre de sortie qui laissent à coup sûr des souvenirs pour de nombreuses années.
J'ai fait ces 2 cols il y a 15 jours...vraiment magnifique !

bonne continuation

cestdurlevelo 11/07/2012 08:57



Hello,


Merci pour ton commentaire! Oui c'est absolument superbe là haut, je ne t'apprends rien :)


Surtout l'Iseran, car le Mont Cenis, lui, a un gout bien moins 'spécial'. Mais l'Iseran... que dire... l'effort en vaut la chandelle non?! Je me faisais la réfléxion en roulant là dessus que
rarement dans ma vie j'ai fait des montées d'environ 30kms finalement. En dehors, sauf erreur de ma part, du Petit St Bernard et de l'Iseran (encore, c'est contestable: où commence la montée de
l'Iseran!? En me garant à Lanslebourg, j'ai pas mal triché!)


A+



Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse