Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Jun

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Ardéchoise, #Ardèche, #AVM, #Team Mont Ventoux, #Dodecaudax, #Compétition, #Ardéchoise Vélo Marathon

278km en 11h32, D+ 5370m, coef 1.93

Météo: soleil, fraicheur, vent changeant

Ardéchoise Vélo Marathon = "Ardéchoise Vengeance en Montagne", mais pourquoi ? Petit retour en arrière pour expliquer le contexte de cette course...

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

C'était déjà il y a un an !

En juin 2014, je m'étais aligné sur ma toute première cyclosportive: l'Ardéchoise Vélo Marathon. Un vrai gros défi, puisqu'en plus de porter un dossard pour la toute première fois, il allait me falloir dépasser le maximum de dénivelé positif jamais cumulé sur une journée pour moi, au-delà des 5000m.

Je m'étais préparé, et avais passé une journée mémorable à vélo. La difficulté principale, garder un bon rythme tout au cours de la journée, est matérialisée par les barrières horaires aux points de contrôle (où la puce embarquée sur chaque cycliste est détectée par système électronique, pour prendre un temps).

Comprendre: il faut être passé par tel ou tel point du parcours avant telle ou telle heure... sans quoi c'est la disqualification et le retour en voiture balai. Tout s'était bien passé en 2014, en dehors du gros couac de la fin; au dernier point de passage, après Lalouvesc, la gendarmerie nous avait aiguillés, Gillou et moi, sur la descente directe sur la ligne d'arrivée sans passer par la route des crêtes et la descente du col du Buisson. Nous avions été classés quand même, et considérés 'finishers', mais cet épisode m'avait beaucoup déçu, et avouons-le, un peu vexé.

J'avais terminé over-cramé et avais juré que jamais ô grand jamais, on ne me reverrait sur l'AVM.

Avance-rapide d'un an, me revoilà sur l'AVM. Ouais - faut jamais trop croire un cycliste fatigué à l'arrivée d'une épreuve difficile. Cette année, mon entrainement a été vaguement similaire à l'an passé; moins de longue distance, mais plus de sorties à vitesse soutenue. Je comptabilise deux petits kgs de plus qu'il y a un an, mais avantage net en comparaison: je connais le parcours, ce qui me permettra de mieux gérer l'effort.

Les barrières horaires sont les même, je sais qu'il faut deja franchir celle de la Barricaude, que j'avais validée de 7 minutes seulement en 2014 (!!!), mais il faudra aussi continuer à rouler à beau rythme après coup, pour éviter le souci de l'an passé à l'arrivée.

La seule différence logistique avec l'an passé, c'est que je suis dans le sas de départ semi-prioritaire réservé à l'AVM. Cette année, ça veut dire que mon départ aura lieu 10 minutes avant tout le monde (et donc que je vais me faire doubler par des avions au bout de quelques kilomètres !). Mais il y a une contrepartie: tout ceux qui sont dans ce sas de départ ne peuvent être classés QUE sur l'AVM. Impossible de couper court et de changer d'avis en faisant un parcours plus court après coup (comme l'Ardéchoise ou les Sucs), puisque nous serions disqualifiés.

Cette semaine j'ai 'fait du jus' en me reposant. Depuis la sortie de samedi dernier, je n'ai fait qu'une petite heure de home trainer jeudi matin, en veillant à garder le cardio très bas dans les tours, simplement pour un peu débloquer les jambes.

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne
20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Comme depuis deux ans, je profite d'une logistique aux petits oignons avec Brigitte ; je la rejoins à Bourg lès Valence à 5h du matin (= lever 3h30 pour moi, après une seule heure de dodo pour cause de bruit dehors / fête du village), nous co-voiturons jusqu'à St Félicien, où nous bénéficions d'une chouette place de parking toute proche du départ. Je rencontre aussi Alice avec plaisir, pour la première fois.

Installation du matériel tout en rigolant, on se met le dossard dans le dos. Je me glisse quelques victuailles dans les poches du maillot, mets un peu de crème contre le soleil, puis vient le premier moment excitant de la journée ; chacun se souhaite bonne chance et rejoint son sas de départ respectif. Ca a beau être la troisième fois que je me retrouve ici un beau jour de juin pour un départ massif, l'excitation et l'attente sont toujours là. La zone de départ se remplit progressivement de milliers de cyclistes - mais moi je file au tout petit sas de départ AVM, devant tout le monde. C'est beaucoup plus calme, presque intime, nous ne sommes que 120, à la louche, alors que derrière il y en a des milliers, de cyclo(tte)s !

A discuter avec Yann & Valex dans le sas, je n'ai pas vu l'heure tourner ; une petite horloge est portée devant nous à bout de bras pour indiquer qu'il reste... 30 secondes avant le départ ! Oups.. Clic-clac, tout le monde clipse ses cales sur les pédales, et voilà que je franchis le portillon de départ.... c'est parti pour une belle journée de pédalage.

Je ne partirais pas le couteau entre les dents, car il faut que je raisonne mon rythme et mon approche de cet effort ; mais je suis prêt. Prêt à me bagarrer et à donner tout ce que j'ai pour franchir la ligne d'arrivée, pour une belle victoire personnelle, une sorte d'Ardéchoise Victoire Magnifique quoi.

Dès le début (à voir sur la vidéo en bas de page), Yann part fort devant... moi je traine plutôt vers le fond du groupe d'environ 120 AVMistes, j'ai le temps de voir venir vu la distance. Je suis complètement sidéré de voir certains éléments remonter le groupe en sprintant dès le km2, pour rejoindre les meilleurs éléments devant... punaise les gars, il reste encore 276km allez-y doucement...

Voici Valex, je prends sa roue un petit kilomètre avant que nous commençions à rouler côte à côte. J'ai été très clair autour de moi - je risque de passer les barrières horaires ric-rac, alors je préfère gérer mon effort seul, et ne peux pas me permettre d'attendre les uns ou les autres, et n'attends de personne qu'on ne m'attende ou ne m'abrite derrière les roues. Je vais simplement gérer mon truc... 'comme un grand' ;)

Le col du Buisson est toujours bien roulant, en dehors de la traversée du village de Pailharès. Le coeur monte assez haut dans les tours, jusqu'à 91% de ma FMAX par moments. C'est trop haut, mais je "laisse faire". L'année dernière j'avais essayé de garder les pulsations très basses, cette année je sais que je peux me permettre de les laisser s'envoler par moments, je 'maitrise' mieux cet élément désormais. Ca ne me cramera pas tant que je suis à peu près raisonnable.

Voici les photographes 'Maindru'... on passe bras dessus-bras dessous avec le poto Valex, c'est toujours un vrai plaisir de rouler avec lui... des jambes d'acier, et un coeur gros comme ça. Finalement, on fera toute la montée du col du Buisson ensemble. Arrivés au sommet, on bifurque à gauche et là, c'est moi qui prend les commandes ; sur ce profil en faux-plat montant hyper roulant, je mets les gazs de manière sérieuse. Derrière moi en file indienne, Valex et certains des AVMistes qu'on recroisera pendant les 3 premières heures de course.

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Puis voilà la descente ultra rapide et assez tournante vers Lamastre. Comme prévu, je file à tombeau ouvert... ce qui est rendu encore plus facile par la route libre de tout cyclo - les participants sont tous derrière nous. Je sais par expérience que si on peut perdre beaucoup de temps en gérant mal une montée, on peut aussi gagner de précieuses minutes en 'faisant' les descentes. Alors go.

Voici Lamastre, traversée du village sous les applaudissements, je fais toujours un petit signe de la main à ces habitants de villages en fête - c'est ça, vraiment, qui rend l'Ardéchoise si belle.

Puis voici le long faux-plat des Nonnières. Je maintiens un rythme régulier, on se double et se redouble avec un groupe de 3 AVMistes que je reverrai souvent aujourd'hui ; un petit fluet, un grand costaud, et un vieux qui dandinne du derrière en pédalant.

Seconde montée du jour, donc, les Nonnières. Valex me dit à un moment de me ranger sur le côté de la route... voici le groupe des cadors, un peloton d'au moins 60 éléments, parmi lesquels se trouvent à coup sur les meilleurs du jour et futurs vainqueurs. Valex me souffle de sauter dans les roues en fond de peloton... hop petit coup de reins et bientôt nous sommes à +25km/h sur un faux plat contre le vent, sans trop d'effort... l'effet aspirateur, je ne l'ai peut-être jamais autant ressenti que les 5-7 minutes passées derrière ces affolés de la pédale !

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Le cardio passe à 91%, puis 93% de ma FMAX... argh, la pente passe de 2 à 4-5% et on 'saute' du peloton à 2km du sommet... pas la peine de se cramer, de toutes façons je n'aurais pas réussi à les suivre jusqu'en haut de la bosse. Puis voici la descente sur le Chelyard. Rapide encore, technique aussi, par moments. Là encore, je fais une belle descente rapide, en pédalant, ou en position basse pour limiter la prise au vent. J'avais lâché Valex entre la fin de la montée et la descente, mais voilà qu'il me reprend car lui a réussi à suivre un bon groupe sur la partie en faux-plat à la fin... je saute encore dans les roues et nous traversons le Cheylard.

Ici débutent les +20km de montée jusqu'à Mézilhac. C'est l'une des trois grosses montées de la journée pour nous (avec la Barricaude et le col de l'Ardéchoise), alors je souhaite la prendre avec prudence. Les cyclos nous doublent par centaines, on continue avec notre groupe de 3 AVMistes.

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne
20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Dornas puis Sardige, ici débutent les vrais pourcentages, le début de la vraie montée quoi. Compter en gros 8km de montée réelle. Valex m'a indiqué vouloir prendre de l'eau à Sardige, je lui ai dit que je poursuivais et qu'il me reprendrait plus loin... et voici l'un des tournants de la journée. Je ne le reverrais plus du tout (à part devant une mousse le soir). Pendant l'heure et demi à venir, je me demanderais quand il arrivera par derrière, puis pendant le reste de la journée, je me dirais qu'il a du me doubler et qu'on ne s'est pas vus... en réalité, j'apprendrais le soir qu'il a eu des vomissements et a préféré couper court... pour une boucle totale de 200km quand même, respect garçon !

Le 'boss' sur ses terres

Le 'boss' sur ses terres

Je me fais doubler par le 'boss' de la TMV qui coache Anne-Marie sur le parcours de 220km cette année... il a le sourire et transmet comme toujours sa pêche et sa bonne humeur. J'ai raté Anne Marie par contre, je souhaitais l'encourager lorsqu'elle me doublerait... mais elle a du passer tellement vite que........

... tant pis. Elle finira pas loin du top 50 au scratch sur l'Ardéchoise, une perf purement hallucinante. Bravo à elle :)

Bon, quant à moi je poursuis à mon rythme mon petit bonhomme de chemin. Tiens, voilà un maillot du 'CCK' alsacien. J'ai suivi, et continue de suivre, les aventures de ce club phénoménal, des Bridou & co sur internet... et lorsque je l'interpelle... voici Philippe Schwartz, une tête 'connue' pour moi puisqu'il a notamment fait le fameux Trirhéna... il lève un peu le pied et se dit content de discuter un peu car il avait peur de rouler trop vite. Une vraie tranche de bonheur ces petites rencontres en roulant. Nous arrivons ensemble au sommet au col de Mézilhac, où je ne compte faire qu'un arrêt express. Sur la gauche de la route, je remplis un bidon, re-glisse les manchons sur mes bras et hop repar dans la descente. Voici un peu l'image de mon AVM du jour, où chaque seconde de pause est comptée... je ne cumulerais que 12 petites minutes de pauses sur plus de 11h45 d'effort.

Super rencontre avec Philippe

Super rencontre avec Philippe

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Descente une nouvelle fois très rapide et technique vers Antraigues, je double double double les cyclos, je sais que je peux facilement gagner 3-4min dans cette longue descente. Puis en bas, clignotant à droite pour grimper à Aizac. 3 petits kilomètres de montée, mais des passages à +8%, il faut savoir grimper ça correctement.

Mes 85kgs de carcasse ne sont pas à leur avantage là-dessus, alors je tombe les rapports et fais une montée légèrement en-dedans. Au sommet, je ne fais pas l'erreur de l'an passé de me croire 'arrivé', je sais qu'il y a un long replat sur une route très tournante, il ne faut pas relâcher l'effort sur ce genre de profil - alors je garde les mains en bas du guidon et appuie fort sur les pédales, pour suivre un autre groupe de 3 cyclos.

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Le revêtement n'est pas très bon ici alors prudence avant de tourner à droite à la Bastide. Hop, un nouveau gobelet d'eau attrapé au vol (merci aux volontaires !) et je sors le sandwich.

Tiens, petite parenthèse "bouffe". C'est marrant, pour ma 3è Ardéchoise, je mange encore et toujours à cet endroit précis... c'est mon coin ravito perso quoi. Mais la vraie différence avec les années passées... elle a eu lieu à 4h du matin, puisque sur conseils de Gillou, j'ai mangé une salade pâtes au ptit dej ! Et je crois effectivement que ce fut un très bon conseil... pour 12h d'effort, il faut aussi des sucres lents en amont.

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne
20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

La montée au col de Moucheyre est toujours un peu une zone de 'régulation' pour moi, je fais un peu le point... et généralement j'ai l'impression de ramer un peu ici. Cette année n'est pas une exception, mais c'est pas grave, ma tête est dejà dans la Barricaude, le gros morceau à venir.

Mais auparavant il faut bien gérer la descente sur Burzet. Celle-ci est piégeuse, et potentiellement casse-gueule. mais je suis dedans, concentré, motivé, et à compter les cyclos que je dépasse, je sais que je suis dans les clous pour mon objectif.

'Bip', prise de temps via la puce de ma plaque de cadre à Burzet, et c'est parti pour la longue montée de la Barricaude. Le 'juge de paix' des parcours AVM/Ardéchoise, faut pas se planter car la barrière horaire du Mont Gerbier de Jonc, un peu après le sommet de cette grimpée de 13km pour 5.5% de moyenne de pente, empêchera tout AVMiste de poursuivre son parcours AVM à partir de 13h30.. l'an dernier j'avais réussi à franchir cette barrière de 7 minutes seulement... après une montée sérieuse cette année, en gardant le cardio à 84-85%, très régulier, je ferais bien mieux.

Montée de la Barricaude... il fait chaud, mais bien moins qu'en 2014 !

Montée de la Barricaude... il fait chaud, mais bien moins qu'en 2014 !

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Le replat à mi-hauteur ne me semble pas simplement salvateur comme l'an passé, où j'avais vraiment 'subi le terrain', cette année j'arrive à repasser des dents pour accélérer encore et grapiller quelque secondes là où je peux. Pas de pause à la 'water station' à 2km du sommet. Je retrouve un bon vent de face avant et après Sagnes et Goudoulet, où je m'accorde une pause de 2min, le temps de manger un bout, remplir une poche de bouffe, et un bidon d'eau.

Globalement, seuls les 2 derniers km de la Barricaude m'auront été difficiles.

Je vois Philippe S. arriver peu après moi, mais moi, je poursuis mon chemin. Le faux plat après le ravito est très dur, contre le vent, et en solo. Je n'arrive pas à tenir dans les roues des groupes qui me doublent trop vite... rythme trop élevé pour moi à ce stade. Un bout de descente et je me fais doubler par un nouveau trio que je croise depuis un moment, avec notamment un cyclo belge très sympa avec qui je partagerais de bons bouts de route plus loin... là non plus je ne parviens pas à m'accrocher, ça roule trop fort. Dernière remontée, et voici le graal : le Mont Gerbier de Jonc et sa barrière fatidique...

...je jette un coup d'oeil au compteur: il n'est que 12h42 !! Ce qui veut dire, en déduisant les 10min d'avance que j'ai prise en partant à 7h20 dans le sas AVM, que j'ai mis 35min de moins que l'année passée sur ces 130 premier km. Tous les voyants sont au vert !

Mont Gerbier de Jonc, la seconde difficulté est franchie

Mont Gerbier de Jonc, la seconde difficulté est franchie

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Cette impression de ne pas 'subir le terrain' comme l'année dernière est confirmée après avoir tourné à gauche au Gerbier de Jonc... les faux plats qui nous mènent en Haute Loire sur les hauts plateaux sont très casse-pattes, surtout contre le vent... oui, mais... je repense à 2014 où j'étais passé à deux doigts des crampes ici... aujourd'hui, je continue doucement mon bonhomme de chemin, fatigué mais pas exténué. Je double même deux cyclos ici, pendant que 4-5 autres me reprennent. Descente sur les Estables, tournant à droite, et hop j'affronte la terrible ligne droite qui mène à la croix des Boutières, le point culminant du parcours.

La bonne nouvelle, c'est que nous avons plutôt un vent favorable pour y grimper. je discute deux minutes avec Frédéric, le cyclo belge, qui semble avoir un gros moteur... pourtant c'est sa première Ardéchoise. Il me reconnait, ayant lu mon compte rendu de l'AVM 2014 - alors on fait un bout ensemble, un coup il est devant (notamment dans les montées, il grimpe bien mieux que moi), un coup on est ensemble.

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne
20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

La route touristique sous le Mont Mézenc est avalée à rythme régulier... pas très rapidement... comme on peut, quoi. Mais toujours avec cette impression, pour moi, de plutôt encore maitriser l'effort, sans pour autant en garder sous le pied. Petite pause ravito au Viallard, où je mange un truc et remplis un bidon d'Isostar. C'est ici ma pause la plus longue de la journée, probablement 4min. Puis ça repart en descente, en remontée, en redescente.

Nosu avons laissé les Sucs d'Ardèche sur notre droite, maintenant on s'enfile la descente de St Clément. Là encore, je sais exactement où je mets les pieds roues, y étant passé l'année dernière ; c'est une belle descente tortueuse, sur route étroite... ici encore je peux gagner ou perdre 2-3 min en fonction de comment je la gère.

Alors mains en bas du guidon est concentration, je file viiiiite jusqu'en bas, et double 3 cyclos par la même occaze. Mon 'binome' belge a disparu derrière moi, il me reprendra dans la montée.

Me voici au pied du col de l'Ardéchoise, 9km de montée sérieuse, sous la chaleur (il fait toujours chaud ici). Ce sera le seul endroit du parcours où j'aurais l'impression d'être vraiment dépassé par les évènements aujourd'hui. Pourtant, je m'accorde 30s de pause à Chanéac, juste en bas, pour me vider une demi bouteille d'eau sur la tête et me rafraichir. Go.

La descente de St Clément... technique au possible
La descente de St Clément... technique au possible

La descente de St Clément... technique au possible

Le bitume fond un petit peu dans la montée, comme l'année dernière. Voici Frédéric 'le belge' (très sympa) qui me re-double, sur la fin de la montée... j'aurais doublé 4-5 cyclos dans cette montée et 4-5 autres cyclos m'auront doublé... ça va, je suis dans les clous.

Argh, encore un effort et voici le sommet: col de l'Ardéchoise ! Puis la descente sur Borée. Nous roulons maintenant de concert, dans la bosse avant St Martial, où nous sommes rejoints par un groupe de 2-3 éléments en plus. La descente de St Martial me verra reprendre les devants... mais voilà, s'il faut définir UN ENDROIT où j'aurais eu du mal cette année... c'est bien dans cette descente en faux plat vers Saint Martin de Valamas. Dans les gorges, sur ce faux plat qui n'avance pas, je me retrouve isolé contre le vent, mais surtout, tous les groupes qui me doublent vont trop vite pour moi... le groupe de Frédéric passe devant et je le vois se retourner... il m'a bien vu incapable de prendre les roues.. mais je ne peux pas revenir de derrière, impossible, je suis dans le dur, là. Alors vite, un petit gel sucre+glucides et laissons passer l'orage.

Chanéac, col de l'Ardéchoise, Borée...Chanéac, col de l'Ardéchoise, Borée...
Chanéac, col de l'Ardéchoise, Borée...

Chanéac, col de l'Ardéchoise, Borée...

Saint Martin de Valamas, je ne me suis jamais arrêté au ravito ici, mais là j'ai besoin d'une pause. Encore 3-4min d'arrêt, c'est mon second gros arrêt aujourd'hui. Deux bouts de banane, le plein des poches, et zou je repars. Le groupe de Frédéric est encore arrêté alors que je monte en selle, voici ma manière à moi de gagner du temps... réduire les pauses !

Seulement, je me trouve isolé sur le début de la longue montée vers Saint Agrève... une montée particulièrement roulante... contre le vent (surtout au début). Aie... et ça ne rate pas.. voici un gros groupe de 10 éléments environ qui me revient dessus... voyant mon cher binôme belge dans les roues en fond de groupe, je fais l'effort et saute dans le wagon. Bien m'en a pris, ça sera une aide magnifique pour grimper.

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

C'est avec un groupe de néerlndais que je grimpe ces 15km à 3.5% de moyenne. C'est TRES dur, surtout le cardio, qui commence à moins vouloir grimper dans les tours. C'est une bagarre mentale contre moi-même, que de tenir dans les roues et de ne pas sauter. Surtout quand les cyclos du fond de groupe derrière lesquels je roule commencent à se retourner... un instant je crois que ça les énerve que je colle aux roues sans faire ma part de travail devant (mais j'en serais incapable... je plafonne là !), mais non.... l'un d'eux me fait un signe de passer devant lui... mais c'est parce qu'il décroche ! Et à 5km du sommet, nous perdons deux des 8-10 éléments du groupe.

Je m'accroche comme un beau diable, mais dans la ligne droite qui mène au village, je saute... c'est fini, je ne reverrais ni mes néerlendais, ni mon binôme belge, qui terminera 5min avant moi à St Félicien... pas "si loin" devant finalement...

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne
20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Dernière pause pour moi à St Agrève... le ravito est en train de fermer boutique. Mais je remplis un dernier bidon d'eau pour être autonome jusqu'à l'arrivée... encore environ 50 bornes. Je repars en solo, je finirais l'AVM vraiment tout seul, pour le coup.. mais le vent s'est calmé, il fait même frais désormais... des conditions optimales pour pédaler, surtout pour moi qui craint plus la chaleur que le froid.

La descente de St Agrève est très rapide, avec de beaux virages... je me fais vraiment plaisir, et continue à garder une position basse et à pédaler quand je peux.. même si les lombaires sont douloureuses.

Montée de Rochepaule ; j'ai eu la bonne idée de prendre un gel sucré après St Agrève, et j'ai un bon coup de fraicheur - je récupère ici Julie, une copine du lycée que je n'ai revue que deux fois en +10 ans... sur l'Ardéchoise à chaque fois ! Elle a un mot sympa à mon passage, je lui fais un signe mais poursuis aussi mon chemin sans arrêter de cravacher, il faut que je profite de mon second (ou troisième? ou quatrième??!) souffle. Beaucoup de cyclos repris ici et là en grimpant, je me sens bien.

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Le dernier kilomètre d'ascension m'est plus difficile... attention à ne pas croire qu'il me pousse des ailes... dans ce genre d'effort, en fin de parcours, chaque erreur peut couter très cher et alors, c'est l'explosion de moteur, le coup de bambou. Nouvelle descente ultra technique après, à travers bois... je fais l'oeuf sur le vélo, je double encore du monde, même un dossard 'AVM'.

Il ne me reste alors plus que la bosse de Lalouvesc... la toute dernière... 9km mais les 3 derniers sont roulants... je me rappelle de cette ascension et de ces même commentaires par Gillou de la TMV il y a un an. Alors je ne prends pas peur à monter fort au début, et à aller taper dans mes toutes dernières forces.

Une pancarte qui fait plaisir !

Une pancarte qui fait plaisir !

Je reprends bien plus de monde qu'on ne me double à ce stade de la sortie... ça regonfle un peu le moral, après avoir pris des courants d'air toute la journée...

Je lutte comme je peux jusqu'à Lalouvesc... les dernières bornes ne sont plus aussi roulantes que dans mes souvenirs... ou alors, elles le sont mais je ne parviens plus à bien relancer ! Certains cyclos sautent dans les roues, alors j'arrive à Lalouvesc avec 4-5 éléments derrière moi... je me dis, c'est bon les gars, on y est !

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Et voici enfin la section "émotion" de la journée... j'ai cette photo mentale en tête depuis le début de la journée... en descendant de Lalouvesc, en 2014, le carrefour où la police nous avait orientés à gauche pour 'couper' le parcours de 8km avec Gillou, et retomber directement sur St Félicien simplement parce que sans être 'hors délai', nous arrivions trop tard... je croise les doigts mentalement depuis le début de la journée en espérant ne voir personne à ce carrefour...

"Pitié, qu'on me laisse tourner à droite vers le col du Faux, la route des crêtes et le col du Buisson"...

Et voici le carrefour D236/D532... JE PEUX PASSER A DROITE !!! Quelle victoire personnelle après le semi-échec vexant et frustrant de 2014 ! Je fais tomber des dents pour avaler les 100m de remontée au col du Faux au taquet, sous les applaudissements et encouragements de pompiers bénévoles... 'merci les gars, bonne soirée'... j'ai envie de serrer tout le monde dans mes bras tellement je suis content !

20 juin 2015 - AVM = Ardéchoise Vengeance en Montagne

Mais il reste encore les 8-10 bornes de route des crêtes, avec un peu de vent, avant d'arriver au Buisson. Sur ce genre de profil, en fin de course, on peut là encore gagner ou perdre du temps. Alors je me fais violence et roule à plus de 32km/h... avant de doucement perdre en force... les crampes guettent, pour le coup. Mes bidons sont vides, je dois commencer à me déshydrater... tant pis, faut tout donner sur ce qu'il reste de distance.

Un groupe me reprend à 3km du col du Buisson, à vitesse grand V... là encore, je fais l'effort de leur revenir dessus, nous ferons la descente ensemble... descente ennuyeuse car peu rapide, peu technique... il faudrait pédaler tout le temps mais je n'en ai plus la force... alors je fais au mieux, en alternant pédalage/position basse sans pédaler.

Il reste les 2km de faux plat montant pour atteindre la flamme rouge... je fausse compagnie au groupe de 4-5 coureurs qui finiront en roue libre... moi je me bats pour rien, simplement pour pouvoir dire que j'ai tout donné, jusqu'à la fin...

La flamme rouge !

La flamme rouge !

La flamme rouge derrière moi, je suis obligé de repasser sur le plateau du milieu, je ne tiens plus... je n'ai plus de forces... virage à gauche... entrée dans Saint Félicien... punaise, je l'ai fait ! J'ai fini mon Aventure Vengeresse contre la Montre (AVM)...

BIIIIP en passant à l'arrivée sur le tapis rouge qui stoppe mon chrono... je m'affale sur le cintre, pour reprendre mon souffle... je pensais que j'allais me mettre à hurler tellement je suis content, mais non... voilà, tout ça est terminé... je n'ai rien gagné, y'a pas de trompettes ni de confettis, simplement un plaisir incroyable d'avoir été au bout du bout, après 2 mois de préparations, un 'stage' d'entrainement solo, et une progression nette sur l'année passée, qui m'a vu finir ce parcours en 45min de moins qu'en 2014.

Ce plaisir sera partagé avec 20 copains de la Team Mont Ventoux le soir à St Victor, autour d'un repas très tardif, ou les yeux des uns brillaient, les yeux des autres se fermaient... chacun a passé une belle journée, les breloques et les fleurs pour certains... mais tous autour du même centre d'intérêt... le vélo-convivial.

A l'année prochaine !

Conclusions:

  • 11h43'56, 23.7kmh de moyenne.
  • 60ème sur 103 finishers AVM... 20ème sur 27 classés dans ma catégorie. Le classement est 100% anecdotique... je retiens surtout les 23.7km/h de moyenne en fait.
  • Cette sortie avait commencé le 31/12/2014... si, si... pendant le réveillon du jour de l'an, avec les copains de la TMV... où je me rappelle avoir demandé conseil, à savoir si je devais m'inscrire à l'AVM ou pas, et si oui, dans le sas spécial AVM ou pas... avec le risque de me voir disqualifié si je ne rentrais pas dans les clous... que de chemin parcouru !
  • Qu'apportera 2016... ça, il est encore trop tôt pour le dire !
  • Un grand merci à l'organisation de l'Ardéchoise... avec une mention spéciale à la création du sas spécial AVM... départ 7h20, avant les VIP et autres prioritaires... si je peux me permettre, un départ à 7h tout pile serait encore MIEUX. Mais là, nous donner ce départ tôt est dejà un bond en avant ! Il y a d'ailleurs bien plus de finishers AVM cette année qu'il y a un an, malgré le vent difficile à gérer, qui a du en mettre hors course.
  • Lire ici les compte-rendus des copains: Brigitte, Gilles, Cricri
Commenter cet article

Saturnin 25/02/2016 13:00

J'hésitais à me lancer sur l'AVM cette année. Ton récit a fini de me convaincre de m'inscrire...
Bravo pour a perf, et bel article !

cestdurlevelo 26/02/2016 07:45

Excellent ça, Florian! Tu vas tout déchirer, c'est fait pour toi ça, y'a la distance (tu connais) et la grimpette (tu connais). Tu vas te faire plaisir et faire une perf magnifique je n'en doute pas :) on se verra au moins dans le sas de départ alors ! Moi aussi je remets ça cette année, avec l'ambition de faire un meilleurs temps, mais pour ça... va falloir cravacher d'ici là :)

bruno 24/06/2015 22:22

Bravo pour cette AVM fingers in the noise.
Pour le commun des mortels comme moi ces cr sont les seuls moyens de faire l'AVM dans les délais.
Vu ta progression l'année prochaine tu peux la refaire avec un dossard supérieur à 2000. Comme ca je pourrais te voir passer :)

cestdurlevelo 25/06/2015 07:13

Fingers in the nose, quand même pas ! Mais avec le bon entrainement, une bonne gestion du temps, et une alimentation attentive avant/pendant, ça se fait :)
Euh l'année prochaine je vais pas encore mettre 45min de moins, hein ;)
Rappelles moi, c'est quoi un dossard 'supérieur à 2000'?
A+

franco 24/06/2015 15:35

surement une belle vengeance tu l'a dit !!ça devait bouillonner dans ta tête a l'Alouvesc,puis dans tes jambes aussi ,car tu termine cette AVM de belle manière ,tu sait maintenant comment le gérer celui là,BRAVO pour ta détermination sans faille sur ce coup là

cestdurlevelo 24/06/2015 20:39

Merci Franco ! J'ai bien mené ma barque, oui, puisque même au niveau classement sur l'AVM, j'ai erré entre la 62è et la 74è place sur l'AVM aux différents points de contrôle... pour finir 'fort' et prendre la 60è. Les places on s'en fout bien sur, ce que je veux dire c'est que ça illustre un peu ma réussite à rouler régulier et finir correctement :)
Vivement la prochaine ! Je crois que vu le pied que j'ai pris cette année sur l'AVM, j'aurais du mal à ne pas vouloir m'y frotter encore en 2016 !

l'ange blanc (gil) 23/06/2015 23:27

Ca y-est c'est fait et bien fait, un récit magnifique et à la hauteur de ton exploit que tu as réalisé seul ... comme un grand !

cestdurlevelo 24/06/2015 07:06

Merci Gil! Comme tu l'auras compris... pour moi, c'est une page 'historique' :)

gilles 23/06/2015 20:57

Récit à la hauteur de l'événement !!!!!!! au col du faux j'ai encore pensé à toi , et quelle bonheur à l'arrivée de voir que la vengeance à bien fonctionner , et finalement le semi échec de 2014 à renforcé ta motivation , bonne récup , et BRAVO !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

cestdurlevelo 23/06/2015 21:30

Merci Gilles ! Je te l'ai dit et redit... j'ai pensé à toi une bonne partie de la journée, et notamment au col du Faux. Cette relance sur le gros plateau pour franchir ce col à droite, c'était un petit bout de paradis, une revanche sur le passé, j'étais dans le coton ;)

Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse