Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Mar

16 mars 2013 - BRM 300 Vivarais, Ardèche et Drôme

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #BRM, #Brevet des Randonneurs Mondiaux, #Grenoble, #Vivarais, #Ardèche, #Drôme

317kms en 13h43, D+ 3247m, coef 1

Météo: températures glaciales, soleil, vent de sud important.

 

Voila enfin ce 16 mars, si attendu. Après le tour du Léman et le BRM200, il s'agit de mon troisième 'objectif' de l'année. Mais surtout, le plus beau - et bien sur, le plus difficile. Pour la troisième fois de l'année, c'est le Scott qui est de sortie !

 

La grande question qui me taraude depuis 2 semaines est de savoir avec qui je bien pouvoir faire ce parcours. Car si sur 100 ou 200 bornes les différences de niveau deviennent bien apparentes, sur 300 il est clair que les meilleurs me mettront plusieurs heures dans la vue ! Il faut dire que le parcours le plus long que j'aie jamais parcouru à vélo sur une journée est de 234kms jusqu'à ce jour.

 

Arrivé sur place, je retrouve l'organisateur Jean Philippe Battu, ainsi que quelques copains cyclos: FrancoDavidYannValex, Robert. Tom, rencontré via les blogs et sur le BRM 200, est là aussi. Nous voila donc place de Sfax à Grenoble - je suis pas très frais (physiquement) car il est tôt (et je n'ai dormi qu'une demi-heure pour cause de concert terminé à 1h du mat' !) mais - en termes de températures - ça caille vraiment ! La météo annoncée, glacial le matin et le soir, froid en journée. Nous devrions avoir du soleil, et un bon vent de sud qui va peut être nous embêter du côté de l'Ardèche, mais aussi probablement nous aider à remonter au retour, le long du Vercors.

 

P1060723 revue

 

Le groupe s'élance à 4h15. Drôle d'ambiance, le vélo de nuit ça reste spécial ! J'en ai deja fait notamment lors de mes plus difficiles sorties de la saison passée (voir notamment ici et ), mais c'est toujours quelque chose d'à-part. Chaque vélo a l'éclairage avant et arrière, ainsi qu'un gilet bien visible, jaune pour les uns, orange pour les autres...

 

Les 34-35 premiers kilomètres, on commence à les connaitre: la voie verte sur la digue de l'Isère. Beaucoup rechignent à ce passage car il est monotone, toujours plat, toujours droit. Mais moi, même si je reconnais parfois avoir du mal, notamment en fin de sortie lorsque je suis cramé, je continue à penser que c'est un lieu parfait pour se chauffer, et partir doucement. Ce, d'autant plus de nuit car niveau sécurité, ça reste le top. Par -1°, autant dire que ça discute pas beaucoup. Je me retrouve en queue de peloton comme à mon habitude, mais à l'occasion de mini pauses des uns et des autres, j'arrive à la sortie de la voie verte à St Gervais avec le groupe de devant. La température a chuté de -1° à Grenoble à -5° désormais. Le mercure chutera même à -7° dans la vallée de la Galaure dans une grosse heure... avec le vent, autrement dit, le ressenti est probablement inférieur à -10°. En mars. A vélo. Pourquoi on est là deja ?!

 

Regroupement à St Gervais où Valex rameute tout le monde... Yann & David, eux, ne se sont pas arrêtés. On repart doucement, grimpons à Vinay puis partons à Varacieux, puis à proximité du col de la Feta de Chambaran, comme au cours du BRM 200. La température devient plus acceptable grâce à l'effort. Je grimpe à ma main, au coeur d'un groupe d'une petite dizaine d'unités, puis termine les deux dernières bornes légèrement en retrait. Pas de signe de Valex en haut; Robert, Franco et moi décidons de l'attendre en bas de la descente à Roybon.

 

P1060724 revue

Lever du jour sur la route de la Feta...

 

Celle-ci est terrible, à cause du froid. En bas, nous nous arrêtons 5 minutes et j'essaie de me dégeler les doigts grâce aux chauferettes que Franco vient de me donner... ça aide un peu mais j'en mène pas large quand même. Toujours pas de Valex, on n'est même plus surs s'il est devant ou derrière... on l'attendra au premier contrôle, à Hauterives. Petite partie de relais avec Robert et Franco, pour descendre en faux plat à plus de 35km/h. Le soleil pointe le bout de son nez.

 

P1060725 revue

 

Ces faux plats descendants "qui roulent bien" passent vite car nous roulons bien, pour nous réchauffer (avec peu de succès, il faut le reconnaitre) et nous occuper l'esprit plutôt que de simplement continuer à nous demander ce qu'on fout là ! Puis nous voila au premier contrôle à Hauterives. Petite pause à la boulangerie, au chaud où les cyclos s'entassent comme ils peuvent à l'intérieur - les patrons nous y accueillent très gentiment. Puis nous repartons à 3, après avoir appris que Valex (qui vient de nous faire un nouveau tour à la Valex à l'intérieur de la boulangerie - âmes sensibles s'abstenir) allait attendre son copain malade... les deux termineront en train, bravo aux deux car il en faut du courage et de l'adaptabilité dans ces conditions !

 

Maintenant que le soleil brille, la température remonte vite. Et bientôt, voila que nous croisons Brigitte, venue à notre rencontre pour nous accompagner sur... bien plus de la moitié du parcours ! Un petit bonjour rapide pour apprendre qu'elle est encore malade et légèrement blessée, mais ça n'effraie pas notre Brigitte nationale pour faire un 'petit 180kms' avec nous :)

 

Sur la D51, les patelins s'enchainent: Chateauneuf de Galaure, la Motte de Galaure, puis St Uze où nous traversons de jolies petites gorges en descente. Celle-ci se termine à St Vallier, où nous allons traverser le Rhône, et entrer par la même occasion en Ardèche.

 

P1060727 revue

Traversée du Rhône, sur le pont à gauche

 

P1060728 revue

A Sarras, où commence une longue montée de 30kms jusqu'au point culminant de la journée... une montée irrégulière entrecoupée d'un bout de faux plat montant

 

Sur la D221, nous entamons une superbe grimpette... on continue à jouer au yoyo en doublant / nous faisant doubler par des participants au BRM venus de Gap, l'Isle d'Abeau, St Alban Leysse, au gré des rythmes et pauses de chacun. La première partie de cette grimpette est vraiment belle, dans des gorges ensoleillées; j'ai vraiment l'impression qu'une fois le Rhône traversé les paysages changent d'un seul coup - l'Ardèche me plait toujours autant !

 

P1060729 revue

 

On se réchauffe bien dans cette montée, je peux même tomber le bonnet et les gants. A l'occasion d'une pause des deux tullinois du groupe, Brigitte et moi faisons un brin de causette en roulant devant. Plus haut, ils nous rattraperont pour finir ensemble à Ardoix.

 

P1060731 revue

P1060732 revue

 

Petite pause à Ardoix, il faut penser à bien boire surtout maintenant que les bidons ont dégelé ! A Saint Romain d'Ay, nous sommes pour la première fois de la journée réellement gênés par le vent de face ! Ce satané vent de sud annoncé depuis le début de la semaine, des grosses bourrasques qui empêchent qui que ce soit de garder un rythme... on n'a pas fini d'en soufrir. Puis sur la D578a via Satilieu, commence le vrai gros morceau de la journée, la montée à Lalouvesc. J'ouvre la veste thermique et le maillot manches longues aussi. Il fait doux. Après avoir attendu Brigitte un moment, elle m'indique qu'elle ne souhaite pas me ralentir sur mon BRM, donc je la laisse grimper à sa main et vais faire de même à mon rythme. Les deux lascards sont partis devant, pas de souci je sais qu'ils m'attendront au sommet.

 

P1060734 revue

A la sortie de Satilieu - j'étais parti ici à gauche avec Brigitte pour monter au col du Marchand par un versant difficile en septembre dernier...

 

P1060736 revue

 

J'avais cru voir que cette montée faisait 8kms, elle en fait 12 en réalité ! Ceci explique ce long effort solitaire... une montée parfaitement dans mes cordes avec aucun passage vraiment méchant, mais elle est dure mentalement car on voit le sommet loin loin au bout de la vallée depuis la base de cette côte. D'ailleurs je reconnaitrai en haut avoir tiré ma première cartouche.

 

P1060738 revue

Tiens, Robert, habillé en rouge, est là juste devant moi (dans le bosquet d'arbres à droite de la vieille maison)... m'a-t-il attendu, s'est-il arrêté, ou suis-je simplement juste derrière lui ?! Aucune idée.

 

P1060740 revue

Et enfin l'arrivée à Lalouvesc !

 

Lalouvesc, second point de contrôle de la journée. Longue pause pour manger un premier sandwich et boire un coca avec Franco & Robert. Brigitte nous rejoint un quart d'heure après, et contrairement à ce que je craignais, elle est encore d'attaque pour repartir avec nous malgré une pause courte. Cool.

 

P1060741 revue

P1060745 revue

Nous laissons Lalouvesc derrière nous; maintenant direction Lamastre via Nozières.

 

Cette D236, la 'route des crêtes' est clairement la plus belle section de la journée. La vue est splendide, et en plus ça roule bien, soit en descente soit en faux plat descendant. Seulement, le vent de face ou de côté nous gâche un peu le plaisir. Tant pis. Avant de commencer la vraie descente, nous franchissons le col du Faux (altitude 1021m), que je n'avais encore jamais passé à ce jour.

 

P1060747 revue 

 

En descendant sur cette belle route, nous rejoignons Jean Philippe, avec qui nous roulons quelques minutes, tout en profitant de ce panorama réellement exceptionnel.

 

P1060748 revue

P1060749 revue

De gauche à droite: Brigitte, Robert et Jean Philippe

 

P1060750 revue

 

Le vent continue son travail de sape, mais le moral et les jambes vont bien ! C'est en petit grupetto que nous parvenons au col du Buisson, où JP nous prend en photo.

 

P1060752 revue

 

Ca remonte un petit coup après le Buisson, puis c'est en descente que nous franchissons le Tracol (altitude 917m), le second 'nouveau' franchissement de la journée pour moi. Courte pause à Nozières pour remplir les gourdes à la fontaine du village. Puis ensuite ça descend longtemps jusqu'à Lamastre, notre point de mi-parcours aujourd'hui (mais la difficulté est elle deja derrière nous !). Petite hésitation dans Lamastre quant à la direction à suivre - nous laissons JP derrière nous et ne le reverrons malheureusement plus de la journée.

 

P1060754 revue

P1060756 revue

 

Ici commence la dernière grosse montée de la journée: a priori, 8kms cette fois ! Mais je ne m'attendais plus à une si longue montée à ce stade du parcours, je ne l'avais pas vraiment visualisée. Tant pis, je monte à mon rythme. Les jambes répondent encore bien, simplement je continue à rouler en dessous de mon rythme naturel pour ne pas exploser, si loin du finish.

 

P1060757 revue

En sortant des bois, le vent redouble de force - plein nez. Mais le sommet est presque en vue !

 

Courte pause photo pour célébrer le troisième 'nouveau' col franchi de la journée; le dernier aussi - col de Montreynaud (altitude 757m). Robert et Franco m'attendent au sommet, et nous n'aurons pas à attendre Brigitte bien longtemps - nous pouvons maintenant descendre jusqu'à Vernoux en Vivarais, où se trouve le troisième contrôle du jour.

 

P1060758 revue

P1060759 revue

 

La descente sur Vernoux en Vivarais est prudente, car le vent souffle par bourrasques et il faut bien aggriper le guidon pour ne pas trop se faire pousser sur les côtés de la chaussée.

 

P1060760 revue

Arrivée à Vernoux !

 

P1060761 revue

 

Entrée dans Vernoux en forme de pied-de-nez, car après une longue descente ralentie par le vent, c'est une montée courte mais pentue qui nous y accueille. Petit coup de tampon sur la carte de suivi du BRM et nous repartons. La D14 remonte un coup pour nous emmener au col de la Justice.

 

P1060764 revue

 

En voyant une nouvelle fois Franco, puis Robert, prendre les devant, je sens que je commence à fatiguer... difficile de leur coller aux basques ! Ensuite, c'est la superbe D232 que j'avais adorée en novembre 2011 qui nous emmène au col de la Croix St André en faux plat montant.

 

P1060765 revue

P1060766 revue

P1060767 revue

 

Belle et très longue descente jusqu'à St Georges les Bains via le col de Rotisson. Nous semblons être les seuls à descendre par là, alors que nous croisons une bonne cinquantaine de cyclos qui montent; avec vent dans le dos pour eux !

 

P1060768 revue

Bientôt de retour dans la vallée du Rhône !

 

De retour sur le plancher des vaches, nous prenons un bon coup de vent sur "l'épaule droite"; nous roulons sur de plus grosses routes jusqu'à Etoile sur Rhône. D'abord traverser le Rhône, puis franchir en montée le centre de ce village, où un conducteur sympa nous réoriente après que nous nous soyons un peu égarés.

 

P1060770 revue

 

Nous sommes ici à proximité de chez la Renarde - elle nous met sur la bonne route vers Beaumont les Valence. Nous ne sommes donc plus que trois en traversant Chabeuil. Mes deux compagnons mettent un gros coup d'accélérateur et nous doublons définitivement le groupe des cyclos avec qui nous avons fait du yoyo toute la journée. J'ai beaucoup de mal à suivre et finis par craquer... je suis largué. Mais les gars l'ont vu, et à partir de maintenant, auront la gentillesse de faire un train que j'arrive à suivre; je ne prendrai plus un seul relais de la journée.

 

Le parcours est très légèrement vallonné le long du Vercors, que nous remontons sur sa limite ouest. Le rythme oscille entre 28 et 35km/h, une belle vitesse finalement grâce au fort vent dans le dos, et doucement je me refais la cerise derrière mes compères aux "gros cuissots".

 

P1060771 revue

 

Nous franchissons successivement Charpey, Barbières, Rochefort-Samson, où commence une belle descente grisante jusqu'à Hostun. Puis ensuite c'est la Baume d'Hostun et enfin St Nazaire en Royans, dernier contrôle du jour. Je sors le dernier sandwich et m'enfile une barre de céréales en plus - on n'est jamais trop prudent. Les gourdes remplies auprès de la boulangerie du village, nous pouvons repartir en laissant derrière nous le groupe de cyclos qui arrive juste à l'instant. Un petit SMS de Brigitte, rentrée chez elle, m'informe que le groupe de Benny et David a plus de 2h d'avance sur nous ! Autrement dit, ils arrivent en ce moment même... wow.

 

Je craignais beaucoup la portion de départementale entre St Nazaire et St Gervais, mais grâce à mes deux compères, ça ne se passe pas si mal. J'ai du mal à rester collé aux roues, mais essaie au moins de garder les mains en bas du guidon pour profiter de leur aspiration. Que dire de plus... ça se joue plus dans la tête que dans les cuisses, c'est clair ! Je remets mon gilet jaune et allume successivement le phare arrière, puis le phare avant. La nuit tombe sur nous.

 

St Gervais ! Il fait nuit noire. Nous traversons le pont qui enjambe l'Isère, et embranchons sur la voie verte; dans 34kms, nous serons à bon port ! J'avais imaginé cette remontée de la piste cyclable comme mes "petits champs Elysées", en forme de célébration de ce beau BRM bouclé. Il n'en sera rien. Car dans la tête, ça ne suit plus. Résultat, sur le vélo, ça ne suit plus non plus. Trop usé, et moralement fatigué de devoir sans arrêt produire un effort debout sur les pédales pour coller aux tullinois qui eux continuent à enquiller comme si de rien n'était. Cette remontée sera un long chemin, interminable, mais on y parviendra. A quelques bornes de l'arrivée, nous franchissons le bec de l'Echaillon, deja croisé il y a une quinzaine d'heures environ, et en plongeant vers le sud-est jusqu'à Grenoble, nous devons ENCORE affronter le vent de face... je vais le bouffer ç'ui là. Ou alors c'est lui qui me bouffe les guibolles plutôt. Puis tout arrive au ralenti ensuite; pont d'Oxford, remontée de cette satanée avenue en travaux, place de Sfax, pied à terre, tape dans la main de mes deux compères qui m'ont ramené au bercail en un seul morceau, sourires. Signature de la carte du BRM, assis à même le sol - on la glisse dans la boite aux lettres laissée par JP à cet effet. C'est fait. Quelle ballade. Quelle journée !

Après presque 40h sans dormir, il est temps que je me rentre maintenant 

 

P1060773 revue

Il a fait trop froid aujourd'hui; le stylo refuse d'écrire notre heure d'arrivée: 20h40.

 

Carte (parcours openrunner 2300220):

 

Parcours BRM300

 

Profil altimétrique:

 

Profil BRM300 Grenoble

 

Conclusions:

 

  • Deja, j'ai simplement envie de dire FELICITATIONS à tout ceux qui ont entrepris ce truc de dingue dans des conditions de dingue. Et dire que ce n'est que le début des BRM... il reste le 400 et le 600 pour ceux qui veulent (= peuvent !). Pour moi, je crois que c'est un point final ceci dit.
  • Merci à ceux qui m'ont accompagné, ceux qui m'ont attendu, et celui qui m'a même refilé ses chauferettes ! J'ai eu droit à un accompagnement 3 étoiles ce samedi 
  • Je franchis la barre des 2000kms et également celle des 20000m de D+ parcourus depuis le début de la saison. Très largement en avance sur mes stats 2012.
  • Mal au genou gauche, encore 24h après. Va falloir essayer de trouver une solution... ou est-ce encore et toujours ce petit bobo de début de saison qui est sensé disparaitre ?!
  • Accéder à d'autres points de vue sur cette belle journée: blogs de Yann, Valex, FrancoDavidBrigitteTom.
Commenter cet article

l'ange blanc 24/03/2013 22:48

bravo Baptiste, je ne suis ni amateur ni expérimenté dans les brevets ou longues sorties mais je sais reconnaître un effort extrême et la tenacité pour arriver au bout de l'objectif fixé. Bravo
également pour ton récit qui relate votre "expédition" avec de vrais amis qui t'ont épaulé pour que tu puisses finir ton BRM.

cestdurlevelo 24/03/2013 22:52



salut Gil. Merci ! Ce n'est pas la sortie où je suis rentré le plus cramé de ma vie, mais probablement celle qui a représenté le plus de 'lassitude', dans les jambes, dans la tête. Mais avec un
peu de recul, je me dis aussi que la même chose par 40° au soleil ça serait encore plus difficile ! Donc certes le froid a gêné, mais bon... les conditions météo parfaites, ça n'existe pas !
C'est surtout le vent, comme tu l'aura compris, qui a rendu l'aventure difficile...


Effectivement j'étais bien épaulé ! Et je le serai sur mes prochains défis aussi, j'en suis sur :)


A+



Bastien 23/03/2013 18:46

Bravo Baptiste ! Congratulations ! Felicidades ! ;)
C'est pas rien 300km, tu l'as fait ! Pas moi ;)
Normal que tu en ais bavé, en plus c'est vrai que les conditions étaient pas top mais j'imagine que l'effet de groupe aide beaucoup, aussi bien mentalement (pour pas trop s'ennuyer par exemple) que
physiquement.
Et bien sûr, on apprécie toujours plus une sortie difficile les jours d'après, avec le temps, que sur le coup. Si bien que je te vois bien tenter le 400, si les conditions sont réunies le moment
venu. Tu verras bien, surtout ne te met pas la pression, autant être prêt et motivé car à lire certains commentaires, on peut, je pense, ressentir une petite pression et un effet entrainant.
Sinon tes chiffres depuis le début de l'année sont pas mal je trouve: 2000km et 20 000m de D+, il faut les faire quand même. Personnellement je n'ai pas le temps, j'ai néanmoins dépassé aujourd'hui
les 400 km (410km) depuis le début de l'année. En une sortie tu as donc fait 3/4 de ma distance 2013. Héhé. Bon le ratio est pas mal quand même heureusement, j'ai presque 11500 de D+. Il y a encore
un peu de boulot. Si tout se passe bien et que j'ai le temps, j'essaierai de faire des parcours un peu plus long à la fin de l'été avec un nouveau vélo. @+

cestdurlevelo 24/03/2013 10:03



Saltu Bastien,


Merci pour tes félicitations multilingues ;)


Comme tu dis, les conditions étaient exigeantes, mais l'effet de groupe a BEAUCOUP joué. Surtout sur les horaires de nuit, à l'aller comme au retour, qui rendent la progression difficile
mentalement.


Pour le 400 c'est vrai qu'on me pousse à le faire, et j'avoue que ça joue dans ma décision. Mais en 'bien' a priori. On ne m'aurait jamais poussé, je n'aurai jamais fait de 200 et encore moins de
300. Donc je l'envisage mais sans me prendre la tête = je déciderai au dernier moment :)


Joli ratio de difficulté pour toi... les kilomètres tu as encore de longs mois pour les aligner !!! N'oublions pas que la saison ne fait que commencer, ce surtout avec cet hiver interminable :(


A+



cyclotourisme-kesako 20/03/2013 14:32

Tu as fait un héroïque BRM 300, le récit est aussi très agréable à lire. Même avec ce froid, de belles photos ont put être prises. Tu as compris que sur les grandes distances, il fallait "gérer",
mais là il y avait le froid en plus. Sur des brevets plus long avec des T) supérieures ça se passera cent fois mieux, c'est certain. Bel esprit entre les blogueurs et affinités. Bravo et bonne
continuation pour de nouvelles aventures, les grandes distances c'est le top, rouler la nuit comme dit Brigitte au lever du jour c'est sublime...........avec les T° supérieures alain kesako

cestdurlevelo 20/03/2013 14:41



Salut Alain, merci pour ton compliment. C'est sur que le froid n'a vraiment pas été marrant... mi-mars et on garde la vest thermique toute la journée, c'est quand même pas le grand confort. Mais
moi c'est surtout le vent que je retiens... ça nous a vraiment rendu la ballade difficile. Mais c'est vrai aussi qu'il nous a poussé pour rentrer.


Les grandes distances je commence à y prendre gout, c'est sur. Mais pas trop longues, quand même, sinon je trouve qu'il faut trop aller chercher dans le mental, dans la douleur, le mal de dos, de
jambes... aux fesses, au cou...


Pour le 400 (à propos de la remarque de Brigitte) on verra bien ! Affaire à suivre.



Jean-Christophe 19/03/2013 21:15

Bravo Baptiste pour ce 300 réussi malgré le manque de sommeil déjà au départ. Tu as du puiser au fond de toi pour y parvenir, surtout avec ce froid le matin...j'ai pensé à vous...moi j'étais au
chaud au gymnase d'Echirolles pour la compét de Gym de ma fille.
Un grand bravo à tous les participants qui se sont accrochés à cet objectif déjà bien tôt dans la saison. Il fallait le faire ! La fatigue a dû être extrême ,mais quels souvenirs à l'arrivée!!!
JC

cestdurlevelo 19/03/2013 23:12



Merci JC. Oui j'ai puisé au fond de moi même pour plier l'affaire. Surtout mentalement, je trouve. Ce vent nous a vraiment beaucoup gêné, et deja on avait été "testés" pes les températures
extrêmes du matin... donc forcément tout ça se paie en fin de sortie.


C'est sur que ça fera de bons souvenirs !!! Au plaisir de rouler ensemble à l'occaze !...



Jean-Pierre 19/03/2013 13:37

Bravo Baptiste pour la réussite de ton premier BRM 300
A la lecture des différents blogs, compte-tenu des conditions météo, il me paraît plus dur que celui de 2011, il faut dire qu'en 2011 il était le 3 avril
Peut-être RdV pour le 400 début mai?
A++

cestdurlevelo 19/03/2013 15:48



merci JP. Oui ça a été dur, la météo a vraiment joué contre nous !! j'en ai bavé sur la fin.


Pour le 400 je ne sais pas encore. J'aviserai plus tard


A+.



Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse