Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 Mar

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Publié par cestdurlevelo  - Catégories :  #Brevet des Randonneurs Mondiaux, #BRM, #Team Mont Ventoux, #Isère, #Savoie, #Haute Savoie, #Ain, #Grenoble

296km en 11h56, D+3511m, coef 1.18

Vitesse moyenne: 24.8km/h (roulée) - 21.7 km/h (totale)

Météo: nuageux

Ce nouveau brevet emprunte de petites routes. Les points de contrôle ont été placés loin des grandes agglomérations et vous ne trouverez aucun commerce d'ouvert pour pointer vos cartes de routes.

http://jeanpba.homeip.net/?page=139&new&onglet=1

Ah, Jean Philippe sait bien 'vendre' ses Brevets des Randonneurs Mondiaux (BRM) ! Il nous met l'eau à la bouche, là, avec sa courte description du brevet 'Bugey-Chautagne-Bauges-Grenoble' (BCBG !) qui se veut bucolique et touristique à souhait.

Miam. Devant un tel menu, il y a foule au portillon, quasiment 130 cyclos.

Sur la carte, ça fait une très jolie boucle qui longe ces massifs montagneux, et fait de courtes incursions dans le Bugey et les Bauges, avant de revenir à Grenoble via la vallée du Grésivaudan. C'est, en plus, une boucle qui n'a absolument rien à voir avec le seul BRM 300 que j'ai fait à ce jour, en 2013, c'est donc une belle nouveauté qui promet de dépayser.

Alors, certes, je connais pas mal les routes de Savoie et Haute Savoie puisque j'ai fait des itinéraires solo entre Ain et Isère, ou inversement, sur les 3 années passées (voir par exemple ici ou )... mais là, c'est en mode BRM (donc accompagné), mais surtout... c'est un 300 ! Il y a donc de nombreux paramètres à gérer et ça promet de vivre une mini-aventure à vélo pendant...

... ben, pendant combien de temps, tiens ?! Combien d'heures pour boucler un 300 ? La réponse n'est pas si facile... ça dépend de nombreuses choses: pépin mécanique, rouler en groupe ou solo, la météo (vent, pluie...), une potentielle fringale, et bien sur, le type de parcours. Ici, sur un parcours de 300km avec 3000m de dénivelé, on est sur un parcours moyennement bossellé, seulement les difficultés arrivent sur la seconde moitié du parcours, il y a donc toujours un petit risque de 'coincer' au moment où il faudra mobiliser les forces pour passer les bosses.

Mais dans l'esprit, je pense pouvoir faire ça entre 22/23 km/h, pauses incluses... ce qui représente un temps total estimé à (entre) 12h30 et 13h40. Avec ce départ prévu aux aurores, à 4h, ça me fera arriver théoriquement entre 17h00 et 18h10.

Dans mon style caractéristique de préparation longtemps à l'avance, je me rends compte vendredi matin (la veille), en préparant le vélo (pas eu le temps avant) que la roue libre du Specialized tourne très mal... le moyeu est mort, proablement. Ou alors, il a besoin d'un gros nettoyage-graissage, chose pour laquelle je n'ai ni le temps, ni les connaissances. Alors à la place, je prépare le Scott carbone, et tant pis si je me lance sur un 300 pour la première sortie de la saison là-dessus.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Avance rapide jusqu'à samedi matin: bip bip bip, il est 1h30... j'ai dormi à peine 3h et il est dejà temps de sauter dans le cuissard, dévorer un petit dej et mettre la voiture en route direction Grenoble.

Place de Sfax, les éclairages sont montés, le sac à dos plein de matos et de victuailles, je suis prêt à affronter la journée, et les éléments. On retrouve plein de têtes connues au départ, je discute notamment un bon moment avec Laurent, rencontré sur l'Ardéchoise l'année passée, ainsi que Patrick. Les copains défilent aussi... David (qui aide JP à distribuer les cartons aux participants), Valex (qui déconne, comme d'hab'), Thierry (caché sous sa cagoule), Franco (qui se caille), Robert (qui a toujours le sourire !), Brigitte (qui prend des photos), Yann (qu'on ne reverra pas de la journée, bien sur), Florian, Alain et les autres.

Puis avant d'avoir pu dire ouf, Jean Philippe ouvre les festivités sur la piste cyclable. C'est un long serpent rouge qui circule sur l'avenue des Martyrs avant d'emprunter le pont d'Oxford, de faire la boucle et de partir dans l'obscurité en suivant l'Isère. J'ai juste eu le temps de voir que Brigitte, Franco (et je crois, Valex) se sont arrêtés juste après le départ, mais ils ont répondu par la négative à ma question 'y'a-t-il un problème?' en passant... donc je roule. Loin de moi de penser, à ce moment là, que je ne les reverrais pas de la journée :(

Il fait frais sur la voie verte, mais je ne fais pas l'erreur d'il y a trois semaines sur le BRM 200; je double, je roule, je mets les mains en bas du guidon, je fais même un peu monter le cardio pour rester chaud... et je suis super bien. Nous étions partis bons dernier et avant-dernier avec Patrick, mais nous reprenons des petits pelotons, surtout après avoir passé St Quentin sur Isère. Plus loin, nous sommes avec David, juste devant nous. Aucune idée de la vitesse roulée, mais les sensations sont bonnes, et nous avons ramené un bon petit groupe avec nous.

Bout de la piste cyclable, voilà probablement une heure que nous roulons. Pas besoin de pause, j'ai pas envie de me refroidir... j'entends simplement Robert dans le noir me dire 'hééé Baptiste'... je lui crie en retour qu'on se reverra plus loin... là encore, non de non, malheureusement je ne reverrais plus le gaillard de la journée. Difficile de réussir à rouler avec tout le monde sur une distance qui sort de l'ordinaire !

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

C'est donc avec Patrick & David que je grimpe à Bouchetière puis Vinay. David s'arrête répondre à la question "secrète" sur le carton jaune du BRM, Patrick et moi poursuivons notre chemin. Direction la première difficulté du jour.

Le jour... commence à se lever, justement. Nous profitons des éclairages surpuissants de deux paricipants, dont une féminine (je n'en ai pas vu beaucoup)... le feu rouge arrière de son copain m'éblouit presque, alors je demande à Patrick, qui roule à ma gauche, de se décaler juste un peu. Voila Alain & Florian, le duo de pédaleurs infatigables et inséparables, qui nous rattrapent.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Voici déjà le col du Cognet (altitude 525m), suivi quelques kilomètres plus loin du col de Toutes Aures (altitude 628m). Je bois un peu et refait le plein de la gourde à la fontaine du sommet... il faut que je reste bien hydraté aujourd'hui, depuis mes petites douleurs au-dessus de la cheville droite d'il y a une semaine, peut-être partiellement dues à de la déshydratation. Voila David qui nous rejoint, accompagné d'Olivier, dont je fais la connaissance. Puis Jean Philippe arrive... nous attendrons 10 petites minutes au sommet que les copains de la TMV arrivent, mais ayant trop froid, nous décidons de basculer direction St Etienne de Geoirs.

Jean Philippe et Patrick

Jean Philippe et Patrick

De fait, -2° dans la descente, j'ai les doigts gelés. Puis Olivier se met à rouler devant.. je ne le connaissais que de nom, mais de fait, sa réputation l'a précédé... un sacré cyclo ce mec. Sur notre droite, le soleil se lève dans un grand ciel bleu/orangé... voici la Frette et le Grand Lemps. Nous sommes quatre: Patrick, David, Olivier et moi... voici le quatuor du jour.

Après avoir franchi le col de la Rossatière (altitude 565m), voici Chabon; nous quittons le parcours du BRM 200 et prenons tout droit. C'est partiii pour des nouvelles routes. D'abord la longue vallée rectiligne de la Bourbre. Le soleil s'est largement levé, mais il n'éclaire que les côteaux opposés à la route où nous roulons... il y a encore un peu de givre dans les champs à l'ombre, à côté de la route où nous circulons. C'est bosselé, puis voilà une grosse descente à un endroit où je n'en attendais pas... ça donne l'impression de 'voler' une descente au parcours, comme si on ne l'avait pas encore méritée. Puis on rattrape un bon groupe d'une 10aine d'éléments, faut dire qu'Olivier relance souvent, et que les petites bosses sont avalées à bon rythme.

Ahhhh voilà du soleil. Hmm que c'est bon, ça chauffe les épaules à travers les multiples couches de vêtements. Et voici les Abrets, où les uns et les autres hésitent quant à la direction à suivre.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

L'orientation, parlons-en. J'ai bien sur chargé le parcours sur mon GPS Garmin Edge 810... seulement, j'ai fait une boulette au niveau de son alimentation. Le GPS, chargé à plein, est annoncé à environ 15 heures d'autonomie. Ca ne sera surement pas suffisant pour la journée, surtout qu'il consomme plus en mode cartographie qu'en mode 'compteur' (stats de vitesse, etc). J'ai une petite batterie externe pour le recharger en cours de route... seulement, je n'ai pas pris le bon cable, quel idiot. Du coup, j'ai laissé la batterie dans la voiture au départ, et ferais ce parcours sans jamais regarder la carte. J'ai noté les indications sur un bout de papier aussi, heureusement... et les GPS des copains feront le reste du boulot.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Après Les Abrets, c'est Chimilin et Aoste, où chacun y va se son calembour, en passant devant l'usine des jambons Aoste. Non, ce n'est pas l'heure du casse-dalle, alors on continue.

Nous traversons le Rhône sur la D292, puis petite erreur de parcours... le groupe s'étire en longueur, certains s'arrêtent derrière... ça hésite. Alors on revient sur nos pas, prenons un mini bout de route sous le pont et le long du fleuve... avant de se rendre compte que c'est une voie sans issue... alors rebelotte, demi-tour, on reprend le chemin initial pour tourner à gauche plus loin. Nous voici de nouveau sur les bons rails.

Nous longeons le Bugey quelques kilomètres et passons à Glandieu... souvenirs, souvenirs... la dernière fois que je suis passé devant ces jolies cascades, c'était au petit matin du BRM 400 de 2013... de grands (et difficiles !) souvenirs, avec Franco et David.

Puis c'est l'épingle à droite pour la montée vers Prémeyzel... je connais pour être passé ici en mode chasse aux cols en 2011. Alex nous a rejoint, un peu comme lors du BRM 200km. Je me retrouve un peu largué derrière avec lui alors j'essaie de reprendre un minimum de rythme après la montée pour revenir sur Olivier & David... et passe devant un moment, mais le reste du groupe semble parti devant, je n'arrive pas à combler le trou.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Encore une bosselette en bout de vallée avant une longue descente. Nous continuons à jouer au chat et à la souris avec Alain & Florian, un coup devant, un coup derrière.

Les routes qui suivent sont très casse-pattes. J'ai faim, et j'ai conscience de ne pas avoir suffisamment mangé depuis le début. Pas bon, ça. J'ai du mal à suivre le rythme du groupe auquel nous nous sommes greffés, depuis un moment. Patrick prend les devants, il a un sacré moteur... et en plus, il gère une bonne partie de l'itinéraire à suivre, c'est un luxe.

Voici la montée du château d'Andert... avec passages très pentus, au-delà des 13-14%... ça pique. Je me laisse naturellement décrocher par les copains, tous meilleurs grimpeurs que moi, et les rejoint au sommet, où se trouve le second point de contrôle du jour. C'est ici l'occasion de manger un sandwich et demi, et surtout, d'enlever les surchaussures... bien plus agréable pour rouler.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Je repars avec Florian et Alain dans la descente puis le bout de montée suivant. Patrick, Olivier et David reviendront sur nous dans la section suivante. Je réalise par contre avoir 'perdu' Alex à ce niveau là... je ne l'ai plus revu après le contrôle d'Andert, où il m'a semblé l'avoir entendu pester contre la pente avant le château... faut dire qu'effectivement, ça piquait réellement.

La D83 nous emmène à Cézeyrieu, point de contrôle (rapproché) suivant.

Alain & Florian

Alain & Florian

Hop, encore une réponse à la question secrète sur le carton jaune BRM, remplissage de bidon à la fontaine, puis je prends les devants à moitié volontairement avec Patrick, laissant David, Olivier, Florian & Alain derrière. Je sais que les deux premiers nous reprendont sans souci dans la montée...

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Laissons Culoz derrière nous.. me revoilà juste avec mon compagnon du jour, Patrick... en duo, pour arriver jusque dans la 'butte' d'en face. Sur l'une des photos ci-dessus, on voit bien (depuis le pont du Rhône) la montagne qu'il nous faut franchir.

Ca ne sera pas le difficile col du Clergeon, encore enneigé... le parcours a été adapté par Jean Philippe... finalement, ça sera le col du Sapenay, que j'avais redescendu en 2012. Et c'est une belle difficulté, avec des pentes régulièrement supérieures à 8-9%. Compter environ 650m de dénivelé du bas jusqu'au sommet.

Voici deja une première bosse avec de gros pourcentages, puis on redescend dans les vignes, sur la droite, jusqu'au niveau de la route principale. Avant de prendre illico à gauche et d'entamer le col à proprement parler. Patrick part devant, intercalé entre le duo de grimpeurs (David & Olivier) et moi, qui vais gérer ça à ma main... comme je peux.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

C'est la 4ème année que je fais des BRM, mais je continue à faire des erreurs de débutant... j'ai oublié de retirer ma veste thermique en bas... et comme j'ai horreur de m'arrêter en milieu de montée, je continue à doucement pédaler jusqu'au sommet, alors que ça fait "cocotte-minute" dessous... je crève de chaud. Et donc, j'évacue mal la sueur... et donc je suis en surchauffe. Le cardio semble OK, mais les jambes n'emmènent rien, et les sensations sont très mauvaises. Et de fait, sur le dernier tiers de l'ascension, je me fais doubler par une dizaine de cyclos en tout

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Cette ascension au col du Sapenay (altitude 897m) m'aura été vraiment difficile ! Patrick m'attend gentiment au panneau, c'est lui mon ange gardien aujourd'hui :)

Je ne m'arrête pas, autant poursuivre notre chemin jusqu'à Cessens, où est le prochain point de contrôle... David & Olivier nous y attendent. Brrr, j'ai froid, après avoir tant transpiré, et maintenant... ça ne fait que descendre.

Juste avant le point de contrôle de Marigny Saint Marcel, km 179, Patrick nous propose de dévier du parcours 300m pour aller boire un coup chez lui ! Très sympa cette pause, pour moi ça sera coca + café, pour reprendre du sucre. 30 minutes de pause et c'est reparti, nous commençons par rejoindre le parcours là où nous l'avions quitté; on ne pourra pas nous reprocher d'avoir dévié de la trace... on en a juste ajouté 600m au parcours :)

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Cette pause m'a bien requinqué ! Plus que ça, même... elle m'a vraiment fait me remettre de mon coup de bambou du col du Sapenay.

Pointage à Marigny, puis on repart un peu devant le groupe de la dizaine d'unités avec qui on roule depuis quelques temps. De nouveau à quatre unités, c'est ici la grosse montée difficile sur route passante dont Patrick me parlait. Finalement, elle passe mieux que prévu. Un coup c'est David qui est derrière, un coup c'est Patrick, un coup c'est moi... nous laissons le Bugey et la Chautagne derrière nous; maintenant ce sont les Bauges

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

J'ai mal aux pattes, je suis entré en mode "longue distance = tout se joue au mental" depuis un moment déjà. Patrick me ramène dans sa roue sur des parties très roulantes, jusqu'au groupe habituel. Une sorte de douleur au mollet droit commence à me prendre; elle ne me quittera plus d'ici l'arrivée... probablement un petit dérèglement au niveau du geste de pédalage qui me tétanise un peu le muscle... sans pour autant ressembler à des pré-crampes.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

"Col du Frêne, 20km"... voilà un panneau que je n'aurais pas du regarder, dis-je à Parick en rigolant. Heureusement, ce ne sont pas 20km de montée, comme on pourrait le croire, mais un mini bout de descente et beaucoup de faux-plat montant. Seuls les deux derniers kilomètres seront réellement grimpants.

J'étais passé ici avec Vincent l'été dernier... encore de bons souvenirs.

Après Lescheraines, c'est la Motte-en-Bauges et le début des longues sections en faux-plat montant. Patrick et David m'ont décroché depuis 15 minutes, mais je reviens pas à pas... mes forces refont surface. Est-ce mon second souffle ? J'en sais rien, mais je recolle au groupe après le Châtelard, et nous rejoignons Olivier à Ecole, le dernier point de contrôle avant Grenoble.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Longues sections en faux-plat montant , tout droit... c'est Olivier qui a pris les commandes. Je suis calé derrière, Patrick & David suivent en file indienne. Et le rythme gagne en intensité... je vois les chiffres au cardio qui passent à 86%... je sais que, comme la semaine dernière lorsque Yann a tourné la manette avant Lajoux, je ne pourrais pas tenir à ce rythme jusqu'au sommet... mais je m'accroche. Malheureusement arrive le moment fatidique, je me retourne pour indiquer à Patrick que je lève le pied, ce qui du coup lui crée un écart... je lui mets une mini poussette pour l'aider à recoller... et je réalise par la même occasion que David n'est plus là.

Olivier & Patrick partent devant, je vais reprendre un rythme raisonnable... et rapidement je me rends compte que la roue arrière 'frotte' sur un patin. Zut. Je m'arrête, ça me gave rapidement tout ça. Bizarre, pourtant elle ne semble pas voilée. Alors je desserre temporairement la machoire du frein arrière ; David me rattrape, me confirme que la roue n'est pas voilée (jai vérifié les rayons un par un... aucun souci)... lui et un petit duo me doublent, et je n'arrive qu'avec beaucoup de difficulté à m'accrocher à eux.

Voici le sommet, au col du Frene (altitude 950m); il s'agit du point culminant de la journée, au kilomètre 218 du parcours. Je m'arrête pour remettre la veste thermique, il y en aura besoin dans la longue descente sur Saint Pierre d'Albigny.

Doucement, mais surement, l'arrivé au point culminant de la journée !
Doucement, mais surement, l'arrivé au point culminant de la journée !Doucement, mais surement, l'arrivé au point culminant de la journée !

Doucement, mais surement, l'arrivé au point culminant de la journée !

David est parti devant, je fais donc la descente avec Patrick & Olivier. Regroupement en bas, au niveau de la route sous la fontaine, un petit détour qui fait éviter la grosse route. Prudence sur le passage à niveau et sur ces ralentisseurs en pavés... où j'apprendrais le lendemain matin par SMS que Thierry - dans le groupe Team Mont Ventoux - a malheureusement chûté, et s'est cassé une dent... la poisse. Remets toi bien Thierry !

Puis nous voilà tout en bas, sur la route toute rectiligne, plate, qu'il va nous falloir nous coltiner sur plus de 70 kilomètres. Deja, 18 kilomètres de ligne droite entre Bourgneuf et la Rochette. Hallucinant, après tant de bornes, de se retrouver face à ça, c'est comme devoir se taper une nouvelle montée de col. Mentalement, il faut débrancher le cerveau et appuyer sur les pédales... facile à dire... moins à faire.

Mais, je sais comment s'y prendre; il faut mettre en place la prise de relais, lancer le mouvement, quoi. Non seulement on ira plus vite, mais en plus ça rendra l'exercice moins rébarbatif. Alors hop, une pensée pour mes professeurs de prise de relais sur plat, j'ai nommé Yann & Thomas, et je me mets devant à 32km/h. On a un chouilla de vent de 3/4 dos. Rapidement, nous sommes trois à nous relayer devant, ça s'organise tant bien que mal et ça roule bien. Mais après la Rochette, ça va être autre chose. J'ai le cardio qui monte à 85%, à ce stade de la journée où le coeur ne peut plus grimper trop haut, ça signifie que je suis trop à bloc. Résultat des courses, j'ai du mal à participer aux relais, alors même que justement tout le monde contribue désormais. Zut !

Et puis j'ai trop chaud avec la veste, bien trop chaud. Mais m'arrêter ici serait suicidaire... car finir toute la vallée en solo, ça serait bougrement plus difficile. Tant pis, je m'accroche. Pontcharra, l'un des gars avec un maillot du club de Craponne vient de mettre un relais de 15 minutes à fond les ballons... ça envoie du paté ! Je suis calé en seconde position, mais ça sera la toute dernière fois, car sur les 40 bornes restantes, je n'aurais plus les ressources de passer devant.

Olivier, c'est le contraire semble-t-il. Il n'était pas devant au début de ces relais, maintenant il n'y a que lui et le mec de Crapponne qui font le boulot. Merci les gars.

Et mon mollet droit n'en finit plus de me gêner... bizarre, j'ai jamais eu ça. Il est tout dur, je n'arrive plus à le détendre. Je bois sans arrêt, et à 30km de l'arrivée, je sors mon joker, un gel sucré, au moment où une crampe à l'intérieur de la cuisse droite commence à se faire sentir.

Je passe à deux doigts de la correctionnelle, à 35km/h dans un faux-plat descendant... il y a un plot sur le bord de la piste cyclable, je l'évite de justesse en sautant le trottoir pour sortir de la piste et de ce danger. Pfiou que j'ai eu peur. J'en veux un peu aux mecs de devant de ne pas m'avoir signalé ce danger qui arrivait, car forcément dans le train on ne voit rien venir... surtout que j'ai fais attention comme toujours à donner ces signaux aux autres derrière, tout au cours de la journée, lorsque c'est moi qui étais devant... d'un autre côté, la faute est partagée... on est tous fatigués, et probablement un peu moins alerte.

Bref... c'est un avertissementsans frais pour ce coup là, grâce à un réflexe et à un gros coup de bol. Pfiou.

Nous continuons de longer le massif de la Chartreuse, il fait toujours aussi gris et nuageux... va-t-on réussir à échapper à la pluie d'ici l'arrivée ?...

Spoiler: la réponse est oui !

David est en fond de groupe... je le crois un moment à la limite de la rupture, avant de le voir s'envoler devant le groupe sur la côte de Bernin. Car oui, voilà l'agglomération grenobloise, et ses nombreux feux tricolores, et bouts de chaussée en mauvais état... sans parler du traffic automobile gênant.

Moi, je n'ai simplement plus de jus, et j'ai lâché dans la tête aussi... je me secoue les puces comme je peux, à raccrocher le wagon, 7, 8, 9 fois... avant de lâcher une énième fois.

L'arrivée à Grenoble se fera par la Tronche, les quais de l'Isère côté 'rue des pizzerias' et à proximité de la gare. Nous arrivons à trois avec David et Patrick, Olivier lui nous attend depuis quelques minutes probablement.

28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges
28 mars 2015 - BRM 300km Bugey et Bauges

Conclusions:

  • Un merci aux trois copains du quatuor du jour... spécialement à Patrick qui a été un cyclo de choix à accompagner et à (re)découvrir. Et, merci pour le coca qui m'a requinqué !
  • Malgré la déception de n'avoir que très peu vu les copains de la Team Mont Ventoux qui ont roulé entre eux, je suis content d'avoir pu goûter à ce que c'est que de faire un 300 dans un groupe composé d'éléments supérieurs à moi... mais qui ont su m'attendre aussi. J'ai mis ma part de relais dans les 100 premiers kilomètres et sur 25 bornes à la fin, j'ai donc aussi participé à l'effort collectif... à mon petit niveau.
  • 5 cols de franchis, mais aucun de 'nouveau' pour moi, sur ce nouveau parcours de BRM, magnifique et exigeant. Plus difficile que celui de 2013.
  • Ce col du Sapenay aura vraiment été le juge de paix de ce parcours. Donnant vue sur le Grand Colombier et le lac du Bourget, il m'aura vraiment poussé à taper dans les réserves, chose que j'ai payé par la suite.
  • Voilà les BRM 200 & 300 derrière moi. Reste le BRM 400. On verra comment ça se passe, mais la difficulté rencontrée sur ce BRM 300, mené il est vrai à bon rythme, me fait penser qu'effectivement.... le 400 sera pour la troisième année de suite la distance la plus longue à laquelle je me frotterais. Cela confirme probablement que je ne ferais pas Paris Brest Paris en aout.
  • Un BRM 300km... à moins de 300 km?... évidemment sur une telle distance, les stats tirées des compteurs des uns et des autres... mais en tout cas selon moi, on était juste en dessous... à pas grand chose près, il est vrai ;
  • Gros coup de fatigue après coup... couché, et endormi à 19h40 !! Quant au lendemain, courbatures présentes dans les épaules, les bras, les jambes, les fesses. En partie à cause de l'effort mais aussi de la position sur le vélo je pense, après avoir utilisé le Specialized depuis des mois. La douleur dans le mollet droit à du mal à partir, j'y applique de la glace le soir. Idem pour le genou droit, probablement plus embêtant, mais aussi, une douleur plus 'connue', que je me choppe souvent les hivers... moins depuis que je fait des exercices de 'fentes' l'hiver, pour renforcer les tendons etc... j'y applique de la glace aussi. Le dessus de la cheville est légèrement douloureux aussi, un peu comme la semaine passée.
  • Lire ici les résumés de leur journée par David, Franco, Brigitte...
Encore un carton jaune de rempli !

Encore un carton jaune de rempli !

Commenter cet article

jc 17/04/2015 09:21

Bravo pour ce nouveau BRM 300, jamais évident et il faut une grande motivation ne serait-ce que pour se lever très tôt et être au départ le matin, encore plus pour en finir...
Effectivement le passage "montagneux" à mi-parcours a dû laisser des traces, pas évident de grimper des cols après déjà 150-200 bornes dans les jambes !
Bonne continuation avec le BRM 400, ça devrait le faire, surtout s'il fait beau.
A+
JC

cestdurlevelo 17/04/2015 09:24

Merci JC ! Oui, un 300 ça se prend au sérieux, et j'ai un peu vu mes limites là... en roulant assez soutenu, jamais vraiment 'en dedans' pendant de longues parties de la journée, j'ai fini bien cramé ! Mais une super expérience de rouler avec ce groupe où j'étais le moins bon grimpeur :)
Quant au 400... c'est dans une grosse semaine... souhaitons nous du beau temps, oui ! Et pas trop de vent de nord... l'an passé sur le même parcours, ça avait rendu le retour difficile !...
A+

francois 31/03/2015 19:10

bonjour baptiste bravo pour ton 300km deja un 300brm de realiser et en plus en moyenne montagne
chapeau merci pour tes comptes rendu que je li toujours avec regal
le meme jour j ai realiser un 200 brm sur une partie du paris brest pour juste nous mettre l eau a la bouche.

cestdurlevelo 01/04/2015 07:06

Bien joué pour ton 200 ! Oui ce 300 était une chouette ballade dans de beaux massifs de moyenne montagne, comme tu dis. J'ai découvert de nouveaux coins magnifiques !

bosses21 31/03/2015 18:36

Pfiouuuuuuuuuuu !!! A lire ton superbe compte-rendu, j'ai l'impression que ce BRM300 était un sacré défi au niveau du parcours ! Mais bravo, tu l'as réussi ! Après avoir fait mon premier 200, je dévore les récits de la Tribu TMV pour savoir si j'en serais capable un jour... pour l'instant 300, c'est un chiffre épouvantail !!! Je me pose encore la question de savoir comment tu arrives à prendre autant de belles photos tout en gérant l'effort ! On devrait te donner une médaille supplémentaire ! Dernière chose, j'aime bien ta dernière photo : elle me permet de voir à quoi ressemble le carton jaune ;-)

cestdurlevelo 31/03/2015 19:09

PS Joris: no comment sur le carton jaune ;)

cestdurlevelo 31/03/2015 19:09

Bien sur que tu en seras capable 'un jour' ! Tout dépend de ton envie. En partant en mode 'ballade, en prenant son temps, en mangeant/buvant bien, et en gérant les pauses comme il faut, c'est tout à fait faisable ! Et puis, il y avait jusqu'à minuit samedi soir pour arriver dans les délais, tu vois, il est possible de rouler tout doucement et de réussir quand même; d'ailleurs, certains candidats sont arrivés à quelques minutes de minuit justement, ce coup-ci!
Pour les photos c'est pas le bout du monde... l'appareil est toujours à portée de la main :)
A+

pascal 31/03/2015 09:29

Avec ta bande je ne t'aurai pas trop vu, vous roulez malheureusement pas du tout comme moi.
J'étais derrière toi après St Quentin sur la voie verte pris dans les bouchons,
c'est marrant car d'habitude ça accélère fort à cet endroit et là j'ai eu l'impression d'un fort ralentissement et dans le noir on ne voit pas la vitesse et on ne peut plus dépasser.
En étant derrière toi, j'ai remarqué aussi que tu avais un coup de pédale particulier par rapport aux autres, c'est que tu pédales tout en poussée et
tes chevilles semblent complètement immobiles, c'est peut être pour ça tes désagréments d'après BRM mais je ne suis pas un spécialiste dans ce domaine et
pour te rassurer moi non plus je n'ai pas un coup de pédale académique et j'ai beaucoup de déperdition de puissance mais je sais en partie la cause et je fais avec même si c'est frustrant.

J'ai vu aussi dans ton CR que mon ami Jean-Pierre de Craponne t'aura bien fait souffrir dans la vallée, tu dois être sacrément fort car moi je ne suis jamais arrivé à le suivre.

cestdurlevelo 31/03/2015 11:52

En même temps, ma manière de pédaler n'aura pas changé du jour au lendemain, et je n'ai normalement pas ces douleurs. Donc.... c'est probablement juste temporaire !

pascal 31/03/2015 10:44

Pour les douleurs, il faudrait que quelqu'un te filme derrière toi et peux être que tu pourras en déduire quelque chose d’intéressant, tu dois peut être avoir un déséquilibre d'un coté ou si tu ne vois rien c'est que tu passes la journée à compenser le coté en déséquilibre pour rester droit mais il faut avoir un bon coup d'oeil pour comprendre ce qui ne va pas...

cestdurlevelo 31/03/2015 09:44

Niveau pédalage, bonne question et bonne remarque. Je sais que je fais des progrès chaque saison en cours de saison. Peut être que certaines douleurs viennent de là, mais je n'en suis pas certain car les douleurs sont toutes à droite. Ayant changé de vélo juste poru ce BRM, ça vient plutôt de là, je pense.
Oui ce JPierre de Craponne est un sacré rouleur.... on s'est bien marrés avec lui !

FG 31/03/2015 09:02

Gros coups de fatigue? TU m'étonnes... 150 pitons et déjà j'suis rincé alors les mecs avec 300 bornes au compteur... Plus son, plus d'image le soir LOL...
Le récit est vraiment magnifique et bien fait de même que les photos qui, comme à l'habitude, nous donnent du rêves à nous autres parisiens ;-)

cestdurlevelo 31/03/2015 09:13

Chaque chose en son temps :) Vous avez fait le 150km... si la longue distance vous plait, le 200km est la prochaine étape logique, après avoir peut être refait un 150km un peu plus bossellé que le premier? Sinon, il y a d'autres manières de se faire plaisir à vélo !
Je continue à penser que les 'premières' grosses sorties sont les plus dures. J'ai des souvenirs terribles de mon premier tour du Léman en 2012, ainsi que de mon premier BRM 200 en 2012. Après, bien sur par ex un 400 c'est dur... mais tu as plus de cartes en main pour savoir comment gérer ça !

Archives

À propos

Cyclotourisme en Rhône Alpes / Suisse